Borgen: la parfaite série télévisée danoise d’une femme au pouvoir

Depuis que j’ai quitté Copenhague en juin 2013, j’ai développé une petite maladie mentale. En gros, dès que j’aperçois le Scandinave sauvage (sous forme de bouffe, de produit culturel ou bedon simplement un « O » barré glissé furtivement dans un amas de lettres), je deviens aussi folle qu’une mouche à fruits dans un bol plein de bananes nouères.

Bref, ce maladif penchant pour le Nord de l’Europe se transforme désormais en grande nostalgie. C’pas des farces, même ma mère m’envoie par mail des articles sur Copenhague dans La Presse+, mais je peux pas les lire parce que j’ai pas de iPad. Eh, misère. Damné sois-tu, virage numérique.

Toutefois, pour compenser, je me claque de ce temps-là une série télé dont j’avais entendu parler quand j’étais en échange: Borgen. C’est l’histoire de Birgitte Nyborg (à prononcer Nuborre), une politicienne danoise dont le rêve est un jour de devenir première ministre. Je vous vole pas de punch en vous disant qu’elle y arrivera dès les premiers épisodes. Mais ce n’est qu’à ce moment que tout déboule, justement: l’omniprésence de la presse, la conciliation difficile du travail avec la vie de famille ainsi que la constante pression de la politique, où être une femme aux commandes d’un pays nécessite beaucoup de patience et de tempérament.

borgen2

Entre tout ça, un mélange bien ficelé d’intrigues au sein de la presse, où l’on peut aussi suivre le parcours de Katrine Fønsmark, une journaliste politique qui sera entraînée dans les plus gros scandales du pays. On the side, elle entretiendra une relation amour-haine avec l’attaché de presse de la première ministre. May I say DRAMAAAA! 

Publicité

Du côté de Birgitte, on la verra évoluer dès la saison 1, où elle passe de politicienne de centre-gauche réaliste aux idéaux démocratiques, à première ministre indécise par moments, mais toujours passionnée. Qui dit que le pouvoir corrompt? Bravo. Un morceau de robot. Ceci dit, on verra aussi son côté maternel, une femme amoureuse, tendre, mais surtout déchirée entre l’amour de la politique et l’amour, point.

borgen3Ce que j’aime de cette série, c’est qu’elle ne joue pas dans le cliché. Les deux héroïnes (YESSS tellement de catharsis going on!) sont tiraillées par leurs quotidiens. Bien que diamétralement opposées, les deux femmes réussissent à nous inspirer, mais aussi à nous toucher. Elles tracent un portrait réaliste d’adultes professionnelles composant une société moderne comme le Danemark. Et quel bonheur de voir une femme comme protagoniste d’une série politique! Bien que cela se soit déjà fait auparavant, on est à des lustres de tous les Homeland et Parks & Recreation (lololol) de ce monde.

Borgen-the-prime-minister-010Pour regarder les trois saisons de la série Borgen, vous pouvez visiter le site d’ICI Artv pour connaître les horaires de diffusion à la télévision. Sinon, la solution magique de Netflix n’est malheureusement pas disponible. On peut se rendre à sa bibliothèque de quartier pour consulter leur inventaire de séries télé étrangères!

Ou j’te les passe.

XOXO, Borgen Girl.

Publicité

(En passant, Borgen ça veut dire « le Château », pour faire référence au château royal de Christiansborg, à Copenhague, où se rencontrent les membres du gouvernement. Pas game de sortir ça à ton épluchette de blé d’Inde en fin de semaine. OK BYE!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page