Savourer les Îles de la Madeleine : les arrêts gourmands incontournables

261 Partages

Quiconque va aux Îles de la Madeleine tombe sous le charme! Lors de mon passage, j’y ai croisé nombre de Madelinots qui, après avoir quitté l’endroit pour les études ou le travail, y sont retournés, ou encore, et ça n’a rien d’étonnant, des gens qui y sont allés une fois par plaisir ou pour le travail et qui ne sont jamais repartis. Le paysage à couper le souffle, les habitants des plus chaleureux, les artisans passionnés et passionnants y sont assurément pour beaucoup. Impossible de revenir de cette région majestueuse sans être un brin nostalgique.

J’ai séjourné aux Îles 4 jours. Ce fut trop bref pour tout ce qu’il y a faire, à goûter et à voir.

Publicité

L’archipel est riche de sa culture culinaire. Lors de ma visite, j’ai été impressionnée de constater à quel point les artisans travaillent constamment en collaboration. Ici, chacun s’entraide et emploie les produits de son prochain pour mettre en valeur son expertise et la richesse du terroir. De ces précieux partenariats naissent des produits uniques comme la Tomme des Demoiselles de la Fromagerie du Pied-De-Vent à la Corne de brume de À l’Abri de la Tempête.

Question de profiter de la vue pittoresque, je vous recommande de faire une partie du circuit des saveurs à vélo. Mon expérience n’aurait pas été complète sans cette balade à bicyclette. Plusieurs arrêts gourmands (lorsque situés sur la même île), se font très bien à vélo (les distances entre chacun n’étant pas trop grandes).

Publicité

Pour la location de vélo : Boutique Véli-Vélo ou  le Pédalier

Voici quelques lieux qu’il vous faut visiter sans faute :

1. La Fromagerie du Pied-De-Vent

La Fromagerie du Pied-De-Vent est définitivement un incontournable aux Îles. Son nom nous provient des percées de soleil entre les nuages, qui seraient, selon les ouï-dires, annonciatrices de vents forts, un phénomène atmosphérique pour le moins fréquent aux Îles. Cette entreprise qui fêtera ses 20 ans à l’automne 2018, se spécialise dans la confection de fromages de lait de vache de race canadienne et est récipiendaire de nombreux prix et distinctions. Tant qu’à passer à la fromagerie, prenez un moment pour faire la visite de la ferme et de l’économusée. Les dates se retrouvent sur le site Web de la fromagerie*.

À goûter sans modération : la Tomme des Demoiselles affinée à la bière la Corne de brume de À l’abri de la Tempête

2. Le Fumoir d’Antan

Le Fumoir d’Antan s’avère être le seul fumoir à la bûche traditionnel au Québec. Pour avoir eu la chance de visiter une salle de fumage, je dois vous dire que c’est particulièrement impressionnant. Au Fumoir d’Antan, les harengs sont boucanés. D’abord, on allume de petits feux que l’on étouffe avec du brin de scie. Les harengs sont suspendus dans le fumoir, boucanés tous les matins et tous les soirs, et ce, pendant trois mois. Ce sont les filets au dos du poisson qui seront conservés. Grâce à cette technique ancestrale complexe, on obtient un produit unique. En 2018, ce sont 30 000 livres de hareng qui ont été fumées à ladite place.

Le hareng boucané ressemble à un jerky de bœuf et peut être mangé de la même façon, accompagné d’une bière et de croustilles ou encore dans une salade ou sur une pizza en petits morceaux. Il saura remplacer à merveille le bacon. D’autres produits sont aussi disponibles sur place, dont des couteaux de mer fumés, du hareng mariné en pot (un pur délice) et plus encore.

3. Miel en Mer

Chez Miel en Mer, entreprise apicole certifiée biologique, on revêt une combinaison de protection et on profite d’une visite éducative*, à la fin de laquelle on goûte au miel et à l’hydromel de la place.

Vous voudrez repartir avec un pot de miel, croyez-moi! La texture du miel est on ne peut plus crémeuse, puisqu’il n’est pas chauffé, contrairement aux miels plus commerciaux et non biologiques. Tout dépendant la récolte, soit celle d’automne ou d’été, les notes que vous y retrouverez différeront. Somme toute, vous pourrez retrouver les parfums de fleurs sauvages et de verge d’or.

4. Le Barbocheux

Jadis, chaque famille concoctait sa propre bagosse. La bagosse, c’est un peu comme un touski alcoolisé. Les gens prennent ce qu’ils ont sous la main à faire fermenter, soit des fruits et légumes en moins bel état, des herbes ou des fleurs. Il y a autant de recettes de bagosses que de familles. La bagosse joue d’ailleurs un rôle important dans la Mi-Carême, moment de l’année où les citoyens se promènent pour barbocher, un mot ma foi rigolo, qui désigne le fait de se promener pour goûter les bagosses de maison en maison.

