Yoav – La complexité du simple

Vendredi soir dernier, le Club Soda s’est donné des airs de concert intimiste grâce à la présence de Yoav, qui était accompagné du chanteur montréalais Jason Badaja. Les deux comparses, accompagnés de leurs guitares acoustiques, ont su faire passer à tout un chacun une agréable soirée.

Jeune chansonnier moderne, Jason Badaja régale son public de ballades à la poésie franche et romancée, non sans un doux brin d’humour entre les chansons. Sans effort, le musicien capte l’attention de l’auditoire avec son court tour de chant qui s’en trouve charmé par les personnages et ses douces envolées en falsetto. À voir absolument : le magnifique vidéoclip pour la chanson « Les jolies françaises » tirée de son album Le résultat de mes bêtises paru en septembre dernier sous l’étiquette Audiogram, disque qui s’est attiré les critiques positives de toutes parts.

http://www.youtube.com/watch?v=3V-E3H9ow_4

DSC_0009DSC_0023DSC_0025

Yoav, auteur-compositeur-interprète d’origine israélienne, s’était surtout fait connaître grâce aux titres « Club Thing » et « Beautiful Lie » qui l’avaient propulsé au sommet des palmarès européens et lui avaient assuré une présence radio de notre côté de l’Atlantique grâce à un mélange efficace d’électro accrocheur et performance acoustique. Avec sa formule unique, c’est sobrement que l’artiste s’est présenté sur scène, armé seulement d’une guitare et de deux micros. L’artiste prend soin de retirer ses chaussures, avant de mettre en oeuvre une exécution impeccable où la voix et les instruments se marient dans une bande sonore electronica, valsant entre les genres – c’est tour à tour sensuel, techno-house, rock, enveloppant.

Publicité

DSC_0033DSC_0054

Avec cette dextérité incroyable, Yoav déploie sa magie à travers le son de sa guitare, par moment distordu à l’extrême, passé à l’écho; il ira jouer avec les harmoniques, effectuer un riff blues, s’auto-sampler et l’utiliser comme percussion, créer l’illusion à travers un son solide, complet et complexe. Au son de « Club Thing », les filles se lèvent pour aller danser au-devant de la scène; devant l’enthousiasme, le chanteur décide de passer outre son set list et d’y aller avec une reprise impromptue de « Enjoy the Silence » de Depeche Mode. Nous quittons ensuite l’endroit charmés et revigorés.

DSC_0065DSC_0067DSC_0072

Photos : Christelle Saint-Julien

– Christelle Saint-Julien

Publicité

Suivez-moi sur Twitter et Instagram : christellesj

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page