Un voyage en Europe de l’Est avec le Café Baba Yaga

Détrompez-vous, malgré son nom, le Café Baba Yaga n’a rien d’un café. Bon, on y sert effectivement du café et du thé, mais là n’est pas la spécialité de l’endroit! Le Baba Yaga est avant tout un tout petit restaurant (seulement quelques places assises) aux saveurs de la Pologne (avec certaines influences de la Russie, de l’Ukraine et d’autres pays de l’Europe de l’Est). On s’y assoit à l’un des comptoirs et on savoure les soupes, salades, sandwichs, mets et desserts qui font la renommée du lieu. Bien qu’ouvert depuis seulement deux mois, l’endroit connaît déjà un fort succès. Il faut dire que c’est l’équipe du restaurant L’Orignal qui est derrière ce charmant établissement, dont la direction est principalement assurée par Monika Terlecki. Le menu a d’ailleurs été inspiré par les origines de Monika.

Baba quoi?

Le nom et le logo du Baba Yaga, une maisonnée avec des pieds de poulet, sont nés d’une légende européenne. Baba Yaga serait, si l’on en croit le folklore, une sorcière qui habiterait une maison juchée sur des pieds de poulet. Cette sorcière, telle que celle de Hansel et Gretel, chasserait les enfants et les amènerait dans sa maison avec l’intention d’en faire son repas. Il semblerait toutefois que son projet ne soit jamais réalisé, et ce pour différentes raisons. Certains adultes emploieraient ladite fable pour faire respecter l’ordre parmi les tout-petits : « Si tu n’écoutes pas, la Baba Yaga viendra te voir! », leur dirait-on. La Baba Yaga qui peuple l’imaginaire des petits comme des grands serait, somme toute, tantôt méchante, tantôt bonne, et aiderait parfois les héros dans leur quête, tout dépendant du récit.

Un menu abordable et savoureux

Les plats que l’on sert au café Baba Yaga sont généreux et fort abordables. Nous avons pris une salade en entrée, mon amie et moi, mais nous aurions aussi bien pu manger uniquement la salade et être repues. Les prix des items au menu varient entre 6 $ et 12 $. La soupe aux cornichons a attiré notre attention et notre curiosité, mais après-coup. Je me promets donc de retourner y goûter. Le meilleur vendeur de la place reste le sandwich schnitzel, un sandwich fait avec une escalope de dinde panée, de la laitue, des cornichons, de la sauce au raifort et des betteraves. Bien que vraiment délicieux, notre coup de cœur va aux pierogis et au Bigos, un ragoût chasseur avec porc braisé, bacon, choucroute, champignons et kopytka (dumplings aux pommes de terre). Les kopytkas s’apparentent, en termes de goût et de texture, aux gnocchis, à mon avis. Du côté des pierogis, ceux aux épinards sont, pour ma part, mes favoris, et ceux aux champignons et à la choucroute les préférés de mon accompagnatrice. Les pierogis, si vous ne connaissez pas ce plat, ressemblent à des raviolis farcis avec une base de fromage, de patates et d’autres ingrédients. Les pierogis sont désormais ma nouvelle obsession (adieu les dumplings). Vous pouvez commander 3 pierogis pour la modique somme de 6 $. Pour le dessert, on retrouve même des pierogis aux pommes. Un plat des plus réconfortants avec le froid qui nous assaille. On offre aussi des beignes et des crêpes.

Il est possible de prendre votre repas pour emporter (probablement l’option la plus intéressante, compte tenu de la salle à manger exiguë). Les propriétaires veillent actuellement à développer un service de livraison à domicile. Une nouvelle que j’ai accueillie avec enthousiasme. Il faut dire que les options en termes de livraison restent actuellement limitées, même si l’on réside dans la région métropolitaine. Situé tout près du métro Lionel-Groulx, le Café Baba Yaga est un lieu de choix pour récupérer café et beignes en matinée ou encore un plat à emporter pour le dîner. Le service y est particulièrement rapide!

Publicité

Crédits photos : Café Baba Yaga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page