Chronique outfit : Boulevard, unisexe et locale !

Qu’est-ce que ça donne deux Montréalais qui partent une marque axée sur le mélange des cultures dans notre belle ville ? Ça donne Boulevard, une marque unisexe qui promeut le bilinguisme à travers une première collection. Créée en 2016 en collaboration avec La Ruche Blanche, Boulevard s’inspire constamment de la scène artistique montréalaise et du choc des deux langues.

On retrouve même cet amour de Montréal jusque dans leur logo, qui représente l’île, traversée par la main, berceau de ce mélange qui nous rend si uniques. Fabriqués en Amérique du Nord, les vêtements sont imprimés au Québec et conçus à Montréal. Avec sa première collection de 5 items, on ne peut qu’espérer en voir plus bientôt !

D’ailleurs, secret des dieux, en vous inscrivant comme membre VIP, vous profiterez d’un rabais de 30 % sur tous les morceaux, sans exception ! La promo est en cours jusqu’au lancement de notre deuxième collection (il semblerait que notre vœu sera exaucé rapidement !).

On aime Boulevard pour sa volonté de mettre sur un pied d’égalité tous les genres et sa promotion de la différence des langues. En plus, tout est local. Afin de célébrer ces valeurs, j’ai créé un look avec une coupe « boyfriend » afin de mettre en évidence mon nouveau t-shirt, qui est d’ailleurs fort confortable. J’ai dû me battre pour ne pas me le faire voler par mon mari, ça vous donne une idée.

The larger the better

Publicité

J’ai toujours aimé les coupes amples, qui sont plus confortables et qui, à mon avis, donnent un look assuré. Mes jeans et mon veston sont dits « boyfriend » de par leur coupe moins ajustée, pour mon bonheur. Souvent considéré comme étant un style moins féminin, j’ai un malin plaisir à revêtir ce look ne serait-ce que pour me prouver à moi-même que m’habiller de la manière dont je veux ne fait pas de moi quelqu’un de moins « femme », peu importe les dictats de la société. Le meilleur conseil que je puisse vous donner est de vous habiller pour vous, selon vos goûts et votre confort et non pas pour les autres. C’est parfois difficile de se rendre à ce point d’acceptation face à soi-même, mais une fois qu’on y est, il n’y a pas de retour en arrière !

Publicité

Personnellement, j’ai hâte de voir ce qui sortira de la deuxième collection !

P.-S. Je ne vous oublie pas, voici ma photo blooper. Conclusion ? Essayer de rire à la Coco Rocha, c’est pas pour tout le monde.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page