Ceux qu’on oublie

Si vous vous sentez en détresse ou avez besoin d’aide, SVP consultez le répertoire à la fin de cet article.

Je sais qu’en ce moment chaque jour apporte son lot de questionnements et d’incertitudes. À 13h, on se demande tous quelles seront les nouvelles mesures préventives gouvernementales annoncées et comment celles-ci continueront d’impacter nos vies et surtout jusqu’à quand. Les travailleurs autonomes se demandent comment payer leurs prochaines factures et les parents cherchent déjà de nouvelles activités éducatives pour leurs enfants. Le vendredi soir, plusieurs ont rejoint leurs amis par vidéo-conférence pour un 5 à 7 nouveau genre et à 20h30, les voisins ont fait clignoter leurs lumières pour briser la solitude.

À travers tout ça, à travers ces questionnements et cet isolement, j’aimerais qu’on réalise les privilèges qui continuent de nous enlacer.

Et surtout, j’aimerais qu’on ait une pensée pour tous ceux qui n’ont pas ces privilèges.

À ces enfants victimes de violence et de négligence dans une maison que seule l’école leur permettait de quitter

Publicité

À ces fxmmes et ces hxmmes victimes de violence conjugale dont l’isolement ne leur donne aucun répit.

À ces fxmmes et ces hxmmes dans la rue qui n’ont pas de maison où s’isoler.

Et j’en passe.

Je sais que c’est pas facile en ce moment pour personne. Mais j’aimerais tellement qu’on parle un peu plus de ceux pour qui c’est encore moins facile. Qu’on leur donne une tribune et surtout qu’on bombarde les Québécois de ressources nécessaires pour signaler ces cas.

Ressources:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page