Le shaming sur le poids Julie Snyder c’est non. Juste non!

Hier, c’était les Gémeaux. Tu le savais peut-être pas ou tu avais peut-être pas envie de le savoir. Peut-être que comme moi, tu l’as écouté du bout des oreilles. Peut-être aussi que t’en avais rien à cirer des Gémeaux et que t’as été écouter Le Mirage et débattu sur le consentement sexuel. C’est ben correct aussi.

Ce qui est pas correct en ce moment, c’est le buzz concernant le poids d’une personnalité connue du Québec. Mettons quand même pas mal connue. T’sais la femme de Péladeau?

Sa photo circule avec des commentaires qui me font serrer la mâchoire. Ça m’a mis hors de moi et surtout j’ai eu mal pour Julie. Je ne suis pas particulièrement fan d’elle au quotidien. Son rire particulier et son mariage avec PKP à passé sous silence dans ma vie, mais câliss, on peux-tu ne pas envahir Internet de l’opinion publique sur le poids d’une femme? Pour une fois, pouvons-nous, peuple québécois, ne pas tomber dans ce pattern gros comme le stade olympique? Une femme a perdu du poids. Beaucoup de poids… Plutôt que de vomir leur opinion et faire leur gérant d’estrade, #lesgens devraient plutôt se demander : Comment elle va la petite Julie?

Le bodyshaming, c’est non. Juste non.

On ne fait pas chier non plus Saskia Thuot avec une prise de poids (sinon, elle te répond publiquement et t’es Cassssssé!). Parce qu’il y a un être humain qui reçoit ça en bout de ligne. Un être humain qui doit faire face à l’opinion DES AUTRES sur son propre corps.  »Allôoo! Si c’est pas positif, j’en ai rien à cirer, » qu’on voudrait répondre, mais c’est pas comme ça.

Publicité

 Est-ce qu’elle va bien? C’est ça la vraie question. C’est ça qui devrait nous interpeller. Heureusement, j’ai vu des gens se poser la question. En même temps, j’aurais aimé que ça se passe ailleurs que sur les médias sociaux.

 

#leavejuliealone

 

 

Publicité

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page