Une BD féminine légère, mais clichée!

« Après une énième rupture douloureuse, la Célibataire est décidée à ne plus se morfondre. Tant pis si l’Ex est difficile à oublier, tout est prétexte à rebondir sur ses erreurs! Elle devient donc experte dans l’art de :

  • repérer si le mâle est libre au contenu de son sac d’épicerie;
  • tirer profit de chaque situation pour montrer à son ex qu’elle est beaucoup mieux sans lui;
  • foncer sur tous les prospects qui se présentent (sans se mettre les pieds dans les plats);
  • Et surtout, elle refuse de devenir ce genre de fille qui passe son temps à manger de la crème glacée* devant une comédie romantique.

Mais la vie de célibataire est-elle aussi palpitante qu’elle en a l’air? Quand l’homme qui vous voit nue le plus fréquemment est votre médecin, il y a de quoi douter… Qu’à cela ne tienne, elle tente de profiter de chaque moment, tout en gardant en tête la quête de l’âme soeur! »

Qui a dit que les BD n’étaient que pour les garçons? Délaissant un peu la littérature jeunesse, India Desjardins a fait sa première incursion dans le monde de la bande dessinée avec La Célibataire en 2012. De courtes mises en scène franchement drôles et déculpabilisantes.

La clé du succès pour une bonne bande dessinée se situe dans la qualité des illustrations et une plume rythmée. C’est exactement ce que La Célibataire possède. La plume de l’auteure se marie bien avec les illustrations féminines et vivantes de l’illustratrice française Magalie Foutrier.

Les mises en scène qui nous sont offertes sont tantôt rigolotes, tantôt pathétiques, mais si légères qu’on se reconnait ou connait quelqu’un qui est déjà passé par là. Alors, inévitablement, nous avons droit à beaucoup de clichés, mais grâce à sa légèreté et au format, ceux-ci passent très bien.

Publicité

On s’identifie rapidement à l’héroïne (Est-ce vraiment une héroïne?). Une évolution, quoique subtile, se remarque de page en page et on referme cette courte BD plus rapidement que l’on aurait pensé.

Malheureusement, une erreur s’est glissée dans ma copie, et ce n’est pas vraiment la faute d’India, ni celle de Magalie, simplement un défaut d’impression qui m’a empêché de lire environ deux mises en scène. J’ai donc manqué au total quatre à six pages de la BD. Comble du malheur? J’avais jeté ma facture! Ça m’apprendra.

La Célibataire est un excellent substitut de crème glacée, elle nous conforte, nous fait rire et relativise la vie. Oui, tout ça en seulement quelques pages. Cette lecture légère est parfaite pour l’été (ça s’en vient, ne vous inquiétez pas), ou tout simplement entre deux livres un peu plus lourds.

Et si vous en voulez plus, vous pouvez suivre les aventures de La Célibataire ici : http://www.la-celibataire.com/pages/a-propos/27922712.html ou sur sa page Facebook.

Bonne lecture! :-)

Publicité

Verdict : Boucle divertissant, mais un peu cliché

Note : 8.5/10

Genre : Chick-Lit, Littérature Québécoise, Bande-Dessinée

Éditions : Michel Lafon

Prix : 19.95$

Publicité

@AlexePhilibert

5 réflexions sur “Une BD féminine légère, mais clichée!”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *