ADDA: Et si un intimidateur en avait marre?

L’intimidation fait rage plus que jamais dans les écoles et elle a des conséquences désastreuses sur l’estime des adolescents. Quand on est témoin d’actes violents, et même de propos déplacés, on ne devrait pas garder le silence, mais dénoncer ceux qui s’amusent aux dépens de leurs victimes. Parce que les gestes font mal sur le coup, mais les paroles provoquent bien souvent des blessures pour la vie.

Combien de vies ont été perdues à cause d’intimidation? Quel est ou a été, l’impact de celle-ci sur la vôtre? Pendant qu’on vocifère contre les intimidateurs et qu’on pointe du doigt un peu tout le monde, Isabelle Boisvert nous rappelle que derrière tout intimidateur ou intimidé se trouve avant tout des humains.

À l’instar de ses confrères de la Collection Tabou, Au-delà des apparences (ADDA) s’adresse aux adolescents, mais ce n’est pas pour autant qu’il doit l’être exclusivement. Peu importe votre âge, il vaut le détour. Isabelle Boisvert n’en est pas à ses premiers pas pour cette collection, on lui doit aussi Écorchépublié en août 2013.

                                                audeladesaparences

L’intimidation ne date pas d’hier, mais depuis quelques années, une mobilisation et sensibilisation se fait de plus en plus insistante face au phénomène. Trop de vies ont été perdues à cause de ce dernier et trop en ont été chamboulées. Toutefois, à force d’aller au front avec des œillères et, à notre tour, faire vivre l’enfer à l’intimidateur, on en oublie l’essentiel : l’être humain.

Au sein d’ADDA, Isabelle Boisvert dépeint l’intimidation comme une chose complexe comportant de plusieurs niveaux. En utilisant un personnage masculin de 16 ans, typique «jock» (sportif populaire), et la narration au je, l’auteure pousse le lecteur à réfléchir. Que ferions-nous dans leur situation? Qu’est-ce qui nous donne le droit de s’y opposer de notre salon, mais nous pousse à rester silencieux dans un lieu public? Elle ne vous donnera peut-être pas la réponse, mais initiera une réflexion nécessaire, à laquelle l’on pense trop peu.

Publicité

Une école secondaire est un incubateur à intimidation et ADDA le prouve bien. Le choix du lieu ne pouvait être meilleur. Fait intéressant, c’est que ce livre aurait pu tomber dans le cliché et ne rester concentré seulement sur l’histoire d’amour «impossible» entre le sportif et la nerd, mais l’auteure a plutôt opté d’explorer toutes les relations, amoureuses, amicales et familiales.  En bref, on découvre un personnage complet tel un oignon que l’on doit peler de ses couches. On ne cesse d’en apprendre sur lui et évoluons à son rythme.

On ne peut non plus passer sous silence le titre du manuscrit qui sied bien son histoire. Au-delà des apparences, c’est la volonté de voir plus loin, d’un intimidateur qui en a marre et qui évolue en découvrant les autres. L’auteure fait un travail phénoménal avec le jeu des perceptions et avec les mots. Isabelle Boisvert a réussi à livrer un bouquin complet à tous les niveaux. Ce n’est pas toutes les auteures qui réussissent à donner vie à un personnage masculin avec autant de réalisme.

Lu en une seule journée, ADDA vous chavirera le cœur et vous fera réfléchir comme jamais. Une lecture pour tous où une suite aurait été appréciée après être tombée en amour avec les personnages.

  • Verdict : Boucle Excellent
  • Note : 9.5/10
  • Genre : Livre jeunesse
  • Éditions : Éditions de Mortagne
  • Publication: 6 août 2014
  • Collection: Tabou
  • Prix:  Papier 16,95 $ | Numérique 12,99$ 

Légende: Médiocre – 1 à 3 | Bof-Passable – 4 à 5 | Bon 6 à 7 | Excellent 8 à 9.9 | Parfait – 10

Publicité

Pour conter l’intimidation, n’hésitez pas à en parler.

Voici quelques ressources.

Fondation Jasmin Roy
Aidez-moi SVP
Fondation George St-Pierre (GSP)

@AlexePhilibert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page