Taille plus à moitié ; moitié fierté, moitié injustice

Je ne crois pas qu’il existe quelque chose de plus chiant, pour une fille qui a un buste équivalant à du D et plus, que de devoir s’acheter une brassière. Parce que dès qu’on a atteint le seuil du fameux D, c’est fini : c’est le temps de se débarrasser de sa carte de membre La Senza et de magasiner les magasins de soutien-gorge. C’est là qu’on se rend compte que le soutien, c’est incroyablement important, et qu’on ne peut plus le négliger comme nous le faisions auparavant. Mais qui dit soutien, dit meilleure qualité. Qui dit meilleure qualité, dit aussi immensément- absurdement-cher. Le problème, c’est aussi que ça ne court pas les rues, ces brassières-là. C’est pourquoi je me retrouve donc régulièrement dans des boutiques taille plus alors que je n’ai pas la silhouette pour entrer dans les vêtements de ces boutiques, afin d’acheter des brassières. Parce que c’est seulement là que j’en ai trouvées qui me font. À 75$ chaque. Disons que j’ai une petite fortune qui s’accumule dans ma garde-robe.

Taille plus à moitié ; moitié fierté, moitié injustice 1

Moi, j’en n’ai rien à faire d’entrer dans ces boutiques-là. Certaines personnes sont mal à l’aise, elles n’osent pas entrer. Moi j’entre, déterminée. J’ai 16 ans, pis j’ai besoin de brassières, et j’ai l’argent pour me les payer. Mais le plus triste, c’est le regard qu’on me lance. Pas celui des vendeuses qui doutent fortement de la raison pour laquelle je suis entrée. Mais plus du regard de ces femmes, qui étaient bien dans leur boutique à elles, celle où elles ne se sentent pas jugées, celle où tout, ou presque, leur fait et leur va bien, celle où elles sont toutes pareilles à vouloir être belles. Parce que ce n’est pas parce qu’on fait une taille plus qu’on laisse de côté la mode et le style, au contraire. Elles me regardent, déçues, comme si on avait brisé leur bulle, comme si quelqu’un avait réussi à rejoindre un monde qui pourtant n’appartient qu’à elles. Elles semblent retrouver ce sentiment de jugement qu’elles éprouvaient autrefois dans les magasins communs. Et ce regard me brise, m’attriste à un tel point, parce que moi aussi je l’ai, ce sentiment de jugement lorsque j’entre chez Forever21 ou chez H&M, ou encore chez Garage. La différence, c’est qu’elles, elles ont la chance d’avoir leur endroit à elles. Moi, j’appartiens à un entre-deux douteux et flou, qui ne colle ni à des boutiques communes, ni à des magasins spécialisés comme Addition Elle ou Penningtons. Pourtant, quand j’entre dans ces magasins, je me sens bien. J’ai l’impression que ce sont les seules boutiques véritablement saines pour le corps et l’esprit. Et quand je regarde ces femmes dans les yeux, je les implore de voir en moi cette compréhension, de voir que je suis la dernière personne qui les jugerait, et la première personne à les trouver belles, véritablement jolies.

Alors je poursuis ma marche décidée vers le fond du magasin, maudissant à chaque fois cette injustice, celle de devoir payer une fortune pour habiller ma poitrine, alors que d’autres peuvent le faire au cinquième du prix que je paye. Mais surtout, lorsque je suis dans ces magasins, je maudis ce complexe de société qui entraîne des femmes magnifiques à avoir de la difficulté à s’habiller, et à détester magasiner, obnubilées par ces jugements silencieux et par ces vêtements conçus pour un seul type de femme.

Mais moi, je n’ai peut-être pas la silhouette d’une taille plus, mais j’ai la poitrine taille plus. Et franchement, je suis fière, même si ce n’est qu’à moitié, d’être rattachée à ce terme et aux femmes derrière. High five à ces dames fortes, fières et belles, que j’aime et que je respecte, pour toujours et à jamais.

Publicité

Daphnée Legault

Daphnée est une jeune étudiante qui a été bénévole durant deux ans au sein de l’organisme ÉquiLibre afin de résoudre les problèmes de poids et d’image corporelle dans la société québécoise. Rieuse avec la plume facile La diversité corporelle est pour elle un enjeu majeur et constitue la cause pour laquelle elle milite le plus. Daphnée, c’est aussi une passionnée d’histoire, de politique et de droit, et elle souhaite entreprendre des études en droit criminel. Elle travaille  aussi en tant que conseillère beauté, elle qui est une adepte des cosmétiques.

Taille plus à moitié ; moitié fierté, moitié injustice 2

4 réflexions sur “Taille plus à moitié ; moitié fierté, moitié injustice”

  1. Charlie L'Heureux

    Salut!
    Si tu savais comme je te comprends… Je suis relativement petite, mais j’ai un très fort buste (que je cache bien).
    Avec le temps je suis devenue une pro des brassières ;) Si je peux te donner un conseil, c’est de magasiner en ligne. Il existe des sites web et blogues qui te permettent de comparer les mesures de soutien-gorge, pour ainsi trouver des modèle qui te vont bien, mais qui ne sont pas disponible en magasin au Québec.
    Je te conseille Bratabase.com et Reddit: A Bra That Fits (en anglais seulement…). Ces deux sites permettent aussi d’échanger avec des filles qui vivent la même chose que toi et qui peuvent te donner des bons conseils sur l’ajustement parfait!
    Bonne chance ;)

  2. Charlie L'Heureux

    Ah oui et en ligne, tu peux facilement trouver des modèles haut de gamme our 25-30$, souvent ce sont les couleurs des saisons passées.

  3. Bonjour Daphnée ! Gros problème de disponibilité en effet ;).

    Personnellement je trouve des tailles décentes chez Lilianne lingerie et sur ASOS pour la catégorie DD+ (bon c’est une boutique en ligne alors tu as besoin d’une carte de crédit, mais il y a beaucoup de beaux modèles et même des maillots de bain qui tiennent tout !! (incroyable d’avoir vécu jusqu’à 26 ans sans maillot de bain décent…lol)

    Tu peux aussi essayer dans les boutiques plus « haute gammes » la plupart sont autour de 60-85$ pour des modèles de base. Ma compagnie préférée : Chantelle ! Confortable, fabrication impeccable et vraiment beaucoup de différents modèles.

    Bon magasinnage ;)

  4. Essaye au sous-sol du Addition Elle entrepôt, sur Saint-Hubert. Les arrivages diffèrent d’une période à l’autre, mais j’y trouve souvent des modèles des saisons passée à 25 $ ou moins. La dernière fois que je suis allée, j’en ai acheté 3 à 15 $ chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *