Le mois passé, j’ai eu 25 ans

J’ai dépassé la fameuse tranche d’âge 18-24 ans et je me demande si ça fait officiellement de moi une adulte. Quand je réfléchis à ce que je pensais il y a 10 ans de ce que serait ma vie à 25 ans, j’ai envie de rire un peu. Mais rire dans le bon sens, parce qu’à 15 ans, j’étais un peu naïve et surtout une adolescente très triste qui avait pas mal perdu tout espoir en la vie.

Si j’avais la possibilité d’avoir ne serait-ce qu’une seule rencontre avec mon moi du passé, voici les dix choses que j’aurais envie de lui dire.

Publicité

1. Ta détresse psychologique ne va pas se régler comme par magie : va chercher de l’aide professionnelle.

Aller chercher de l’aide chez un psychologue ou prendre des médicaments n’est pas un signe de faiblesse. C’est plus souvent qu’on le pense un pas nécessaire vers la guérison et le bien-être psychologique. Cela t’aura pris 6 ans à comprendre, mais quand tu as accepté que tu avais besoin d’aide, tu n’as plus jamais regardé en arrière.

2. Ta valeur personnelle ne dépend pas et n’est pas liée aux agressions que tu vivras.

Publicité

Avant et après l’agression, tu demeureras la même femme, juste avec le cœur un peu écorché. Si tu as été agressée, ce n’est pas parce que tu le méritais. Encore moins parce que tu ne vaux rien ou parce que tu es moins bonne que les autres. Ce n’est pas de ta faute. Retiens cela.

3. N’attends pas toujours le « bon moment », fais-toi confiance et fonce.

Sincèrement, le « bon moment » arrive rarement avec un signe en néon pour te dire que c’est LÀ. Alors, cesse d’attendre et assume tes décisions : si tu les as choisies, c’est parce que ce sont les bonnes pour toi!

4. Cesse de culpabiliser pour les erreurs des autres.

Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais ce n’est pas à toi de prendre sur tes épaules les mauvaises décisions des autres. Ça va te faire mal, ça va te blesser, mais tu dois comprendre que ce n’est pas parce que tu vaux moins que les autres que ces gens ont brisé ta confiance.

5. Concentre-toi sur le positif plus que sur le négatif, ça t’aidera à garder le cap.

Un jour, tu t’es promis de ne plus jamais oublier tes tristesses, car tu croyais que c’était une punition que tu méritais. Laisse tomber cette promesse, car plus tu attendras et plus ce sera difficile. Tu ne mérites que le bonheur.

6. Tu es drôle, intelligente et jolie. Ne laisse personne te faire croire le contraire.

Ça, même encore aujourd’hui, tu as de la difficulté à le croire. Avoir de la confiance en soi n’est pas un défaut, alors si je peux te donner un conseil, le voici : regarde-toi dans le miroir à tous les matins et donne-toi un compliment.

7. Courage, tu es plus forte que tu le penses.

Être forte, ça ne veut pas dire ne pas avoir mal, ne pas pleurer ou ne pas avoir des moments plus difficiles. Être forte, c’est se pardonner ces moments moins l’fun et accepter qu’ils puissent arriver.

8. Vis pour toi et seulement toi, laisse l’opinion des autres de côté un moment.

Je sais, tu veux faire plaisir à tout le monde, mais as-tu pensé à toi un moment? De quoi tu as envie toi? Encore une fois, fais-toi confiance. Si tu vis pour toi, les autres qui t’ont jugée finiront par être aveuglés par ton glow.

9. Tu vas faire des rencontres extraordinaires, alors accroche-toi à la vie.

Les gens ne sont pas tous méchants. Promis. Tu as de la difficulté à garder tes amis, car tu as peur d’être blessée. Mais des gens bons, il y en a. Et tu vas en rencontrer tout plein qui te donneront envie de sourire à chaque instant.

10. Non, à 25 ans la vie ne devient pas plus facile… mais tu as appris à l’apprécier chaque jour un peu plus.

Je ne me suis pas réveillée cette semaine avec toutes les réponses à la vie. J’ai connu et vécu quelques embûches. Cependant, beaucoup a changé pour le mieux. Maintenant, je regarde la vie et les petits plaisirs m’enthousiasment tant que ça fait rire mon entourage!

Voilà ce que j’ai envie de dire à cette fille de 15 ans qui ne sait plus trop comment faire face à la vie. Et si je pouvais en rajouter une onzième, je lui dirais simplement : je t’aime.

Nancy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *