Entrevue avec la marrante Gabrielle Caron: les filles, c’est funny!

La fois où j’ai ouvert une auberge avec Gab Caron.

« On le sait ben, les filles, c’est pas drôle ! »

T’as déjà entendu c’te phrase-là. Tu l’as peut-être même déjà dite. Please, va pas répéter ça à Gabrielle Caron, humoriste de la relève. Elle va te péter une coche.

J’ai jasé avec Gab après une soirée intime et cocasse aux Soirées Marrantes, où elle a animé le tout en splendeur et en gags. Ça s’est passé au Bistro In Vivo (coopérative sympathique, où produits locaux et ambiance chaleureuse sont in a relationship sur Facebook), sur Ste-Catherine Est, pas ben loin du Boulevard Pie-IX. Le line up était tout ce qu’il y avait de plus respectable : Martin Racine, Derrick Frenette, Richardson Zéphir, Mélanie Ghanimé et Simon Leblanc. Ça vous dit p’t’être rien, c’est normal. D’où ma job abusive de ploguage de liens. Allez vous informer, maudine. Sont drôles.

Vous remarquez de quoi dans le line up? That’s right, y’a yinqu’une fille sur le show, à part l’animatrice. C’est surprenant ? Pas tant. Les filles sont toujours moins nombreuses dans ce genre de soirées-là, pour la simple et bonne raison que… y’a beaucoup moins de filles en humour au Québec.

Ben oui toé, un beau gros scoop de La Semaine.

Publicité

A+ en corrélation, fille.

En plus, c’est pas parce qu’elles sont moins bonnes. Comme l’a si bien dit Gab : « C’est pareil pour les autres métiers stéréotypés : on en voit ben, des « hommes de ménage », des infirmiers pis des profs gars au primaire, pis y font une bonne job quand même. Je vois pas pourquoi ce serait différent pour les filles humoristes. Du talent, c’est du talent, peu importe le sexe.»  Bref, le talent, c’est unisexe. Comme le linge chez Zellers.

Alors, d’où viennent les préjugés, voire le mépris pour les humoristes femmes de la relève ?  Selon Gabrielle, la réponse réside dans le nombre minime de filles dans l’industrie et les mentalités fermées du public québécois. « Parce qu’on est moins nombreuses, on a une pression supplémentaire sur les épaules. On doit à tout prix performer, parce que les gens se rappellent ben plus d’une fille qui se plante que d’un gars qui se plante. » Résultat ? Les filles, c’est pas drôle. Grosse généralisation sale. Pis là, le mot se passe.

« Une fois, j’ai même entendu un animateur présenter une humoriste en disant : La prochaine, c’est une fille, partez pas, ça va être drôle quand même… » Cool, budday. Vraiment. Maintenant, le public est influencé. Ça rit moins. Ça se décourage dès le départ, ces petites bêtes-là. Le public, c’est comme un hamster. Faut que tu l’alimentes pour qu’il fasse tourner la roue.

Ouain. C’t’une image, mettons.

Publicité

J’dis pas que toutes les filles sont funnay non plus. Ça relève des goûts de chacun. Exemple : j’trippe de trop sur les gags incorrects de Mike Ward, mais c’est pas le cas de tout le monde (also known as la chronique de jeudi passé) C’que je dis, c’est que c’est pas le talent de la relève féminine qui manque, simplement un peu d’ouverture d’esprit et de guts aux filles qui voudraient faire de l’humour. On va se le dire, faut pas avoir peur du ridicule. C’est pas n’importe quelle fille qui troquerait ça pour sa garde-robe branchée.

J’vous laisse sur c’te vidéo-là.

C’est d’la promo pour une soirée d’humour de filles que je viens juste de découvrir. Nice.

http://www.youtube.com/watch?v=X5ZwhJniXHw

… But that’s for un prochain billet!

Publicité
Source: Page Facebook des Soirées Marrantes

Prochaine Soirée Marrante: 24 novembre, 21h au Bistro In Vivo,  7$

Prochaine apparition de Gabrielle Caron: 31 octobre, 20h au Plan de match pour une soirée Halloween (animation Frank Grenier) 5$

7 réflexions sur “Entrevue avec la marrante Gabrielle Caron: les filles, c’est funny!”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page