Drôle de semaine

Cette semaine, comme vous l’aurez sans doute remarqué, c’est la 24e semaine de la mode de Montréal. L’ironie veut aussi que du 3 au 9 février, ce soit la semaine de sensibilisation aux troubles alimentaires.

 Pourquoi est-ce ironique me direz-vous? Je vous répondrai, parce que la mode, ce monde « superficiel » idolâtre une stature svelte, mais pas de la bonne façon. Le milieu de la mode crée un idéal de beauté unique qui met de l’avant des jeunes femmes maigrichonnes qui n’ont que la peau sur les os, mais qui surtout ne sont PAS en santé.

 On s’entend, il y a des filles grosses, il y a des filles minces, y en a des maigres, y en a des un peu rondouillettes. Des filles, des statures, il y en a des tonnes, toutes différentes les unes des autres, et c’est ce qui FAIT que la femme est belle! Mais des filles, il y en a aussi qui ne sont pas bien dans leur peau, qui se trouve toujours trop grosse, et encore trop grosse.

VISUEL ANOREXIE

Source photo : SantéBlog

Publicité

Tellement grosses, qu’elles en viennent à surveiller ce qu’elles mangent, couper un peu partout, à se faire vomir, à se mutiler, à ne plus manger et mettent leur vie en péril. Ces troubles alimentaires, qui souvent passent inaperçus sont dommageables, oh combien dommageables pour la santé non pas seulement physique, mais aussi psychologique.

Cette cohabitation de la semaine de la mode et de la semaine de sensibilisation aux troubles alimentaires est malsaine. Malsaine dans le message que l’on veut envoyer aux gens. C’est comme dire « Yo, les troubles alimentaires ça existe, et c’est dangereux, mais vient donc te sentir mal en assistant à des shows où des mannequins de 5 et 10, 95 lb , si c’est pas moins et qui tiennent à peine sur leurs jambes, paradent dans des morceaux un peu trop grands pour eux, et viens encourager cette industrie qui te veux toujours et encore plus maigre ». Ou encore « Yo, mange comme tu veux, l’image corporelle saine et diversifiée c’est important, mais nous on te montre qu’un modèle et on t’offre qu’une pomme et des bulles au menu»

Well done, Well Done.

La semaine de la mode de Montréal, c’est bon, vraiment bon pour l’industrie québécoise. C’est des nouveaux et moins nouveaux designers qui montrent leurs talents à plusieurs personnes importantes du milieu. Ça leur donne du travail, ça nous dit que le Québec à du talent, que la mode, ça existe aussi ici. Mais c’est tellement WRONG de mettre ça la même semaine que la SemTA 2013. Tellement. L’industrie tente « supposément » de se défaire de l’image unique et malsaine qu’elle projette, mais ce n’est pas comme ça qu’elle va y arriver.

C’est pas en mentionnant à 2-3 endroits que l’industrie appuie une image corporelle saine et diversifiée, que ça veut dire qu’elle le fait. C’est pas à scandant haut et fort qu’ils ont signé la charte que c’est bien. C’est juste trop facile à dire.

Publicité

Pourquoi la Semaine de la mode ne s’est pas associée avec ANEB pour la SMM24? Pourquoi ne pas avoir profité de la semaine de sensibilisation aux troubles alimentaires pour changer la donne? C’est soit les deux semaines s’associent, soit elles se dissocient et n’ont PAS lieu en MÊME TEMPS…

 L’ironie du sort c’est qu’avec tout ça, la SMM24 prendra le dessus, que la semTA2013 va sombrer dans l’oubli de l’industrie, et qu’on retrouvera encore un nombre beaucoup trop élevé de femmes et d’hommes qui seront aux prises avec des troubles alimentaires…qu’en société on aurait pu éviter.

P.S C’est aussi la semaine de prévention du suicide et de l’enseignement, ( C’est pas un peu trop en même temps? )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page