Version Originale : l’expo sur la diversité corporelle que tu dois voir !

Peut-on dire que l’activité physique rime toujours avec plaisir et santé ? Malheureusement, non. Entraîneuse dans un gym pendant 7 ans, Dominique Rainville a été aux premières loges, grâce à ses clients, de cette relation amour-haine entre l’exercice et l’être humain. Ce sentiment d’obligation qui entoure souvent la perte de poids et cette frénésie d’être toujours au gym et efficace, qui finit presque toujours par s’épuiser après quelques mois. Lasse de cet univers, une idée a pointé le bout de son nez dans l’esprit de Dominique, maintenant kinésiologue et thérapeute. Pourquoi ne pas propulser la santé au lieu de la perte de poids ?

À l’aide de la photographe Mylène Dugale, Dominique a monté sa première exposition de photos dont le lancement aura lieu le 6 mai, en même temps que la Journée sans diète, chez Lululemon, à Québec. Sur ces photos, on voit des femmes de toutes les morphologies possibles. Une femme en chaise roulante, accidentée de snowboard. Des tailles plus en pleine séance d’exercice. Sous chaque photo, un texte des mannequins abordant l’acceptation de soi et le chemin parcouru pour y arriver.

Avant d’arriver à ce concept final, Dominique en a vu de toutes les couleurs. Des femmes enceintes détestant leur corps, des commentaires sur SA propre alimentation, simplement parce qu’elle était entraîneuse. Sa relation avec sa sœur, atteinte d’un trouble alimentaire, qui est aujourd’hui nutritionniste. L’idée est de promouvoir l’amour de l’activité physique tout en se respectant et en apprenant à s’aimer. Chez Boucle, on le sait, ce n’est pas toujours facile.

Lors de l’exposition, le 6 mai, vous pourrez assister à un cours de yoga offert par Yoga Rondeur et déguster des chips (oui oui, on se bat contre  les préjugés !) en plus d’écouter les témoignages de ces femmes fortes qui veulent changer les choses à leur rythme.

On  devrait pouvoir admirer l’exposition VO (pour Version Originale) à Montréal au début du mois de novembre prochain.

Publicité

Dominique Rainville n’en est définitivement pas à sa dernière expo. Si elle a commencé avec les femmes, elle aimerait aussi explorer la diversité corporelle masculine ainsi que la mobilité réduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page