Le porto pour les nuls

N’ayant même aucun intérêt prédestiné pour le porto, je suis allée déguster quelques variétés de cet alcool directement dans les fabriques de sa ville d’origine à Porto au Portugal! Un alcool de « vieux » me direz-vous? Non! Un nectar à découvrir… Fort en alcool, mais à la fois sucré.

Un peu d’histoire

Pour faire simple, les anglais achetaient leur vin aux français. Ne pouvant importer du vin français durant les périodes d’affrontements, ils ont décidé de trouver une alternative : importer du vin portugais. Toutefois, le voyage un peu plus long, il fallut trouver un moyen pour conserver l’alcool tout en respectant la dent sucrée anglaise. Et c’est ainsi que le porto se présenta comme une excellente solution!

Sa fabrication

Dans la vallée du Douro, la vigne pousse à travers le schiste. Cette roche permet aux racines de ne pas être mouillée et aussi, elle permet de conserver la chaleur du jour pour la libérer en soirée.

Publicité

Un fois le raisin cueilli, il est écrasé. Avec les pieds? Parfois! En fait, un certain pourcentage l’est et il va aux productions plus raffinées, mais la majorité est traitée à la machine. Les pieds ont l’avantage de ne pas écraser les grains qui eux produisent l’acidité.

On laisse fermenter durant trois à cinq jours, ce qui est vraiment court en comparaison avec un vin de table. Pour couper la fermentation, on ajoute un alcool neutre à près de 77%. La courte période de fermentation explique le goût très sucré du porto.

Pour terminer, on entrepose le tout dans des tonneaux de chêne. Il y a de petits tonneaux pour plus de contact avec le bois et l’oxygène; et de très grands pour l’inverse. Le choix du tonneau et le temps de vieillissement dépend du type de porto que l’on veut produire.

Ramos Pinto
Ramos Pinto

Savoir le prendre au bon moment

Il existe en effet divers types de porto : Tawnies, blancs, rosés, Ruby, Vintage, Late Bottled Vintage.

Publicité

Le Vintage est le plus spécial d’entre tous; il ne s’en produit que trois fois par décennie par maison de porto. Il correspond à des normes précises et a la capacité de vieillir en bouteille.

Les Tawnies sont produits dans de petits tonneaux et donc oxydent plus. Ils prennent des couleurs plus ambrées et des arômes de caramel ou de noix. Cette variété accompagne très bien les desserts (ex : tarte aux pommes) et les fromages. Le goût de l’alcool est plus présent.

Les blancs et les rosés sont servis plus froids souvent en apéro. J’ai personnellement adoré le rosé qui selon moi, fait un excellent « drink de filles ».

Les portos Ruby sont plus complexes en goût avec leurs saveurs fruitées. On en sert généralement après le repas comme digestif, avec un chocolat ou des fruits rouges. Mmm!

Il est recommandé d’accompagner votre verre avec un petit quelque chose qui vient balancer l’intensité du porto. Toujours une question d’équilibre!

Publicité

Déguster du porto

Vous pensez que les gens faisant tournoyer le liquide rouge dans leur verre font leur « fancy », leur « je-connais-tout-et-je-bois-du-porto-tous-les-jours ». Et bien, détrompez-vous! Lorsque vous dégusterez votre porto, faites de même. Aérer le liquide permet à l’alcool de s’échapper et donc, vous goûterez plus les subtilités des arômes. Aérez, humez et goûtez! Et surtout, prenez votre temps!

Pourquoi ne pas l’essayer lors de votre prochain souper entre amis?

Voici ma suggestion pour la saison estivale (disponible à la SAQ) : Croft Pink

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page