Genre humain : déconstruire l’idée des genres pour la diversité

Boucle Magazine avec sa mission première de représenter la diversité de manière saine, est fière d’appuyer un autre projet rempli de vérité et de sensibilité, présenté par GRL Photographie, le salon Kaaz et Sans culotte ni tabous.  Parce que la diversité des corps et des genres on y croit, on vous lance donc l’invitation pour cette merveilleuse exposition photo.

 

Publicité

Le 22 août prochain à 20h au Atomic Café

Pour toutes les informations de l’événement: Clique ici.
Combien: 5$ à la porte

unnamed
Crédit Design : Catherine Peltier et Sophie Gagné

 

Nous avons demandé à Caroline, sexologue de Sans culotte ni tabous de nous parler de l’essence de ce projet.

La quête de l’humain : Qui suis-je ?

Publicité

L’humain est constamment amené à se questionner sur ce qui l’entoure, sur ce qui l’habite. Une grande question subsiste : sommes-nous essentiellement tel.le.s que la nature nous a créés ou sommes-nous plutôt le fruit de la société ? La question n’est pourtant pas si simple car la vie sur terre n’est pas linéaire et binaire.

C’est d’ailleurs ce que le projet Genre humain présente : une vision multidimensionnelle de l’être humain. À travers la photographie, le concept du genre est remis en question. Les stéréotypes sexuels et de genre ont été utilisés pour démontrer que peu importe ce que la société nous propose, nous avons le choix de nous présenter tel.le.s que nous sommes. Les 24 personnes rencontrées ont généreusement accepté de se faire maquiller, de poser devant la caméra et de se faire interviewer dans le but de démontrer les possibilités infinies de la définition de soi.

On en vient à se demander à quoi on peut s’identifier quand les choix de modèles proposés ne représentent pas nécessairement notre expérience de vie. Les standards sociaux exercent une pression sur les individus à se conformer. Toutefois, en allant au-delà de la dualité des stéréotypes sexuels, il est possible de trouver sa propre définition de soi. L’identité personnelle étant fluide et en constante évolution, nous avons la possibilité de se redécouvrir et de se reconstruire sans cesse.

Certes, ce n’est pas si simple d’être qui on veut dans une société qui hiérarchise les individus par un système de privilèges, mais c’est justement en s’attaquant aux constructions sociales que nous serons plus en mesure d’accepter et de valoriser la différence. C’est d’ailleurs le message que le projet Genre humain met de l’avant; être un humain ce n’est pas être homme ou femme, c’est vivre.

 

Caroline Vaillancourt, Sexologue

Sans culotte ni tabous sur Tumblr

Sans culotte ni tabous sur Facebook

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *