L’aspect non physique du yoga

On entend souvent dire que la façon dont on pratique le yoga reflète qui nous sommes dans notre vie personnelle. Ça m’a pris des années pour comprendre que tout le monde faisait l’expérience du yoga différemment et que mes épreuves étaient reliées à ma personnalité et à mon état mental et spirituel.

Je commençais souvent ma pratique du yoga en me disant : « J’espère être forte » ou « J’espère être capable de faire telle posture ». Cette mentalité, concentrée sur l’aspect physique de l’activité, n’est pas bénéfique. Il faut comprendre que l’objectif du yoga n’est pas de réaliser des postures difficiles, mais d’être présent, de respirer et d’examiner les sensations que l’on ressent. On pense souvent que tout le monde ressent les mêmes choses, que tout le monde devient étourdi en faisant des « backbends » et que tout le monde a peur des inversions. Les problèmes commencent quand on se compare aux autres. Par exemple, si on voit notre voisin faire une posture sur la tête sans crainte, pendant que notre peur de tomber nous empêche de même essayer, ça peut être très décourageant.

La morale?

On est tous très, très différents. Ne vous comparez pas, ni à votre voisin ni à vous-même. Dans le yoga, il faut simplement s’écouter. Une fois que j’ai commencé à réfléchir sur les sensations qui étaient causées par certaines postures, j’ai commencé à me comprendre un peu plus. On peut souvent travailler les postures qu’on trouve difficiles hors du studio. Pour moi, ma peur des inversions était presque gênante. J’étais celle qui arrivait aux ateliers d’inversion avec des oreillers pour apaiser mes peurs et c’est aussi moi qui avais peur d’essayer, et ce, même avec un mur derrière moi. Bon, après avoir évité pendant deux ans cette partie du yoga à cause de l’anxiété et de la frustration que cela me causait, j’ai réalisé que ce n’était pas raisonnable. J’ai commencé à réfléchir à l’origine de cette peur et du pourquoi. Je me suis mise à me poser ces questions à répétition: Si je tombe, pourrai-je vraiment me faire mal? Tout le monde tombe parfois, n’est-ce pas?

Publicité

J’ai éventuellement réalisé que ça revenait à mon manque de confiance en moi. Je n’avais pas la confiance que mon corps allait avoir les bons réflexes pour bien tomber et je n’avais pas confiance que j’étais assez forte pour tenir une posture si difficile. Ce manque de confiance impactait ma vie personnelle, professionnelle et ma vie active. Cette réalisation fut magique, pas dans le sens où j’ai magiquement été capable de faire les postures qui me tourmentaient du jour au lendemain, mais dans le sens où je me comprenais beaucoup plus. J’étais capable d’identifier les moments de ma vie où mon corps réagissait d’une façon similaire à cette situation où j’essayais de faire une inversion et j’étais en mesure de comprendre pourquoi je me sentais comme ça.

Plutôt que de me forcer à travailler les inversions, j’ai commencé à entraîner mon cerveau. Je me suis forcée à participer dans les situations qui travaillaient ma confiance. J’ai participé un peu plus dans mes cours à l’école, j’ai exprimé mes opinions à mes supérieures et j’ai dit « oui » à des opportunités excitantes, mais stressantes. J’ai travaillé à devenir une personne plus confiante, avec l’espoir que mon corps comprendrait ce message. Quand j’ai recommencé ma pratique d’inversion, j’avais encore peur, je ne vais pas vous mentir, mais j’avais moins peur qu’avant. Il y avait une amélioration visible et j’étais même capable de tenir la posture pendant quelques secondes, à l’aide d’un mur évidemment. Aujourd’hui, je continue de pratiquer, d’observer, et de devenir plus confiante, avec l’assurance qu’un jour ma peur va disparaître.

Cette partie de ma vie est pour vous montrer que le yoga est une pratique mentale et non juste physique. Si vous prenez le temps de renforcer votre esprit, vous allez cultiver une meilleure qualité de vie et une meilleure pratique du yoga. Il y a une raison pour laquelle certaines postures vous causent des difficultés, et celle-ci n’est pas souvent physique. Votre pratique vous reflète et peut vous en apprendre beaucoup sur vous-même. Il suffit simplement de vous écouter.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page