Les filles

Les filles, vous êtes belles. Belles de jour, belles de soir. Belles d’insomnie, avec vos cernes violets, vos traits tirés sur la corde à linge de vos trop courtes nuits à travailler, acharnées sur ce projet qui ne peut attendre à demain, à allaiter, penchées sur votre progéniture avide de voir la lumière, à trop penser, anxieuses de la place que vous occupez dans l’espace du quotidien.

Les filles, vous êtes radieuses. Quand un rire s’échappe trop fort de votre bouche pour se cogner contre les murs de la bibliothèque, quand la sueur noie vos aisselles dans le wagon surpeuplé du métro un mardi de juillet, quand vous bégayez dans un bar à vin devant un inconnu rencontré en ligne, quand vous hurlez votre colère qui demande à être expulsée de votre être pour mieux vous laisser vivre.

Les filles, vous êtes entières. Avec vos yeux en amande, votre noirceur de peau, vos taches de rousseur, votre blondeur, marques indélébiles de vos racines, héritages originels, accumulations du passé imprégné dans vos cellules-souches, votre être intrinsèque, votre hier, votre ici et votre maintenant, votre demain.

Les filles, vous êtes sexy. La tête grisonnante ou bleachée de bord en bord, le visage couvert de contouring ou dénué de toutes traces de maquillage, le corps totalement nu ou vêtu des pieds à la tête, menstruée ou ménopausée, avec ou sans lunettes, avec ou sans brassière, avec ou sans poils, avec ou sans, avec ou sans, avec ou sans.

Les filles, vous êtes intemporelles. Les ridules creusent votre histoire sur votre front, parlent de ce que vous avez vu, racontent vos voyages dans des contrées éloignées, témoignent du chemin de vie parcouru et de ce qui est à venir, des sentiers battus, de ceux qu’ils restent à abattre, de votre humanité qui s’inscrit peu à peu dans la grandeur de l’univers.

Publicité

Les filles, vous êtes complètes. Complètes et entières dans vos enveloppes de corps emplies de votre essentiel. Vos petits seins. Vos joues qui s’empourprent. Votre cellulite. Vos cuisses qui frottent. Votre dos arqué. Vos chevilles qui craquent. Vos varices. Votre ventre bien rond qui contient la vie. Votre craque de dents. Votre craque de seins. Vos grains de beauté en mappemonde. Vos paupières qui s’affaissent doucement.

Célébrons ce que l’on est et ce que l’on veut être chaque jour. Soutenons-nous dans nos différences, nos points communs, nos humeurs en dents de scie, nos ambitions et nos insécurités. Ensemble, on est plus fortes que l’addition des images vides et irréalistes qu’on nous garroche perpétuellement, cette parade sans fin impossible à suivre. Parce que la diversité au féminin, c’est aussi une représentation de la femme dans tous ses états et sa complexité, sans chercher à l’effacer ou l’embellir. Et cette diversité passe par l’amour qu’on se voue l’une pour l’autre, promesse d’un lendemain coloré à l’image de notre amalgame infini.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page