Nos plumes comme des armes : un recueil de poésie féministe, inclusif et nécessaire

À sa sortie, le recueil de poésie Nos plumes comme des armes est apparu dans mon feed Facebook puisque j’ai quelques contacts qui y ont participé. Cet ouvrage avait tout pour piquer ma curiosité : féministe, engagé et inclusif. De plus, 100 % des revenus (aka, la moindre cenne) sont versés à trois organismes qui luttent contre l’intolérance au Québec. Je voulais absolument en savoir plus sur la création de ce recueil et aller dans le backstage. Je me suis donc entretenue avec la fondatrice du projet, Elisabeth Massicolli, pour en découvrir davantage.

Boucle Magazine : Peux-tu nous expliquer ce qu’on retrouve dans Nos plumes comme des armes?

Publicité

Elisabeth Massicolli : C’est un recueil de poésie engagé, inclusif, bilingue et au féminin dans lequel on retrouve 33 poèmes et 17 illustrations d’auteures et d’artistes québécoises. Certaines gagnent leur vie de cette façon, d’autres ont écrit leur tout premier texte pour le projet. Bref, c’est un amalgame de plein de talents différents qui a, comme ligne directrice, la colère qu’on a toutes face au climat social actuel. Les femmes impliquées ont écrit ou créé avec leur cœur, leur tripes, et ça transparaît dans les sujets abordés : le sexisme, le racisme, la culture du viol, la maternité, etc.

 

Crédit : Nos plumes comme des armes

BM : Qui est derrière ce projet?

Publicité

EM : C’est mon bébé, à la base, mais j’ai été entourée de plein de gens merveilleux. Théo Dupuis-Carbonneau, mon bras droit depuis le jour 1, Elsa Rigaldies, la directrice artistique et graphiste de l’œuvre, Valery Lemay, la créatrice de la couverture et de plusieurs images qui se retrouvent dans le recueil, Vanessa Chartrand, l’organisatrice du lancement… Toute seule, je n’aurais pas réussi à tout faire!

 

Crédit : Nos plumes comme des armes

BM : D’où est venue l’idée de créer ce recueil?

EM : C’est suite à l’élection de Trump, puis à l’attentat à la mosquée de Québec que j’ai eu envie de prendre ma colère et ma tristesse et de les transformer en quelque chose de constructif. Comme écrire et éditer des textes est mon métier, je me suis dit qu’un collectif serait une bonne façon de mettre mes connaissances à profit, tout en donnant la parole à des femmes de tous les horizons. Mais disons qu’à ce moment-là, quand j’ai fait l’appel de textes, je n’avais aucune idée de l’ampleur que prendrait le projet…

BM : Pourquoi avoir choisi la poésie comme médium?

EM : Parce que la poésie, ça vient du cœur. Pas besoin d’avoir fait des études en littérature pour en écrire! Comme le projet se voulait le plus inclusif possible, je me disais que c’était le meilleur médium pour que les participantes puissent déverser leur colère, tristesse ou espoir.

Crédit : Nos plumes comme armes / Facebook

BM : Quels étaient les critères de sélection quant aux illustrations et aux textes?

EM : Je n’ai pas donné de ligne directrice au départ. Je voulais que les textes représentent ce que les femmes avaient dans la tête, dans le cœur, sans qu’ils soient guidés par des directions trop précises. La ligne directrice du recueil s’est imposée d’elle-même : il ressortait des différents textes et illustrations une douce colère. J’ai choisi les pièces qui collaient le plus à cette vision.

EM : Les sujets abordés ont-ils provoqué des réactions négatives de la part du public?

EM : Non, absolument pas. Le recueil a été super bien reçu par le public. Je pense que son message était nécessaire, et qu’il a fait du bien à plusieurs, hommes ou femmes.

BM : En créant ce projet, avais-tu peur d’être la cible d’attaques de la part d’individus en désaccord avec ce que tu prônes (féminisme, inclusion, etc)?

EM : Ça m’a traversé l’esprit, mais, pour être bien honnête, je me fous un peu de ce que les racistes et misogynes pensent de ma petite personne. Je ne tiens pas leur opinion en estime. ;)

BM : Qu’aimerais-tu que les gens retiennent en terminant leur lecture?

EM : Que la colère des femmes est légitime. Tout simplement.

Crédit : Nos plumes comme des armes / Facebook

BM : Pensez-vous faire une deuxième édition?

Possible! Mais, pour l’instant, je suis encore en plein dans le cœur du projet. On essaie toujours de mousser les ventes, et, pour l’instant, ça va très bien! Je me compte chanceuse que le recueil ait profité d’une aussi belle visibilité dans les médias, ça a beaucoup aidé! C’est l’une des expériences les plus enrichissantes de ma vie et, comme il a été très bien reçu, je ne dis pas non à une part two… éventuellement!

Vous pouvez vous procurer le recueil de poésie Nos plumes comme des armes en ligne, et ce, en version papier ou numérique. Il est également disponible dans de nombreux points de vente. Vous pouvez également liker la page Nos plumes comme des armes sur Facebook.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *