Trouer ma fille!

Aaaarrrrrrgh!

Oui! Je commence comme ça. Parfois, c’est si difficile de parler, si difficile de communiquer, que la seule manière, c’est de dire aaaaarrrrgggh!

Des fois, c’est tellement difficile de parler au « je » et de formuler des phrases qui ne blesseront personne. Et parfois, c’est juste difficile de faire face à un contre-courant beaucoup trop puissant pour oser dire tout haut ce qu’on ressent tout bas.

Par exemple : les boucles d’oreilles. Je sais, j’ai commencé sur une belle montée dramatique et là, t’as l’impression que l’élastique de la déception vient de te péter dans la face! « Des boucles d’oreilles? »

Laisse-moi t’expliquer du mieux que je peux. Dans ma société, la majorité des bébés filles se font percer les oreilles en bas âge. De toute ma vie, jamais je ne me suis intéressée de près ou de loin à cette pratique. Jamais. Jusqu’au jour où j’ai moi-même eu une fille.

Publicité

Elle était si petite, si parfaite et tout le monde l’aimait. Puis un jour, elle a reçu en cadeaux des boucles d’oreilles. Hmmm….des boucles d’oreilles pour mon bébé? Inquiète-toi pas, j’ai dit merci pis toute, je suis polie quand même, mais… des boucles d’oreilles? Ah oui?

Attends, ça, ça veut dire qu’il faut que je fasse un trou dans ses oreilles, right? Ben oui! J’ai regardé pis c’était pas des clip-on, c’étaient des vraies de vraies!  Donc, ça voulait dire faire des trous dans les oreilles de ma fille. Mais, elle était si petite, si parfaite!

Tout de suite, j’ai vraiment pas été à l’aise avec ça. Moi, qui m’étais jamais préoccupé de la situation des lobes d’oreilles humains en bas âge, tout d’un coup, je suis devenue la chercheuse en chef sur cette pratique sociale. Pourquoi on fait ça?

  • Parce que ça fait beau?
  • Parce que tout le monde va savoir que c’est une fille?

Plus j’y pensais, moins j’étais à l’aise avec ça. Je trouvais que c’était pas mon corps et que c’était pas à moi de décider si, oui ou non, je faisais des trous dedans. Je me souviens très bien de mon chum qui me regarde, un sourcil levé dans les airs et qui fait : mais, pourquoi tu veux pas qu’on lui perce les oreilles?

Pourquoi? POURQUOI? POURQUOI? (longue inspiration) Parce que percer les oreilles d’un bébé-fille, je trouve que c’est de la barbarie. J’exagère? Demande donc à Jésus ce qu’il a pensé des trous qu’on lui a faits dans la peau quand on l’a cloué sur la croix!

Publicité

Parce que, dans les faits, on parle ici de faire un trou dans la peau d’un bébé. Pis on s’entend, c’est juste esthétique, c’est juste pour répondre à un besoin de différenciation de sexe, c’est juste pour confirmer au reste du monde entier que notre bébé est une fille, que ce bébé a une vulve!

Parce qu’un bébé-fille, c’est pas un arbre de Noël sur lequel on peut mettre autant de décorations qu’on veut!

Tant qu’à ça, on peut la tatouer aussi! Un beau p’tit tattoo sur son front avec le symbole féminin. Comme ça, on va être sûr et certain que la terre au complet va savoir que c’est une fille!

Bon, rendu là, mon chum avait baissé son sourcil, mais en contrepartie, sa bouche était grande ouverte pis y’avait un peu de bave qui coulait. Moi, je reprenais mon souffle, j’étais au bord des larmes, au bord de la crise, au bord de l’hystérie avec aucun mot juste pour exprimer sans juger, dire sans disjoncter, qu’il n’y a peut-être aucune raison rationnelle, mais que mon cœur me crie haut et fort que non, ma fille n’aura pas de trous dans ses oreilles!

Aaaaaarrrrggh!

Publicité

Mère Rebelle

Me suivre sur Facebook
Me suivre sur Twitter
www.emilieouellette.com

*Crédits photo pour l’image de l’article : Mc Knoell Alexis

30 réflexions sur “Trouer ma fille!”

  1. Je crois que chaque personne prends les choses à sa façon. Ma mère a pris la décision de me laisser choisir quand je serais plus grande (je crois que j’avais 6 ou 7 ans quand je me suis fait percer les oreilles). Moi j’ai choisi de faire percer les oreilles de mes cocottes elles avaient 6 mois environ. Il faut être en accord et après ça, in’y a pas de regret

      1. Moi j’ai toujours dit, c’est son corps, elle décidera où elle veut ses trous quand elle sera plus grande. (Les 2 premiers à 8 ans et 2 autres à 14 ans.) Mais je me suis déjà fait engueulé par un dame dans un supermarché. Ma petite tout de rose vêtue avait 10 mois, la dame a dit  » ha! Le beau petit bonhomme » et lorsque je lui ai dit tout doucement qu’elle s’était trompée, elle est devenue presque agressive et m’a dit que j’avais juste à lui faire percer les oreilles.

  2. j’ai exactement la même réflexion. Je prends assez de décisions concernant mes enfants, je vais toujours ben leur laisser décider quelle altérations physiques ils veulent faire sur leur propre corps. Surtout lorsque ces modifications sont faites au nom de la beauté, ou de la séparation des sexes!

  3. Je suis perceur corporelle depuis 8ans et laissez moi vs dire qu’on m’a souvent fais le commentaire du pkoi ma fille n’avais pas de magnifique boucle d’oreille alors que c mon métier et que j’en suis pas mal équipé mais je préférais de loin lui expliquer le concept de la douleur plutôt que de lui dire un magique « ben non ben non sa feras pas mal »….. Qu’elle comprenne le geste et en même temps qu’il faut assumer nos choix .

  4. Je pense comme toi. Ma fille a décidé de se faire percer les oreilles à 8 ans. Ça lui aura pris 2 ans pour décider si son grand désir d’avoir des boucles d’oreille allait l’emporter sur la peur de la douleur. J’ai trouvé cette réflexion pertinente. Son père et moi sommes allés avec elle (sans les 2 autres plus jeunes) et nous avons filmé ce grand événement. On va faire pareil pour la plus jeune (mais elle je pense qu’elle va tergiverser 30 secondes quand elle en aura envie, à chacun sa personnalité :-)

  5. Wow, ca fait du bien de lire que quelqu’un s’est posé la question! Je trouve ca exagéré de faire un trou pour prouver que c’est une fille : je pense que le linge rose fait cette job. Mais je trouve aussi pire que personne ne veuille remettre en question cette pratique… Merci!

  6. Ici aussi je laisse ma fille choisir le moment où elle fera percer ses oreilles…si elle le veut. Quelques personnes ont essayé de me remettre en question en me disant que c’était mieux de le faire tôt pour ne pas qu’elle s’en rappelle, mais ça ne m’a pas choqué, car pour moi c’est juste illogique de lui percer les oreilles si tôt.

    1. Tu soulèves un point intéressant celui du : Elle ne s’en rappellera pas plus tard. Mais on ne sait pas ce dont le corps, l’inconscient se souvient ni de quelle manière ça marque et influence le reste d’une vie!

  7. Eh! non tu n’es pas seule! Moi non plus je ne voulais pas faire de trous dans mon bébé! Mes filles ont décidé pour elles rendues à l’école. Aussi, il y a des risques d’infection, même si c’est mineur, ça s’ajoute aux dents qui percent, aux nuits difficiles … me semble qu’on peut s’économiser ça! Et j’ai toujours eu peur que les petits doigts de bébé viennent s’accrocher dans la boucle et faire une déchirure. Et pour achever de te rassurer que tu n’es pas seule, les pédiatres allemands s’opposent à cette blessure corporelle irréversible!
    http://www.tdg.ch/monde/europe/percer-oreilles-enfants-blessure-corporelle/story/26903588

  8. C’est une bonne question. J’avoue que vite-vite comme ça, j’ai vu passer le titre de l’article et me suis dis : « voyons-donc un article contre le perçage d’oreilles!!! » mi amusée, mi-exaspérée par ce qui me semblait un débat inutile. L’idée de faire deux tout petits trous dans les oreilles de mon enfant ne me fâche pas, et la comparaison avec l’idée de se faire trouer les deux mains et être pendu avec est un peu-beaucoup poussée et exagérée. C’est comme si on disait excision vs perçage d’oreilles, même combat, ce qui ne fait aucun sens. Finalement, c’est l’aspect de différenciation du genre qui me gêne, de me rendre compte qu’on le fait qu’aux petites filles et non aux garçons, qu’on a une fois de plus été socialisé à cette différenciation dès la naissance. Par contre, ultimement, je crois à l’importance de certains rites de passages et les nôtres, au Québec, sont relativement très softs (bal de fin d’études secondaires, mariage, et le plus hardcore, le perçage d’oreille) et que de le vivre jeune fait du sens. Mais c’est à réfléchir plus longtemps. Comme je disais, la distinction de genre m’énerve dans ce truc et la solution ne me vient pas de simplement de faire aussi percer les oreilles de mon bébé garçon. Du coup, peut-être qu’il est mieux de ne pas le faire et laisser choisir. Bref, merci pour le questionnement!

    1. Salut Roxanne,

      Merci beaucoup pour cette réflexion que tu partages. Je me questionne aussi toujours et sans cesse sur ce besoin de différenciation des sexes alors que dans la vie, même lorsqu’on a le même sexe, on n’a absolument pas la même personnalité, ni profil, alors pourquoi vouloir faire que 2 catégories? Bref, toujours en questionnement de mon côté aussi :)

  9. Wow! Que ce texte me fait me fait du bien. J’en suis déjà à ma deuxième créature féminine, la première, je ne me suis pas posé de questions, la marraine de la petite ayant pris les devants, ça c’est fait tout seul! Elle était même pas dans mes bras! Après, pour quelques jours, je la trouvais moins cute ma pouliche, je pense que je regrettais. Maintenant ça va. Mais je ne me suis pas fait reprendre pour la deuxième cocotte qui arrive à dix mois, je réfléchissais ma décision mais là là, après avoir lu ton texte, je suis convaincue que je prends la bonne décision et je vais la laisser faire quand elle le voudra!

  10. Ma maman m’a fait percer les oreilles quand J’avais quelques mois. Je ne m’en souviens naturellement pas mais ce dont je me souviens très bien c’était combien j’étais fière d’en porter à la maternelle et en primaire. Je me souviens aussi des autres copines qui stressaient rien qu’à l’idée d’y aller. Certaines n’y vont jamais d’ailleurs par peur. Ce n’est que deux petits trous, et ça fait mal à 6 mois, 1 an ou 10. Comparer cela a de la barbarie ou de la torture est ridicule. Et si votre petite n’en veut pas les trous se referment d’eux-même.

    1. Merci Aurélie pour le commentaire. Évidemment les points de vue diffèrent et c’est bien ainsi. Pour pousser un peu plus loin la réflexion, dans votre commentaire, vous dites que la peur et le stress de la douleur sont présents quand on est plus vieux. Je trouve qu’il y a aussi toute une réflexion à faire sur la gestion de la douleur qui n’est pas valorisée dans notre société.

    2. Moi j’ai les oreilles percées depuis l’âge de quatre ans, et suite à plusieurs infections (sur mes photos de maternelle, première et deuxième année, je ne porte qu’une boucle d’oreille), j’ai décidée à l’adolescence de ne plus en porter. Eh bien j’ai 40 ans, et mes trous ne sont que semi-fermé et je fais encore de l’infection à un trou d’ oreille parfois…

  11. Quand ma petite fille avait un mois et demi, elle est tombée malade. Elle est restée à l’hôpital près de 3 semaines et entre prises de sang et perfusions on lui a fait des petits trous dans le peau bien trop souvent. Mon coeur se brisait à chaque fois. Donc lui faire des trous pour des raisons esthétiques, pour moi, c’était NON.
    A 8 ans elle a pris la décision elle-même, en connaissance de cause.

  12. OOOOooooooooooOOOOOOOOOOOOOOOOOOoooooooooooooooo
    Merci :-)

    Moi je n’ai pas les oreilles percées. je trouve les boucles d’oreilles de superbes objets… Mais je n’arrive pas à me résoudre à me trouer !

    Alors trouer les oreilles de ma fille !!!!!!!!!!
    Pour moi il n’y a ni débat ni discution, c’est Non, non et non.
    Par contre il y a débat pour savoir à quel âge je lui donnerais l’autorisation de le faire.
    A quel âge on peut faire un choix pour toute une vie ?

  13. Wow ça fait des années que je pense comme ça et que je prends des réflexions débiles sur mon côté rétrograde. Ben t’sé moi j’ai 37 ans, chuis pas percée pas tatouée et pourtant j’ai travaillé pour un tatoueur pierceur. Alors chacun ses choix et elles, si petites, c’est injuste de ne pas le leur laisser ! merci de ce texte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page