Faire sa valise avec logique

Confrontée à un départ imminent, il est maintenant temps de choisir avec attention mes « compagnons de voyage ». Un chandail, une paire de bas ou même une brosse à cheveux peut faire toute la différence quand il s’agit de défier le mal du pays. Se sentir chez soi, c’est un sentiment assez relatif d’une personne à l’autre. Il n’y a pas que le matériel qui compte. Toutefois, les objets ont parfois ce pouvoir de nous ramener des souvenirs et de nous offrir ce sentiment d’appartenance.  Ô combien nostalgiques nous sommes par moments! Ceci étant dit, il faut savoir choisir habilement nos babioles de prédilection  pour profiter pleinement de notre voyage.

D’abord, cerner nos besoins.

  • Quels types d’activités seront à notre disposition et lesquelles comptons-nous faire?
  • Quel type de voyageur sommes-nous? Une poule de luxe traînant dans des complexes magistraux ou une presque va-nu-pieds en flip flop dans un bidonville? (Aucune extrapolation ici!)
  • Sommes-nous en quête de recherche intellectuelle? Ou plutôt pour affaires professionnelles? Il faut connaître la nature de l’aventure qui nous attend.

Toutes ces questions pratiques aident certainement à déterminer le genre de vêtements que l’on doit apporter et aussi la capacité de notre valise. Voyager léger versus voyager façon grande classe.

Ensuite, il faut vérifier la météo.

C’est certainement l’un des points les plus influents dans nos choix d’articles de voyage. Attention, la saison des pluies affecte la moitié du globe inférieure alors que l’autre moitié profite de sa saison chaude! Mieux vaut prévoir pour toutes les éventualités au lieu de se ramasser sans foulard lors d’une tempête de sable! Bien évidemment, plusieurs choses comme cette dernière se trouvent, sans contredit, assez aisément! Surtout quand il s’agit d’un effet essentiel.

Publicité

Finalement, penser aux petits trucs que l’on pense futiles.

Plusieurs petits objets nous sauvent parfois la mise et il ne faut pas les oublier. Même si on sait pertinemment que l’on ne les utilisera qu’une seule et unique fois. Ils sont si importants lors de leur seule exploitation qu’ils valent dix fois un autre gadget que l’on pensait utile. On emmène donc un tube de Polysporin pour LA fois où on en aura besoin parce qu’on s’est bêché solidement sur un caillou en montagne. True story.

Maudit que c’est long quand tu n’as pas un truc! Une pince à sourcil par exemple? C’est dur de trouver ça en pleine jungle… True story… Again! Mais on finit toujours par s’arranger avec les moyens du bord et à survivre.

Deedeeparis.com
Deedeeparis.com

Somme toute, ce sont ces petites choses qui font que notre bagage est complet. Et ce sont ces petites choses qui nous octroient un certain confort, comme celui que l’on retrouve à la maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page