Pourquoi j’aime Si on s’aimait

Je l’avoue, je suis une adepte! C’est l’année dernière que j’ai découvert cette émission où l’on en apprend plus sur les patterns relationnels. L’émission accueille trois participants courageux qui doivent entrer en relation avec quelqu’un dans le but d’en apprendre sur eux-mêmes, sur leurs modèles amoureux ou de vie et sur les relations humaines en général, le but de l’émission n’étant pas nécessairement de créer des couples.

Cette année on y suit Brigitte, une femme dans la cinquantaine, Sébastien qui parle courageusement de sa séropositivité et de Guillaume, un jeune homme dans la trentaine. Ces courageux humains qui ont décidé de se mettre à nu et qui s’engage dans une approche thérapeutique avec Louise Siguoin l’intervenante de l’émission, ont tout mon respect. Ce n’est vraiment pas évident de se livrer comme ça à tout le Québec. Honnêtement, je ne le ferais jamais.

Certains ont des comportements ou des modèles qui viendront en chercher quelques-uns, mais j’avoue que j’ai de la difficulté à comprendre la haine dont certains ont été victimes sur les réseaux sociaux. Réagir entre amis ou entre collègues à l’émission de la veille d’accord, mais l’émission a dû mettre un avis à la bienveillance sur leur page Facebook tellement la haine était virulente.

Il faut comprendre que certains participants ont dû souffrir et que s’ils sont à cette émission, c’est qu’à la base, ils veulent mieux se comprendre, se faire face et tenter de changer certains trucs. Perso, je trouve que c’est franchement respectable.

Sébastien vit son expérience avec Gabriel, un homme qui parle ouvertement de son asexualité. Brigitte, quant à elle, le vit avec Sylvain, un homme qui apprend petit à petit à dire non. Enfin, Guillaume est avec Amélie une jeune maman monoparentale qui s’engage complètement dans sa démarche pour mieux apprendre à écouter sa petite voix intérieure.

Publicité

Je trouve cette émission sincèrement intéressante et j’y apprends à travers les messages de la thérapeute et l’expérience des invités, plein de choses sur les relations. Je fais des liens avec ma propre vie et mes propres patterns!

Mon seul bémol: l’animation par Guillaume Lemay-Thivierge et Émilie Bégin. Bien que je les adore en tant qu’artistes, leurs interventions avec Louise Siguoin sont un peu « stagée et apprises par coeur ». Cela me fait un peu décrocher. Je ne crois pas que cela soit nécessaire. Les segments où ils sont téléspectateurs comme nous, par contre, sont savoureux!

Je suis aussi ravie que cette année il y ait eu de la diversité culturelle, sexuelle et corporelle, ça fait du bien! Le titre de l’émission étant «Si on s’aimait?» je l’analyse comme étant «Si on s’aimait entre nous» et «si on s’aimait mieux soi-même». C’est un beau projet! Bonne nouvelle, il y a aura une troisième saison! Bravo à cette émission inspirante et enrichissante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page