«Wrap» ton hijab !

On va mettre une chose au clair dès maintenant : je ne suis pas musulmane. Je suis Libanaise maronite, un courant chrétien oriental qui suit les rites de l’Église catholique avec un mélange de rites orthodoxes. Ceci dit, je me sens très proche du combat féministe de mes sœurs musulmanes et des inégalités qu’elles subissent.


Le voile dit « hijab » fait peur à beaucoup de gens. Il est perçu comme un signe de soumission, ostentatoire, comme s’il choquait. Pourtant, il n’est qu’un voile qui ne gène en rien les filles qui le portent. J’ai une amie (maintenant aux États-Unis) qui portait le hijab comme une véritable fashionista et qui se promenait avec toute la confiance du monde. J’étais subjuguée par sa beauté et son style si bien accordé, sa tête haute, ses talons, sa manière de chanter et de danser ! Surtout, elle était très loin de ce qu’on véhicule sur la soumission et les femmes musulmanes…

Lorsque j’ai vu le super vidéoclip de Mona Haydar, une militante musulmane et poète, sur le hijab et le féminisme, j’ai tout de suite pensé à cette amie. Ça aurait été son style de faire un rap sur son hijab.

Ce vidéoclip sur le hijab est là pour dénoncer, mais aussi ajouter une touche de légèreté dans les commentaires blessants et souvent insignifiants que reçoivent les hijabis. Elles sont ignorées dans certains combats féministes, elles sont mises de côté dans les discussions sur leurs propres droits. C’est injuste pour elles, pour nos sociétés qui ont tant à gagner de ces femmes-là. C’est injuste que la peur de l’autre, la peur constante, ne nous permette pas d’inclure celles qui sont différentes et qui veulent se joindre au combat.

Alors que les commentaires fusent contre le hijab en dessous de la vidéo, un autre genre de commentaires apparaît aussi : des commentaires de personnes qui considèrent que Mona n’est pas une « bonne musulmane » parce qu’elle danse, qu’elle fait une chanson et qu’elle s’est complètement intégrée au sein de la culture dite « occidentale ». Mona, avec son hijab, sa belle bedaine de femme enceinte, sa condamnation des préjugés et des stéréotypes, sa poésie et ses paroles vindicatives, est la cible de tous.

Publicité

Je sais qu’elle est forte et qu’elle en rit, mais ça ne change pas le fait que ce n’est pas en attaquant quelqu’un qui veut changer et faire avancer le monde qu’on arrive à faire éliminer les préjugés sociaux et raciaux. Je trouve surtout que le vidéoclip et le rap de Mona sont une façon intelligente de s’approprier une musique qui a souvent été là pour dénoncer des situations d’oppression. Dans cet esprit, Mona fait preuve d’intersectionnalité intéressante sans tomber dans l’appropriation culturelle. Je lui lève mon chapeau et, surtout, j’admire profondément la voix qu’elle donne aux femmes musulmanes hijabis, une voix multidimensionnelle, multiculturelle et surtout féministe.

Pour toutes les Farah, les Manar, les Aline, les Yusra, les Dalal, les Mona, les Yasmin, les Aicha qui portent le hijab haut et fort, je n’ai qu’un seul truc à dire : « Continue de wrap ton hijab, wrap wrap ton hijab !! »

Yara El-Soueidi

Yara El-Soueidi est une consultante en contenu créatif qui vit à Villeray, Montréal, avec son copain depuis 9 ans et demi. Born and raised à Montréal dans un milieu multiculturel, c’est une obsédée de belles images et de beaux textes qui cherche en permanence la prochaine tendance qui prendra d’assaut le Web. Dans ses temps libres, elle bingewatch des séries sur Netflix, elle discute de politique américaine, elle tombe en amour avec Drake, elle lit des livres d’auteurs québécois, elle regarde les étoiles (littéralement), elle se fait les ongles, elle boit un chai latté et elle passe son temps au Sephora pour acheter des rouges à lèvres de toutes les couleurs.

Chronique d'un couple multiculturel 1

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page