L’Action de grâce… à chaque jour?

Nous voilà en pleine semaine de l’Action de grâce… la fête de quoi au fait? Pour moi, dans ma compréhension, c’est la fête de la gratitude, et la gratitude c’est très important pour le mental, le bonheur et les relations avec soi et les autres.

Publicité

Au Canada, l’Action de grâce n’est pas vraiment célébrée. Aux États-Unis, nos voisins du Sud, c’est une célébration souvent grandiose. Abondance de nourriture, rassemblement de familles et amis, célébration des cadeaux de la vie et reconnaissance de ce que nous avons chacun à célébrer dans nos vies. J’aime l’idée, je la trouve super, mais…

Je suis pour la gratitude, mais un peu chaque jour et sans besoin d’éclat! Alors, oui, célébrer les grandes choses : mariages, grande famille, santé, abondance de nourriture, richesse monétaires, etc. Or, le truc avec la gratitude, c’est de la célébrer chaque jour et surtout de ne pas mettre une échelle de valeur de ce qui mérite d’être célébré ou pas.

Je suis pour ces dates comme l’Action de grâce ou la Nouvelle Année où l’on fait un bilan de notre année et qu’on se demande comment faire mieux. Or, c’est dans le quotidien, dans le day to day que tu peux réellement te donner le temps de non seulement apprendre à reconnaître ce qui vaut la peine d’être célébré, mais aussi apprendre à observer ta vie réellement.

Publicité

Savais- tu qu’en prenant le temps, chaque jour, chaque soir, de faire une liste de cinq à dix éléments pour lesquels tu as de la gratitude en lien avec ta journée, non seulement tu apprends un peu chaque jour à porter attention aux éléments positifs, mais en plus tu apprends à ton CERVEAU à faire des connections qui vont faire que ta perception de ton monde, ton regard face à toi et ton univers va changer? Tu en viens à avoir le réflexe de te dire Merci intérieurement à chaque fois que tu reconnais un élément positif. Plus tu apprends à avoir de la gratitude, plus tu deviens facilement observateur des beautés dans ta vie.

Une des leçons que les gens apprennent en premier, que l’on sait dans notre tête, mais que la gratitude au quotidien te fait apprendre plus profondément, dans les tripes, dans le vécu, c’est que c’est souvent dans ce qui semble petit que s’expriment les vraies grandes joies et les grands cadeaux de la vie.

Si tu me le permets, je vais te partager mon parcours plus personnel face à la gratitude comme exemple.

Quand je pense devenir folle à cause du négatif qui s’empile ou quand je reçois un jugement, une situation ou une façon de me percevoir qui me heurte dans le cœur, je me dis toujours : focus sur quelque chose de bien.

Gratitude. Regarder le beau, le bien.

Je regarde les pattes de mes chats parce que je les trouve mignonnes. Je porte attention au fait qu’ils sont toujours présents, aimants même si je suis malade, malcommode, anxieuse. Je me répète que j’ai des parents qui sont d’accord d’avoir leur jeune adulte à la maison. Je fais la liste des compétences que j’ai encore, que je n’ai pas perdu avec ma force d’antan. Je fais la liste des compétences que j’ai développées grâce aux bouleversements des dernières années. Je fais la liste des espoirs qui restent possibles. Je dis merci à l’amour que je reçois et à l’affection que je peux encore donner.

Je dis à ma tristesse que je ne peux possiblement pas avoir la beauté de la vie que je veux avoir, mais qu’il y a possiblement des beautés qui vont venir à moi et que si je me concentre sur ce que je n’ai pas ou ne peux pas avoir, je ne verrai pas les beautés qui viennent à moi, celles que je ne connais pas encore. J’ai peur, tellement peur de ne pas pouvoir devenir la femme que je veux être, mais je suis déjà quelqu’un…

Je pense parfois mourir de chagrin en pensant que possiblement je ne pourrai pas être une mère pleinement présente, une conjointe véritablement partenaire, une amie qui peut soutenir autant que je voudrais… Puis, je me rappelle que je suis déja une jeune femme qui, même au plus creux de la tempête, a cherché à donner, soutenir, aimer. Oui, j’ai déja été si mal dans mon corps que je ne me sentais pas à l’aise de prendre les gens dans mes bras parce que j’avais un sentiment de les contaminer, mais toujours je cherchais à les regarder et à leur parler avec affection. Non, je ne vais pas aux partys et je ne chante pas avec vous au karaoké en buvant une bière, mais je crois en vous, en vos projets et en votre avenir. Je sais que je ne suis pas la jeune adulte que tout parent mérite d’avoir, mais je suis celle qui cherche à prendre soin d’eux au quotidien autant qu’eux ont pris soin de moi depuis toujours.

