Chronique ciné : Suicide Squad

Tel que promis, je quitte un peu le créneau des films de filles et me tourne, cette semaine, vers celui des super-héros ! Vous n’êtes sans doute pas sans savoir que Suicide Squad, le long-métrage tant attendu de David Ayer, a fait beaucoup jaser depuis qu’il a pris l’affiche. En effet, les critiques se sont faits tout sauf discrets lors de sa sortie et ont clamé haut et fort leur immense déception à son égard, ce qui ne l’a toutefois pas empêché d’enregistrer le meilleur démarrage de l’histoire pour un mois d’août, soit 135 millions de dollars en une seule fin de semaine. Parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais parlez-en !

Pour ceux et celles qui ne seraient pas familiers avec l’univers de DC Comics, Suicide Squad, c’est la réunion de plusieurs super-vilains iconiques et ennemis jurés de Batman en une espèce d’équipe tactique censée sauver le monde d’une menace encore plus grande qu’eux.  Superman étant désormais chose du passé, le gouvernement (en la personne d’Amanda Waller, jouée par Viola Davis) se tourne effectivement vers ces psychopathes incarcérés afin de former un escadron suicide dans le but de protéger le monde de la venue des prochains méta-humains, en échange de quoi ils verraient leur sentence diminuée. C’est ainsi qu’Harley Quinn (Margot Robbie), Deadshot (Will Smith), Captain Boomerang (Jai Courtney), Killer Croc (Adewale Akinnuoye-Agbaje), El Diablo (Jay Hernandez) et Slipknot (Adam Beach) se voient contraints de faire équipe avec le capitaine Rick Flag (Joel Kinnaman) et son acolyte Katana (Karen Fukuhara) afin d’empêcher Enchantress (une sorcière millénaire jouée par Cara Delevigne) de détruire la race humaine.

Voilà pour l’histoire. Maintenant, la question que tout le monde se pose : est-ce vraiment aussi mauvais qu’on le dit ? Absolument pas ! Certes, le Joker de Jared Leto apparaît bien moins souvent que les bandes-annonces le laissaient présager (il est largement secondaire à dire vrai) et son interprétation est fort différente de celle d’Heath Ledger, mais elle n’en est pas catastrophique pour autant, bien au contraire. Son personnage est tout à fait fidèle à celui qui nous est présenté dans les bandes dessinées et permet de mettre en lumière un tout autre aspect de son histoire, à savoir sa relation amoureuse avec son ex-psychiatre, Dre Harleen Quinzel. C’est d’ailleurs elle qui se retrouve ici sous les projecteurs, et j’admets en avoir été ravie. Si plusieurs se sont dits déçus de la faible présence du Joker, je suis plutôt d’avis que l’introduction de nouveaux personnages constitue un vent de fraîcheur. Sans compter que Margot Robbie est tout simplement sublime et que Will Smith ne donne pas sa place lui non plus. En fait, tous les personnages sont plutôt bien campés, même s’il est vrai que certains d’entre eux auraient gagné à avoir un background un peu plus étoffé (je pense ici à Slipknot et à Captain Boomerang, qui restent plutôt mystérieux et insaisissables pour quiconque ne connaît pas l’univers DC sur le bout des doigts).

Pour ce qui est d’Enchantress, sa présence ne m’a pas vraiment enchantée pour la simple et bonne raison qu’elle détonne largement des autres personnages. Si on a affaire à des voyous plutôt ordinaires (c’est-à-dire avec des habiletés certes impressionnantes, mais pas des pouvoirs magiques à proprement parler, sauf peut-être pour El Diablo), le fait de les voir affronter un être intangible, une sorcière qui se promène d’âme en âme depuis des millénaires qui plus est, a de quoi dérouter un peu. Personnellement, j’aurais préféré un ennemi plus, comment dire, humain. Il me semble que la victoire du groupe en aurait été plus crédible (après tout, elle se téléporte, traverse les murs et récite des formules magiques, alors disons que les forces ne sont pas tout à fait égales).

Cela dit, l’ensemble m’a plu et je pense que ce sera le cas de beaucoup d’entre vous. Il s’agit d’un divertissement tout à fait honnête qui est, à mon humble avis, bien loin de certains échecs notoires du répertoire des super-héros (Batman Forever, ça vous rappelle quelque chose ?). Bref, si, comme moi, vous aviez hâte d’aller le voir au cinéma, ne vous laissez pas décourager par les critiques et allez-y pendant qu’il est encore temps, vous vous ferez bien votre propre opinion !

Publicité

Et si vous êtes fans de la Justice League, assurez-vous de rester jusqu’à la fin du générique ! ;)

Vanessa Maisonneuve-Rocheleau

Chronique ciné : Avant toi 1

Amoureuse de la langue française, passionnée de culture, de cinéma et de littérature, foodie à mes heures, curieuse de nature, grande sensible (parfois même à l’excès) et romantique dans l’âme; voilà qui je suis ! Mon plus grand rêve : écrire un roman et vivre de ma plume. Ah, et jouer dans une comédie musicale (ça, c’est mon petit côté kitsch pleinement assumé; j’ADORE les comédies musicales) ! Je suis aussi foncièrement positive. Après tout, rien n’arrive sans raison !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page