Les trois ans de Bach Illustrations: entrevue sur la diversité corporelle!

Comme je suis une grande fan de Bach Illustrations aka Estelle Bachelard et que ça adonne qu’aujourd’hui c’est les trois ans de la page facebook, j’ai décidé de vous sortir (quel hasard!) l’entrevue que j’ai eu la chance de réaliser avec elle à la fin de l’hiver!

Comment perçois-tu le corps des femmes, toi qui en dessines beaucoup et qui as fait plusieurs dessins engagés à ce sujet?

En fait, je dessine beaucoup et j’en parle beaucoup parce que je me tiens avec pas mal de filles et je trouve que c’est un problème récurant. Je connais beaucoup de belles filles qui sont mal dans leur peau alors qu’elles ne devraient pas l’être. Je suis toujours en questionnement et c’est la cause que j’ai décidé de prendre pour encourager les filles à passer à autre chose, parce qu’on en perd, du temps, à réfléchir à quoi on a l’air. C’est un peu un acte féministe aussi.

bach

Illustration de Bach représentant la mannequin Tess Holliday

Tu as lancé ton premier livre l’an passé, «C’est pas facile d’être une fille», qui se concentre justement sur des histoires de filles! Est-ce que tu as remarqué une réaction de la part de tes lectrices,  comme «Oh mon dieu je me reconnais tellement», ou observé que tu avais touché les gens?

Publicité

En fait, oui, j’ai été assez surprise, mais vraiment j’ai eu une réaction très positive sur le livre. Les filles me connaissaient déjà avec ma page sur facebook mais, avec la sortie du livre, elles viennent maintenant me voir au salon du livre ou elles m’écrivent pour me dire «Hé! je suis contente de voir que je ne suis pas seule et merci beaucoup!»

J’ai aussi eu des réactions un peu plus négatives. J’ai quand même été chanceuse, c’est assez minime, mais des fois il y a des gens qui trouvent que de parler des choses de filles comme le maquillage ou le linge, c’est renforcer l’image négative de la femme. Bon, c’est sûr que, quand t’es féministe et que tu te fais dire ça, tu te dis «Voyons, vous avez rien compris! »

Avant tu travaillais dans le monde du jeu vidéo et maintenant tu es dans le monde de la BD. Avec ce que tu fais, ton livre et celui que tu projettes sortir bientôt (scoop!), est-ce que tu as senti que c’était un monde plus masculin, comment l’as-tu vécu et trouves-tu qu’il y a une place grandissante pour les femmes?

C’est très drôle en fait parce qu’en tant que filles en BD, on se fait très souvent poser cette question. Évidemment, c’est traditionnellement plus masculin comme milieu mais de plus en plus, les femmes prennent de la place dans le milieu et même qu’il y en a certains qui vont jusqu’à dire que c’est rendu moitié, moitié. Personnellement, je ne suis pas prête à dire qu’on en est rendu là.  Il y a quand même une majorité d’hommes et, lorsque je vais au festival de la BD, on voit qu’il y a beaucoup plus de gars. Oui, je pense que les femmes peuvent prendre plus de place, on a plein de sujets à apporter. Ça va être le fun le jour où justement on va arrêter de séparer les hommes et les femmes dans le monde du livre. Justement l’autre jour, je lisais Diglee, une blogueuse française bédéiste et elle a sorti un article à ce sujet. Elle prône beaucoup la littérature féminine et elle se faisait demander « Pourquoi lis-tu seulement des livres écrits par des femmes?» et elle disait : «Mais pourquoi vous me dites ça, alors que si je lisais des livres écrits par des hommes vous n’en feriez pas un cas?» C’est intéressant, dans son BAC en littérature elle n’a jamais lu un livre écrit par une femme et elle trouvait ça bizarre qu’on en fasse un cas lorsque c’est exclusivement féminin.

Si tu avais un message pour les femmes qui lisent ton livre par rapport à la diversité corporelle, qu’est-ce que ce serait?

Publicité

Oh wow! C’est stressant. Justement, toutes les filles sont belles, la beauté est dans la diversité corporelle et il faut arrêter de penser que tu es belle quand tu «respectes les idéaux de beauté de notre société» ou quand tu es à la mode alors que ça n’a aucun rapport. On se rend compte que, même quand une fille atteint la «perfection», elle n’est pas satisfaite. Je pense qu’on peut arrêter de se complexer et commencer à croire en soi!

IMG_0435

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page