C’est de cette tradition pour le moins originale que s’est inspiré le couple à la tête de l’entreprise Le Barbocheux, Sylvie et Léonce. Dans la famille de Sylvie, la spécialité, c’était la bagosse au pissenlit. Vous aurez donc le plaisir de retrouver une bagosse, soit un vin artisanal de fruits, au pissenlit et à la canneberge. Il s’agit ici de l’unique breuvage alcoolisé au pissenlit fabriqué au Québec. Cette bagosse aux notes florales a été un véritable un coup de cœur. Outre cette dernière, vous pourrez retrouver une bagosse aux fraises et framboises, surnommée par les locaux le Rosé des Îles, ainsi qu’un vin fortifié et une liqueur de framboise.

5. Le Verger Poméloi

Le Verger Poméloi, en chiffres, c’est 600 pommiers, 25 variétés de pommes et 2 000 bouteilles d’alcool par an… rien de moins. Comme si ce n’était pas suffisamment impressionnant, toutes les opérations sont effectuées par 4 personnes seulement, à savoir Éloi, sa femme Monique et ses deux fils. Il s’agit du premier, et encore aujourd’hui, de l’unique verger sur le territoire des Îles de la Madeleine. Le Verger Poméloi se spécialise dans les cidres de pommes. Vous souhaitez revenir avec un produit d’exception ou un cadeau à offrir? Tournez-vous vers la Poméloi, un mélange d’eau-de-vie de pommes et de cidre, dont la bouteille renferme une pomme qui a grandi en son sein. Un produit sophistiqué que l’on servira en digestif. Aussi beau que bon, ce fin nectar vous enveloppera avec ses notes à la fois fruitées, corsées et chaleureuses.

Outre les cidres, des produits alimentaires fins, dont les recettes sont celles de la charmante Monique, sont aussi disponibles, notamment des beurres de pommes et de prunes, des gelées de pommettes et des mélange de fines herbes.

Lors de votre visite, profitez-en pour visiter le verger et faire une dégustation au belvédère. Je vous souhaite de goûter aux truffes au cidre de pomme qui m’ont complètement renversée.

6. À l’abri de la Tempête

On s’arrête le temps d’une bière ou deux… ou trois à la microbrasserie À l’abri de la Tempête, un endroit qui n’a plus besoin de présentation. Prenez un moment, entre deux gorgées, une huître ou un plateau de fromages (vous y trouverez des fromages signés Pied-De-Vent, notamment) pour parler avec l’impressionnante Élise, copropriétaire et maître brasseuse. Sa fibre créative, son enthousiasme et sa passion sont contagieux! La rumeur (ou la palabre) veut qu’une bière ait été brassée avec le bois maudit des fondations de l’église, et qu’une autre, en hommage à l’homme qu’est Mario Cyr (le plongeur), consiste en un assemblage de bières vieillies en fûts de chêne sur terre et de bières vieillies en barils enfouis en mer. Il n’y a pas à dire, À l’abri de la Tempête, l’unique microbrasserie aux Îles de la Madeleine, fait honneur au folklore de l’archipel et à l’histoire de ses habitants. Les bières, tout comme le menu, mettent en valeur, chacune à leur façon, les produits du terroir. L’endroit offre une vue imprenable sur la Dune de l’Ouest, alors sortez prendre l’air sur la terrasse! Comme plus de 80 % des bières brassées sur place sont vendues uniquement sur le territoire, vous ne pourrez repartir sans quelques bouteilles.

7. Aucoin des sangliers

Aucoin des sangliers, c’est une ferme, une boucherie et une boutique où l’on retrouve des produits fins à base de sangliers, de cochons et de veaux : des terrines, des rillettes, des pâtés, des saucisses, des saucissons, etc. Ces produits sont confectionnés avec soin par Gilberte et Jeannot, un couple des plus charmants. Les propriétaires ont aussi un casse-croûte, à l’Anse aux baleiniers, où vous pourrez manger une poutine au sanglier; une expérience peu commune!

Quelques endroits à découvrir en rafale :

L’Arbre à Pains : Une mignonne boulangerie-pâtisserie où vous pouvez arrêter acheter pains, croissants, petits gâteaux, granolas maison, fougasses et cie. Leurs tartelettes citron-meringue goûtent le ciel!

Gourmande de nature : Une boutique gourmande où l’on peut aussi manger une bouchée.

Les Pas Perdus : Restaurant présentant une cuisine de type bistro, tout simplement parfait pour le 5 à 7.  L’ambiance est au rendez-vous! Ici, il vous faut goûter la décadente Poutine Boss, une poutine au fromage Pied-De-Vent et aux pétoncles.

Les Banax

Decker Boy : Alors là, au Decker Boy, on se délecte de Banax, les beignets des Îles.

Café de la Grave : Sympathique restaurant où l’on pourra manger un succulent pot-en-pot ou une galette de morue, deux plats typiques des Îles.

Le Resto Bistro Accents : Il faut goûter au bouilli de viande salée du chef Hugo.

Je vous reviens d’ailleurs sous peu avec un article sur les plats traditionnels à découvrir aux Îles de la Madeleine et mes produits gourmands coups de cœur. Bon appétit!

* Des frais s’appliquent pour une telle activité.

Merci à Tourisme Îles de la Madeleine grâce à qui ce séjour a été rendu  possible! Merci également aux petites entreprises qui ont aussi contribué. Notez qu’aucune rémunération n’a été offerte pour cet article.

Crédits photo : Pascal Arseneau, Fumoir d’Antan

261 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *