Merci Mario Pelchat

Ah, 2018 qui s’achève… L’heure sera aux bilans, aux introspections et aux traditionnelles résolutions. En général, on le sait, les gyms, les commerces et les compagnies de services misent sur cela dans leurs stratégies marketing pour nous attirer dans leurs filets. Oublions ces résolutions qui, nous le savons très bien, en général, seront très vite oubliées vers le 7 ou le 8 janvier!

Moi, je propose plutôt un défi autant à vous qu’à moi : pourquoi ne pas profiter de la nouvelle année pour se lancer personnellement (ou à quelqu’un) ce challenge de type « té pas game » ? Voici ce que je propose : aller voir un artiste ou une œuvre qu’on ne comprend pas, qu’on ne connaît pas. Pourquoi? Eh bien, pourquoi pas? Parce que découvrir quelqu’un ou quelque chose, c’est quand même excitant! Peut-être qu’on aimera, qu’on détestera ou que l’on restera mitigé, mais on fera face à de la nouveauté et de la découverte,  c’est  certain.

Publicité

 Personnellement, j’aime le théâtre, la danse, la musique et un de mes chanteurs québécois favoris, c’est Dumas. Mais il y a quelque temps, j’ai accompagné une amie pour aller voir un autre chanteur québécois que je ne connaissais que de nom : Mario Pelchat. Eh bien, je ne peux pas dire que je vais acheter tous ses albums, ou un t-shirt à son effigie, mais j’ai adoré ma soirée! Pas du tout mon style, mais il m’a énormément appris, surtout de ne culturellement rien prendre pour acquis.

Aucun repère, ne connaissant pas les paroles des chansons, je me suis retrouvée dans une mare de fans déjà conquises. J’ai apprécié sa voix, ses discussions entre les chansons et son autodérision. J’ai aussi été émue, car c’est difficile de rester de glace devant ce chanteur qui, physiquement, te chante qu’il a pleuré dans la pluie. Ce n’est pas une pub pour Pelchat, non. C’est juste que cette soirée m’a donné le goût, à l’avenir, de me mettre artistiquement en danger une ou plusieurs fois par année. D’aller vers des choix aux antipodes de mes chemins artistiques habituels. Bref, consommer de la culture sans modération. Comme pour le resto, quand on choisit d’essayer un nouveau plat, c’est le fun et des fois on fait de belles découvertes.

Le thêàtre, le musée, un vernissage, un spectacle de danse, un film, un chanteur, un spectacle d’humour et j’en passe, l’offre culturelle est riche au Québec. Que ce soit des productions à gros budgets ou à petits moyens très locaux, l’important, c’est d’essayer. Vas te faire déstabiliser, te faire chercher dans tes émotions ou dans tes incompréhensions.

Publicité

 Ça décrasse, ça déboulonne, ça fait du bien. Le pire qui peut arriver? T’auras perdu une soirée. Le mieux qui peut arriver? Tu vas découvrir une œuvre, un artiste, une démarche et passer une fichue de belle soirée! Tomber en amour avec un artiste ou une œuvre qu’on n’avait jamais pensé aimer, c’est le fun et thrillant, et tu vas juste le savoir en essayant!

 La culture, c’est cher? Non, pas toujours. Parfois il y a des spectacles ou des pièces de théâtre dans les villes ou en région. J’ai été grandement surprise de voir et de constater qu’à deux pas de chez moi, en banlieue, je pouvais voir des pièces originales à faible coût, et ce, sans frais de stationnement!

Alors, pour 2019, je vous souhaite des surprises, des émotions, des larmes, des coups de cœur. Je pense que vous ne serez pas déçus. Moi, ce défi, je le continue cette année et avec mes amis, et je pense qu’on ne le regrettera pas, alors bonnes découvertes culturelles à vous. Pour ma part, je suis maintenant une exploratrice d’œuvres que je ne connais pas et, pour cela, merci Mario Pelchat.

 Joyeuses Fêtes et bonne année culturelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *