Ma chère nièce, j’avais envie de te dire…

sweet16Je la regardais l’autre jour. C’était son anniversaire de 16 ans. Ma nièce, grande mais encore si petite à mes yeux, fêtait son sweet 16.

Pour une seconde, j’ai regardé ses yeux. J’ai essayé de comprendre ce qui se passait dans ses pensées, où elle en était rendue. Je lui construisais un bilan et, perdue dans cet espace-temps, je lui inventais un futur. J’avais envie de la mettre en garde et de tout lui dire. Mais même si je lui révèle tous les secrets, elle ne peut pas vivre avant son temps. De toute façon, c’est une ado, elle sait déjà tout!

Publicité

Soudainement j’ai compris: je ne voulais plus qu’elle vieillisse. Je voulais qu’elle demeure dans son innocence, du haut de ses 16 balais et qu’elle arrête de grandir. Malheureusement, la vie doit suivre son cours. À moins que je ne lui casse les jambes et que, chaque fois qu’elle guérit, je les lui re-casse. Encore là, elle va arrêter de grandir, mais elle ne va pas arrêter de vieillir. La vie est dans la même catégorie que la mort et Revenu Québec, inévitable.

Dans cette contemplation silencieuse, j’aurais voulu lui divulguer les vérités. Je voulais la serrer et lui dire «tu vas bientôt avoir mal». Une grosse peine t’attend. Sous peu, un (ou une ??) cave va te dire, «je ne suis pas prêt à m’engager» et un mois plus tard, il va être en couple avec l’autre dont tu te doutais. Une de tes amies peut-être? Puis ton tour viendra, tu vas laisser tomber le meilleur gars du monde et six mois plus tard, tu vas te dire que tu as fait une gaffe, puis il va te rejeter. Tu vas pleurer une fois de plus. Ne t’en fais pas. Tu as fait le bon choix. Si t’es partie, c’est parce que tu ne devais pas être là. Et regarde ton calendrier, t’es peut-être juste en SPM!

J’avais envie de lui dire, tu vas commencer à travailler. Une jobine où tu vas ramasser des poubelles à vouloir crier après les sacs « TU LE SAIS-TU QUE TU PUES?» Calme-toi, les jobines d’étudiants, à moins que ta mère ne soit Céline Dion ou un autre bourré d’argent, c’est un passage obligé. Ta mère ne peut même pas chanter sous la douche, alors je te confirme que tu vas devoir travailler.

Publicité

imagesCADWZ802

J’aurais voulu lui dire, dans un travail futur, tu vas faire tes preuves pour monter de niveau ou avoir un poste plus important, mais c’est celui qui n’a rien fait qui va décrocher le boulot. Peut-être que c’est toi qui va l’avoir et qui ne l’aura pas vraiment mérité. Tout le monde va t’envier et te jalouser. C’est possible. La réalité c’est que, si tu l’as, c’est toi qui détiens les meilleures qualités pour l’occuper. Sinon, ta place est tout simplement ailleurs, et quand ailleurs tu arriveras, tu vas réaliser avec le recul que finalement, tu es nettement mieux où tu es. Des fois la vie est injuste, prépare-toi. Peu importe la situation, continue de croire que tout est possible, sois un éléphant sur un ballon.

J’aurais voulu lui dire, tu vas vivre ton début de vingtaine avec l’assurance et la fougue d’un pompier qui fonce dans une maison en flammes. Un beau pompier, disons, Mai 2004… Mmm… Bref! Profite de ce moment, fais des provisions de confiance, tu en auras besoin pour la fin vingtaine, début trentaine.

À ta fête de 30 ans, tu vas devenir la fille la plus cruche que tu n’aies toi-même jamais rencontrée. Tout d’un coup, tu ne sauras plus rien. Comme si tu n’avais jamais vécu. Tu vas avoir envie d’appeler ta mère en pleurant pour savoir comment programmer l’heure sur le four et savoir à quoi ça sert du paprika. Capote pas, c’est normal.

À cette étape, appelle-moi, je vais te répéter les phrases classiques DE MARDE! Je vais te dire tout ce que tu ne veux pas entendre. «L’osti de temps va arranger les osties de choses. » Cette phrase, je l’ai vomie, parce que ce que les gens ne disent pas, c’est combien de temps exactement.
J’avais envie de lui dire, le temps, ça veut dire plus longtemps que tu ne t’imaginais. Mais c’est tout de même vrai, l’osti de temps arrange TOUTES les osties de choses.

J’aurais voulu lui dire ne laisse personne, ni un travail, te faire croire que tu n’en vaux pas la peine, que tu n’es pas assez. Si c’est le cas, respecte-toi et vas-t’en. Améliore-toi, trouve mieux. LÂCHE TOUT! Mais non! Continue, afin de trouver ta voie à toi, pas celle que les autres te dictent. N’oublie pas que nous, les humains, mettons des sentiments où les autres mammifères n’en mettent pas. Il n’y a pas un loup qui va tout faire pour se faire accepter. Il va tout simplement changer de meute et faire sa place.

CONFIANCE. Ne perds jamais confiance, ni tes objectifs de vue. Sois inconsciente le plus souvent possible, ça va te permettre d’oser. Sois forte, prends ton temps et apprécie le moment présent. C’est cliché, mais le temps passe vite. Fais confiance à la vie, car des fois elle est juste, parfois elle est extra-ordinaire ! N’aie jamais peur d’être toi-même ni d’être une femme. Respecte les autres et arrête de te trouver grosse.

J’avais envie de lui dire «je serai là» mais elle m’a sorti de mon univers imaginaire en me disant «Pourquoi tu me fixes de même?»
Finalement, tout ce que j’ai trouvé à dire c’est: «rien, je te trouve belle. Bonne fête!»

Tante Nadine xo

2 réflexions sur “Ma chère nièce, j’avais envie de te dire…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *