La diversité de la féminité

Pour moi, la diversité est plurielle. Elle se trouve autant à l’intérieur de chacun de nous que dans la société. Chaque identité est à la fois diverse et contradictoire, et c’est ce qui en fait la beauté. Je crois que le plus important, c’est vraiment d’affirmer celle-ci. C’est d’accepter que certaines circonstances, certains événements de notre vie ont forgé qui on est. Plutôt que d’essayer de se fondre à la masse et de camoufler les aspects de notre personnalité qui détonnent et sortent du lot, il faut étreindre ces derniers et les assumer sans se soucier du jugement d’autrui. Je crois que la diversité passe aussi par la pluralisation de la féminité et l’acceptation d’une large définition de celle-ci. C’est sous cet angle que j’ai choisi d’aborder le thème.

Pour ma part, je suis une fille très loud, je prends beaucoup de place, je sacre, je ne me la ferme jamais et je me fou éperdument de ce que les autres en pensent. Certains diront que ce n’est pas « féminin », justement parce que cela ne correspond pas à ce qui est socialement attendu de nous en tant que femme. Je ne me suis jamais laissé aspirer par le modèle de la petite fille cute et sage que la société veut véhiculer. Il ne faut jamais juger un livre par sa couverture. Ce dicton s’applique parfaitement à moi (et à tout le monde en fait). À première vue, je n’ai pas l’air d’écouter du métal dans le tapis ou de rapper seule dans ma voiture, mais cela fait pourtant partie de mon quotidien. Et je m’en fou que tu ne trouves pas ça féminin. I do me, et t’as pas ton mot à dire là-dedans.

En 2019, il est plus que temps de diversifier et d’élargir notre conception de la féminité. Simplement parce que d’idolâtrer et tenter d’émuler des filles inconnues sur Instagram qui passent plus de temps à stager et partager leur vie qu’à la vivre, c’est factice, c’est contraignant et ça n’aide personne à s’accepter dans sa différence. Après tout, je ne suis pas moins femme parce que je préfère me salir les mains et de faire du camping sauvage que de vivre dans un château et me faire dérouler le tapis rouge chaque fois que j’arrive quelque part. Tu n’es pas moins femme parce que tu es plutôt tom boy et que tu préférais jouer avec des figurines Star Wars qu’avec des Barbies quand tu étais petite (true story). Il faut arrêter d’associer des façons de penser, des intérêts, des habitudes et des émotions aux genres. Ce n’est pas vrai que je me dois de me comporter d’une certaine façon en public simplement parce que je suis une femme. Ce n’est pas vrai que je pense d’une certaine façon parce que je suis une femme. J’ai absolument le droit de faire ce que je veux quand je le veux et de ne pas me faire juger en fonction de mon genre. J’ai droit d’être considérée sous les mêmes standards que les hommes.

C’est important de comprendre que la féminité n’est pas définie par ce dont on a l’air ni comment on s’habille. Celle-ci s’incarne sous diverses formes, autant dans la perspective physique que psychologique. Accepter et reconnaître la diversité de la féminité, c’est aussi célébrer la diversité corporelle, d’orientation sexuelle, de pensée, etc. C’est tellement primordial de s’écouter et de ne pas restreindre ses comportements pour plaire aux autres et avoir l’air « normale »! La normalité ne fait rien avancer et ne marque pas les esprits, alors pourquoi s’en contenter? Sois toi-même tout le temps et n’en soit surtout pas gênée! You rock just the way you are.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page