Rachel et le hockey : une fuite sans fin

Qu’ont en commun Paolo Noël, l’histoire de l’art et le hockey? Une seule et unique personne, prénommée Rachel. Ça ne fait toujours aucun sens? Il vous faudra lire toute l’histoire, son histoire, qu’elle raconte à Marc, pour pouvoir comprend.

Tout ce qui touche au sport, encore plus au hockey, m’intéresse. Que ce soit un roman, une biographie sportive ou encore un simple guide. C’est encore plus intrigant quand le roman mélange trois choses qui ne semblent pas du tout aller ensemble. Rachel et le hockey, c’est exactement ça. Un roman intriguant et surprenant à la fois.

Rachel et le hockey : une fuite sans fin 3

Rachel subit le hockey depuis sa tendre jeunesse et tente de le fuir dès qu’elle le peut. Sans grande réussite. On dirait que le hockey et elle ne font qu’un. Pourquoi? Ça, c’est une chose que je vous laisse découvrir lors de votre lecture. Mais je peux vous dire une chose, il y a juste assez de hockey pour charmer la passionnée que je suis, mais aussi pour ne pas «perdre» les gens qui ne s’y intéressent pas vraiment. En fait, c’est plutôt l’histoire de l’art qui prend le dessus dans ce roman.

Rachel a commis une grave erreur et rencontre Marc dans un bistro pour s’excuser. Pour qu’il puisse comprendre son geste, c’est toute sa vie qu’elle doit lui raconter.
D’abord sa jeunesse, bercée des analyses des commentateurs sportifs et des cris de la foule ; son adolescence de mouton noir au sein d’une famille au coeur tatoué bleu-blanc-rouge dont l’existence entière s’articule autour des patinoires et des calendriers de matchs ; et sa haine lentement développée pour le hockey. Puis son exil en Europe, là où les contes de fées sont de nouveau possibles ; sa quête de chefs-d’oeuvre de l’histoire de l’art ; et sa collection de châteaux débusqués dans la solitude. Finalement, son retour en sol québécois et les effets de son voyage sur sa nouvelle vie.
Qu’a donc fait Rachel de si terrible ? Pour le savoir, il faudra attendre la toute fin de ce roman vif et drôle, dans lequel les rêves de princesses tout comme ceux de Ligue nationale se heurtent à la réalité, au son d’une ballade de Paolo Noël.

Publicité

La division de cette histoire est un beau clin d’œil au sport en question. Ce roman se divise en un match complet, soit trois périodes, une prolongation et les tirs de barrage. La vie de Rachel est une joute, et ses explications à Marc le sont aussi. Quelle erreur a-t-elle commise? Est-ce réparable, ou non? Mais est-ce vraiment le but de cette aventure?

Rachel et le hockey nous fait non seulement revivre quelques bribes importantes des Canadiens de Montréal, mais nous fait voyager. De Paris à l’Irlande, vous marcherez côte à côte avec Rachel, tantôt la comprenant, tantôt voulant la brasser un peu. Vous ferez aussi la visite de plusieurs châteaux, découvrirez des œuvres d’art et aussi de chaleureux personnages. Mais pas trop non plus, la trame narrative étant centrée sur Rachel.

Cette façon de faire peut amener quelques longueurs. Un peu lors de la 3e période, en fait. L’envie de passer par-dessus quelques pages vous prendra de temps à autre. Cela dit, l’écriture d’Anne-Marie Vertefeuille est vraiment magnifique. Très descriptive et qualificative. C’est un peu difficile à décrire, mais on dirait qu’elle nous enveloppe et nous plonge complètement dans le récit.

Calme, cette lecture tire même un peu du conte. Sans être le livre le plus marquant, Rachel et le hockey tire son épingle du jeu dans cette quête d’une échappatoire.

  • Rachel et le hockey : une fuite sans fin 1Titre : Rachel et le hockey
  • Verdict: Boucle bon
  • Note: 7.5/10
  • Genre: Roman
  • Traduit par : N/A
  • Auteur : Anne-Marie Vertefeuille
  • Éditions : Québec Amérique
  • Publication: 27 avril 2016
  • Collection: Littérature
  • Prix: Papier 24,95 $ | Numérique (ePub) 18,99$

Légende: Médiocre – 1 à 3 | Bof-Passable – 4 à 5 | Bon 6 à 7 | Excellent 8 à 9.9 | Parfait – 10

Publicité

Pour me suivre FB + Twitter + Instagram !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page