J’aime les filles

Crédit photo : HBO

Ou si vous préférez, dans un français moins correct, I love Girls.

C’est samedi, jour hebdomadairement consacré au ménage/travaux et autres occupations de la plus haute importance. Pourtant, je décide d’entamer dans un élan de procrastination la télésérie américaine Girls. « Entamer », dis-je? Disons plutôt que je termine tout juste le dernier épisode de la saison… ok, de la saison deux…

C’est qu’en plus d’avoir un épisode titré Vagina Panic, la série originellement diffusée sur HBO a remporté les prix de meilleure comédie et meilleure actrice dans une comédie aux Golden Globes 2013. Ma curiosité était tout aussi piquée que le visage de Macaulay Culkin dans l’Été de mes onze ans (ouch).

J’ai donc suivi, le temps de vingt épisodes, la vie d’Hannah, Marnie, Jessa et Shoshanna, quatre amies approchant la mi-vingtaine. Celles-ci essaient péniblement de surmonter les obstacles de la vie de jeunes femmes New Yorkaises.

Sans pouvoir échapper à la comparaison avec Sex and The City (quatre amies, New York, les problèmes typiquement féminins, le sexe…) Girls se veut une série beaucoup plus réaliste et crue. L’Upper East Side y est remplacé par Brooklyn, les Jimmy Choo et les Manolos, par les factures. Au lieu de se dérouler dans les plus beaux restaurants de la ville, les girl talk se déroulent lorsque les protagonistes se retrouvent dans le même bain.

Publicité
Crédit photo: Collegecandy.com

Les textes ne boudent aucun tabou. Drogues dures, déviances sexuelles, pauvreté, nudité, homosexualité, tout est joué dans un humour intelligent, parfois noir, parfois touchant. La proximité entre le scénario et certaines expériences de vie de l’actrice Lena Dunham, alias Hannah, aussi créatrice de la série, ajoute à l’authenticité et la crédibilité du jeu d’acteur.

En un épisode, on s’entiche des quatre héroïnes : Hannah, la ronde trop souvent en détresse, Marnie la sérieuse conformiste, Jessa, la plantureuse insouciante désintéressée et Shoshanna  la très trop loquace jeune vierge. Même si tout du long je n’ai su m’identifier à aucune de ces dernières (ce qui est en un sens rassurant), je suis tombée amoureuse de la série.

En attendant fiévreusement la sortie de la saison trois en janvier 2014, je me contenterai d’écouter l’émission en version française sur les ondes d’ARTV dès septembre 2013.

Et vous les bouclettes, quel personnage de la télésérie vous colle le mieux?

À vous de le découvrir et de succomber à l’étrange charme des  filles de Girls.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page