Place à La vie sucrée de Juliette Gagnon

Était-il possible pour Nathalie Roy de créer de nouveau un engouement aussi grand que celui qu’a connu La vie épicée de Charlotte Lavigne pour sa nouvelle série? Presque. Destinée à un public légèrement plus jeune, La vie sucrée de Juliette Gagnon saura vous plaire.

Source: Lapresse – La Tribune

Presque, parce qu’il est difficile de comparer les deux engouements. Juliette – de laquelle nous avons eu un aperçu à la fin du tome 4 de Charlotte Lavigne – contrairement à Charlotte, bénéficie du public déjà acquis de Nathalie Roy. Ayant réduit son format et opté pour une héroïne dans la fin vingtaine, Nathalie s’est aussi assurée l’addition d’un public plus jeune. L’auteure s’est inspirée cette fois-ci de sa belle fille et ses amis pour bien cerner la réalité de cette génération. Ce qui s’est avéré gagnant.

Il est impossible de ne pas comparer Juliette à Charlotte, l’une étant la mère de l’autre. Toutefois, si vous n’avez pas lu la pétillante Charlotte – ce que je vous conseille quand même fortement de faire – vous pourrez lire la très éparpillée mais attachante Juliette sans aucun problème. C’est pas mal beau la vie.

Nous avons droit à un personnage principal rempli d’une douce folie à l’image de sa mère, folie qui l’amène à vivre des situations plus cocasses les unes que les autres. La pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre. Cela dit, la comparaison s’arrête ici. Juliette n’a point hérité des talents culinaires de ses parents et s’avère être la reine du take-out. Elle a aussi la dent très sucrée.