L’éducation des enfants : portons attention à ce que nous valorisons

Avez-vous déjà réalisé que la sexualité c’est bien large ? Qu’il y a plusieurs aspects et qu’il y a autant de réalités que d’individus. Que la culture,  l’éducation,  les préjugés,  les expériences vécues,  les images projetées dans les médias, etc. ont énormément d’impact sur nos vies ?

Pour ce dossier sur La Sexualité, je vais m’attarder sur les enfants. Oui sur les enfants ! La sexualité qu’ils auront un jour et sur l’impact que l’éducation qu’ils reçoivent aura sur cette sexualité future.

Bien sûr, parler aux enfants de sexualité est primordial. Les éduquer dans la vérité et ne pas devancer leurs questions, mais y répondre lorsqu’elles arrivent. Si on ne sait pas trop comment comme parents: se renseigner et lire sur le sujet est encore mieux. Jocelyne Robert a écrit pleins de livres sur le sujet pour les parents et pour les enfants/ados. Jocelyne Robert c’est notre coach provinciale pour jaser sexo avec les flots.

Ça, c’est souvent répété, tout le monde ou presque le sait. Aujourd’hui je veux plus m’attarder aux attitudes, aux paroles et aux gestes auxquels il faut réfléchir. Premièrement, il y a la façon dont on s’adresse aux fillettes : avez-vous remarqué que c’est souvent en lien avec le paraître ? J’inclus là-dedans les grands-mamans, les tantes, les belles-sœurs et je ne parle pas seulement de ce qu’on appelle communément « le mononcle douteux ». C’est généralement fait avec de bonnes intentions, mais attention !

En effet, on aborde souvent une fillette sur ce qu’elle porte, sur ce qu’elle a l’air ou même sur si elle est serviable ou non. « Elle est belle ta robe » ou « wow tu es jolie coiffée comme cela » il n’y a rien de mal à ça me direz-vous, mais si c’est toujours sur son apparence qu’elle est abordée plutôt que sur ses compétences et bien c’est comme lui enseigner que pour avoir de l’attention ou un compliment il faut être jolie ou à la mode. Évidemment, il ne faut pas généraliser: on peut complimenter, mais assurez-vous que les compétences et le savoir-faire le sont aussi.

Publicité

De l’autre côté, chez le petit garçon, ce qui est le plus fréquent : « c’est beau le château que tu as bâti » « wow tu as de gros muscles, tu dois être fort » ce sont des compliments sur ses aptitudes. Bien que chez le garçon il y ai aussi des lacunes de compliments sur ses émotions ou ses qualités interpersonnelles, comme la générosité ou l’empathie, c’est surtout chez les jeunes filles que l’on remarque à quel point c’est tranché. Ceci étant dit, il y a du chemin à faire des deux côtés.

Il faut aussi en parler à l’entourage et s’assurer que les gestes banals ou tolérés autrefois s’arrêtent. Les petites tapes sur les fesses, recoiffer une fillette en l’arrêtant de jouer pendant que le petit garçon lui est plein de boue, obliger une fillette à mettre une robe ou au contraire empêcher un garçon de porter du rose sont autant de petits gestes qui à répétition auront de l’impact sur la sexualité, la séduction ou même sur la perception en regard des rapports humains sur ces enfants devenus grands.

Je ne suis pas spécialiste ou sexologue, mais je sais que ces attitudes ou gestes méritent d’être réduits. Je ne dis pas de ne jamais dire qu’une fillette est jolie ou qu’un garçon court vite, je dis qu’il faudrait peut-être un mélange des deux. La fillette devenue femme ne se sentiras alors peut-être pas toujours obligée d’être sur son 31 pour être remarquée ou aimée et le garçon devenu homme ne se cachera peut-être pas pour pleurer.

L’éducation autour de l’enfant est partout : la garderie, l’école, la famille, les amis. Assurons-nous comme société de favoriser de bons modèles pour eux. Enseignons-leur aussi ce qui est bien et ce qui ne l’est pas en terme de sexualité, et ce, selon l’âge. Que non, c’est toujours non. Que les parties du corps ont des noms, qu’un pénis ce n’est pas un zizi, etc. Ils grandiront forts en connaissances et munis d’un bagage de vrais termes et en grandissant expérimenterons en ayant eu des bases solides et des réponses réelles et vraies à leurs questions.

Ensemble, favorisons des communications saines et des gestes appropriés avec les enfants. Ils en seront que plus compétents pour s’exprimer, parler et se positionner ! Sans généraliser, misons sur des compliments pleins et reliés aux compétences, au savoir-faire et aux qualités. La beauté et la perfection sont complémentaires, mais secondaires.

Publicité

Le savoir-être avant le paraître quoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *