Pouzza t’as volé mon coeur!

J’aimerais tout d’abord remercier les organisateurs et les bénévoles qui se sont impliqués pour rendre possible la 5e édition du Pouzzafest. Comme première expérience en tant que média dans un festival et comme première fois au Pouzza, je peux vous dire que ce fut une expérience inoubliable! J’ai trouvé que c’était bien pensé, bien situé et que ça permettait vraiment une belle visibilité à de jeunes groupes.  Les gens présents avaient l’air majoritairement toujours de bonne humeur, l’atmosphère était incroyable! Vraiment,  un gros two tumb up pour le Pouzzafest!

Pouzza Fesses!  Crédit photo : Karianne Lebeau
Pouzza Fesses!
Crédit photo : Karianne Lebeau

Le vendredi soir, je suis allée chercher mon bracelet pour la fin de semaine, ce qui me donnait accès à toutes les salles dont la scène extérieure Pabst, celle des Katacombes, les Foufounes Électriques, le THR Bar, le Frites alors!, etc. Toutes ces salles de spectacle relativement proches les unes des autres permettaient la promenade entre chaque bar et de changer de salle comme bon vous semble. Une liberté qui fait penser aux plus gros festivals comme le Rockfest ou Osheaga et qui permet aussi beaucoup de découvertes musicales. Seul bémol: j’ai trouvé que le THR Bar était un peu loin comparativement aux autres salles de spectacle. Le THR Bar est tout de même un endroit agréable pour aller voir des skaters dans le « pool » et boire de la bière en écoutant de la bonne musique. En fait, j’ai même rencontré un jeune skateboarder qui venait des États-Unis expressément pour le Pouzzafest!

Souvent les gens disent que le Pouzzafest est un festival Punk avec de la musique criarde et où les « mush pit » violents triomphent! Eh bien, c’est faux! Le Pouzzafest est un festival qui regroupe plusieurs styles de musique. Bien sûr, vous n’entenderez pas de hip-hop là-bas! Quiconque veut vivre une expérience musicale unique est le bienvenue et trouvera facilement sont compte.

 Je ne sais pas si c’est l’esprit de fête ou le fait que la température était en haut de 15 degrés, mais c’était vraiment génial. Je vous encourage fortement à aller au Pouzzafest si vous ne l’avez jamais expérimenté!

J’ai même rencontré Jolène Ruest qui anime critique de Crowd, une émission de CISM que nous écoutons souvent au travail et qui nous fait rire à chaque fois. Elle a gentillement de prendre une photo avec moi pour Boucle Magazine, yeah!

Publicité
11312214_10153060163103440_1765892064_o
Crédit photo : Philippe Zahles (À gauche : Valérie Couturier. À droite : Jolène Ruest)

Au final, j’ai donc vu des groupes incroyables! Voici  une courte liste de ceux dont j’ai pu retenir les noms : Cayetana (3 filles qui ont plein de talent et qui méritent d’avoir plus d’attention), Jeff Rosenstock, Nique à feu, Audio Rocketry, Finger Louie (prestation inoubliable!), After the Fall, Wasted Potential, les Sales Majestés (la foule était incroyable, j’ai pu assister à un déferlement de gens qui ont défoncé les barrières pour aller rejoindre la scène où jouait le groupe. Malheureusement, des barrières séparaient les gens qui avait payé pour le festival et les gens qui n’avaient pas payé…Dans un festival comme cela avec une petite scène extérieure en plein centre ville, ce n’est peut-être pas la meilleure idée de vouloir séparer la foule. La scène extérieure devrait être gratuite et pour tous. Après tout, le terrain est magnifique et il se retrouve en plein centre ville!

Bref, ce fut pour moi une expérience que je ne suis pas prête d’oublier. Je suis tombée en amour avec le Pouzza! <3

Merci à Boucle Magazine de m’avoir permise d’y aller en leur nom, merci à Phillipe Zhales, à Karianne Lebeau, Jessy Daviau et son coloc! Merci à tous les gens qui ont rendu possible le Pouzza cette année!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page