J’apprécie même ce qui semble négatif. Merci de pouvoir prendre soin d’un chat affamé et blessé. Merci d’avoir le temps de consoler une amie pendant un après-midi de semaine. Merci de ne pas avoir à me culpabiliser d’avoir à appeler un patron pour caller malade quand mon corps me fait des suprises. Merci d’avoir une curiosité sans bornes, une envie d’apprendre qui fait que je ne m’ennuie jamais, même lorsque je suis seule.

(Traduction libre : J’ai appris ce que c’est d’être amoureux en cessant d’aimer. J’ai beaucoup appris ce qui fait de quelqu’un un véritable ami alors que j’étais seul, isolé.)

Oui, avoir un gros compte en banque et une promotion au travail est super! Oui, finir un grand projet personnel ou professionnel amène une joie qui nous fait flotter pendant un temps. MAIS dis merci pour ceux qui t’on soutenue et ont cru en toi sur le chemin. Dis merci à ton corps qui fonctionne, au quotidien ou certains jours. Dis merci à la présence des gens dans ta vie. Dis merci à la chaleur de ta maison. Dis merci à la nourriture sur ta table.

Non, non, non, NE TE COMPARE PAS. Je ne te dis pas de «penser aux petits africains qui meurent de faim, espèce d’ingrat!» Non, non, non! Ça n’amème rien de bon, que de la culpabilité. Ne compare pas. Ne cherche pas à évaluer ce qui mérite de la gratitude ou pas. Juste reconnaître, regarder, observer et dire merci. Juste apprendre à voir ce qui est bien dans ta vie, petits et grands et petits qui est en vérité très grands, et prendre le temps de dire merci, dans ta tête, sur une feuille si tu aimes les listes (ou si, pendant un moment plus down, tu pourrais avoir besoin de relire pour te rappeler.)

(Traduction libre : Le succès c’est de s’aimer soi-même, aimer ce que nous faisons et aimer comment nous le faisons.)

Je te propose vraiment te t’intéresser à la gratitude. C’est un outil vraiment important, souvent négligé et franchement utile dans l’établissement de bonnes relations avec soi, avec les autres et avec son univers. Je te donne comme suggestion de non seulement faire une petite liste chaque soir ou à travers ta journée, mais aussi de dire merci plus souvent, dans ta tête ou d’autres fois. Peut-être que tu l’a vu passé sur Facebook toi aussi, mais j’avais vu un article qui proposait de dire merci plutôt que pardon. Par exemple, dire « Merci de m’avoir attendue! » plutôt que de dire «  Je m’excuse je suis en retard! ». Dire « Merci de m’avoir aidé hier soir quand je n’allais pas bien! » plutôt que «  Ah je suis tellement désolé pour hier, j’ai gâché la soirée quand j’ai commencé à mal feeler…» On part sur une base plus positive, moins culpabilisante pour soi et au final, on reconnaît un élément positif chez l’autre, ce qui nous rend plus sympathique et lui démontre qu’on l’apprécie, le respecte.

Avez-vous des suggestions de phrases plus positives, qui commencent par un merci qui pourraient remplacer une phrase qui commence habituellement par une « Excuse-moi de… »?

Pratiques-tu déjà la gratitude dans ta vie? La gratitude sincère, celle que tu ne fais pas par politesse apprise ( «Dis merci à la madame!») , mais bien celle que tu reconnais, que tu ressens en toi, face à des éléments dans ta vie et/ou que tu as vécus?

Jessica commencé une processus de réflexion en juillet 2018 qu’elle nous partage sur son blog personnel sur prochedelaperfection.wordpress.com. Elle a créé une page facebook rattachée à ce blog puisqu’elle aime vraiment échanger avec les gens, connaître leurs propres réflexions sur eux, la vie… etc.!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *