Le Yoga démystifié

Qu’est-ce vraiment le yoga? L’image superficielle du yoga, ce qu’on voit dans les articles intitulés « les 10 postures de yoga pour tonifier vos fesses » ou dans les photos qu’on retrouve sur Instagram, altère la perception d’une activité qui a tout à faire avec le mental et beaucoup moins avec le physique. 

De jour en jour, je réalise à quel point il est facile de se comparer aux autres. Avant de commencer ma pratique du yoga, et encore aujourd’hui, j’avais l’impression d’être la seule qui était perdue, soit dans mes pensées, dans ma vie personnelle ou littéralement perdue à cause de mon sens d’orientation qui me faisait souvent défaut. J’avais l’impression que c’était toujours moi qui tombais dans les escaliers du métro et jamais les autres. Il est très facile de voir nos propres imperfections et de se juger. Par contre, il est difficile de réaliser que tout le monde fait l’expérience de moments imparfaits.

Quand j’ai commencé le yoga, j’avais l’impression de m’embarquer dans une activité qui m’aiderait à être plus active sans que ce soit trop difficile et décourageant. Je savais d’avance qu’il y avait un aspect spirituel, mais je pensais que je pourrais m’en sortir sans être confrontée à tout ce qui n’était pas physique. Je pensais devenir forte et gracieuse sans grand effort mental. J’étais certaine que le yoga était différent et séparé de tout ce qui se passait dans ma vie.

En discutant avec les autres, j’ai réalisé que les préjugées que j’avais n’étaient pas strictement les miens. Encore aujourd’hui, lorsque j’exprime ma passion, les réactions consistent souvent en « Ah le yoga, ça a l’air relaxant » ou « Ouais, j’imagine que tu es très flexible? » Dès le départ, je n’étais pas seule à penser que le yoga c’était facile. J’ai rapidement réalisé que ce n’était pas du tout la vérité.

Ma perception a rapidement changé dans les premiers cours que j’ai suivis. Je regardais mon instructeur, et j’étais certaine qu’elle était extraterrestre. Je me retrouvais en sueur, avec un battement de cœur tellement élevé qu’on aurait pu croire que je faisais du vélo. Après ma première semaine d’essai, j’étais raquée à des endroits entièrement nouveaux où je ne pensais même pas avoir de muscles. Le yoga fut un défi indéniable qui marqua ma première découverte d’une série d’affronts.

Publicité

Le Yoga démystifié 2

Jamais je n’aurais pensé que notre état d’esprit pouvait affecter la condition de notre corps. Moi, qui étais complètement déconnectée de mon domaine spirituel, ai été surprise par les différences ressenties quand j’ai commencé à me concentrer sur mes pensées. Pendant mes cours, l’écho de mon jugement pessimiste me répétait « Je ne peux pas » ce qui provoquait mon abandon des postures et un grand manque de confiance quand je faisais face à l‘inconnu. C’était trop facile de regarder autour de moi, et de me comparer aux autres, comme je le faisais dans ma vie quotidienne. Je pensais souvent que j’étais la seule qui ne pouvait pas se mettre sur la tête ou compléter chaque posture avec un visage calme et un corps gracieux. La petite voix dans ma tête me rappelait « Ne tombe pas! Ne tombe pas!, » ce qui, évidemment, créait un esprit de panique et un manque de balance complet similaire a mes fiascos d’escalier de métro. Je voulais être parfaite, je voulais être bonne tout de suite, je voulais et je voulais… mais j’ai rapidement compris que la volonté n’est qu’un aspect de la vie, et également du yoga.

La première pratique où j’ai pris la décision de m’amuser sans trop vouloir être parfaite, est également le moment où j’ai commencé à comprendre que le yoga n’était pas une série de postures, mais une confrontation de nos pensées qui nous limite avant de permettre à notre corps d’essayer. C’est une confrontation au pourquoi : pourquoi certaines choses sont-elles difficiles, pourquoi ne pense-t-on pas être capable et pourquoi nos pensées nous guident dans de tels endroits? Souvent, ce qui nous bloque dans notre progression au yoga nous bloque aussi dans nos vies.

Le yoga provient du mental; le contrôle de nos pensées vient avant le contrôle de notre corps. Pour moi, c’est l’acceptation qui manquait, pour vous peut-être est-ce la patience ou la vulnérabilité. Prenez le temps de comprendre le pourquoi, prenez le temps de vous comprendre vous : c’est ça le yoga. Je vous lance le défi de vous aimer pour vos imperfections, d’être patient avec vous-mêmes et de ne pas vous décourager. Tout vient en son temps.

Le Yoga démystifié 1

Publicité

 

Claudia Saccomani

Le Yoga démystifié 1Passionnée d’histoire et de littérature, Claudia passe ses journées submergée dans ses livres d’écoles, fixée sur les classiques de Dostoevsky ou sur son tapis de yoga. Elle est souriante, plus souvent parce qu’elle rigole a ses propres blagues avant même d’être capable de les verbaliser, et est à son meilleur quand elle est entourée de bonne bouffe et de bons amis. Écrivaine aspirante, Claudia est captivée par la couleur verte et l’espace créatif et paisible qu’elle lui apporte. Malgré ses préférences de couleur, la grande rêveuse est toujours habillée en noir ou en blanc créant ainsi une métaphore vivante des idées colorées qui se cachent derrière une fille assez gênée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page