Illusion – Les maudits 2: Le chaos

Edith Kabuya a fait une entrée fulgurante en septembre 2012 dans la littérature d’épouvante/fantastique urbaine québécoise. Voilà qu’elle réitère sa présence avec Illusion – Les maudits 2: Le chaos.

Critique du 1er tome Résurrection: Les maudits 1. 

Chaos, le terme qui sied bien au personnage principal. C’est dans une situation chaotique que l’on retrouve la charmante Robin, quelques mois avant la tragédie qui l’a frappé à la fin du tome précédent. Si nous avons appris une chose, c’est que Robin aime, consciemment ou non, le chaos, et elle le prouve encore une fois très bien dans Illusion. Mais ne pensez pas qu’elle retombe dans les mêmes choses prévisibles que Les Maudits, non. Il semble que l’héroïne sait se réinventer de ce côté. Devrais-je dire l’auteure aussi?

téléchargement

Qu’y a-t-il de nouveau avec ce personnage dans Illusion – Les maudits 2? Rien et tout à la fois. On découvre une toute nouvelle Robin, mais en reconnaissant bien celle qu’elle était auparavant. Chassez le naturel et il reviendra au galop n’est-ce pas? Edith Kabuya est reconnue pour bien étoffer ses personnages, surtout du côté psychologique. Et c’est exactement là qu’elle excelle. On perçoit, si petite soit-elle, une évolution dans la Psychée de Robin. Okay, ce n’est pas nécessairement toujours de façon positive, mais l’évolution y est.

Publicité

Toutefois, Illusion est probablement le plus faible de la série. Le pep habituel que l’on retrouve dans l’écriture de l’auteure y est beaucoup moins senti durant une grande partie du roman. Ce qui cause un léger ralentissement à mi-chemin dans la lecture, mais heureusement le rythme reprend de façon graduelle.

Edith Kabuya - Source: Orléan Star
Edith Kabuya – Source: Orléan Star

Un petit moins à cette lecture est la quasi-absence du personnage de Vince. Personnage que j’ai personnellement adoré lors du premier tome. Vince fait quelques apparitions, quoique très importantes, et beaucoup d’allusions sont faites à son sujet. On aimerait toutefois le voir plus présent. Par contre, ce qui est intéressant à cette absence, c’est l’incorporation de nouveaux personnages qui viennent changer la dynamique de la série. Une tactique qui peut soit se révéler positive, ou soit couler un livre. Heureusement, ici, l’auteure a su entourer son personnage principal, d’un nombre restreint de personnages secondaires importants de très grande qualité. Edith Kabuya a aussi su bien gérer ces va-et-vient entre les personnages secondaires et tiers. Chapeau.

Et sincèrement, la fin nous surprend et nous pousse à prendre le troisième et dernier tome, à la seconde où la dernière page du second est tournée. Si vous désirez faire une première incursion dans le genre fantastique urbain/épouvante (même si le terme est très fort), la trilogie maudite vous offrira quelque chose de léger et extrêmement bien construit pour le faire. À go. Lisez.

Psssstttt le premier tome est moins de 10$ !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page