À l’abri des hommes et des choses: un touchant et singulier roman

Stéphanie Boulay s’est fait connaître comme une des deux chanteuses du sympathique et talentueux duo Les sœurs Boulay. Cet automne, elle a décidé de nous faire découvrir son talent d’auteure par la parution de son premier roman À l’abri des hommes et des choses. Publié dans la toute nouvelle collection La Shop chez Québec Amérique, il a pour narratrice une jeune fille vivant avec Titi, sa sœur. Cette adolescente raconte son quotidien houleux dans son coin de pays reculé. Elle dévoile ses pensées et ses questionnements incessants souvent sans réponse. Régulièrement laissée à elle-même, elle pose un regard naïf, mais imaginatif sur le monde qui l’entoure : l’école, ses connaissances, Titi et surtout son grand amour rencontré sur le quai. Elle vit au jour le jour sans trop savoir quand Titi reviendra de son escapade en amoureux ni ce qui adviendra de son futur. Elle regarde la rivière, en attendant qu’elle gèle.

Crédit photo: www.ledevoir.com
Crédit photo: www.ledevoir.com

À l’abri des hommes et des choses est un roman énigmatique qu’il faut apprivoiser durant quelques pages avant de s’y retrouver. Le récit débute sans mise en contexte et nous laisse deviner la vérité sur la condition de la narratrice au fil des chapitres, sans jamais la nommer. Très intime, ce roman se lit presqu’à la manière d’un journal personnel. Les chapitres brefs et les émotions exacerbées du personnage appuient cette impression. L’honnêteté de la jeune fille et son regard nouveau sur ce qui l’entoure permettent de voir le monde à sa manière, différemment. La langue, simple, mais innovatrice, sert merveilleusement la personnalité du personnage principal. Ses phrases à la syntaxe incertaine s’apparentent à l’oralité et les erreurs que les mots dits précipitamment peuvent entraîner.

J’ai bien aimé ma lecture quoique j’aie eu quelques difficultés à en saisir le déroulement et l’organisation des personnages au commencement. L’écriture métaphorique et la protagoniste m’ont toutefois charmée. À l’abri des hommes et des choses est un roman qu’il est préférable de lire lentement, pour mieux l’apprécier.

Avant de lire le roman de Stéphanie Boulay, je venais de terminer La petite fille qui aimait trop les allumettes de Gaétan Soucy, et j’y ai vu plusieurs similarités autant au niveau du langage, inventif et sensible, qu’au niveau du récit. Je vous suggère de les lire un à la suite de l’autre si vous en avez l’occasion.

À l’abri des hommes et des choses, Stéphanie Boulay, Éditions Québec Amérique, Coll. La Shop, 154 pages, 22,95$.

Publicité

stephanie-leslibraires-ca

Bonne lecture!

Amélie Lacroix Maccabée

L’image à la une provient du site www.leslibraires.ca

 

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page