Lecture du moment: Sports et divertissements

Sports et divertissements. Dans ce livre, trois jeunes dans la vingtaine  mènent une vie extrêmement occupée. Occupée par bien des activités sauf le travail et les obligations en fait. Beuveries, drogues et one-nights sont plus fréquents dans leur quotidien que métro-boulot-dodo. Choyés par la vie, leurs adolescences furent suivies à la télévision alors qu’ils étaient comédiens dans une série à succès. Depuis, l’argent n’est plus un souci pour eux. Quelques heures par semaine et tout est payé, même le superflu. Que faire alors de tout le temps qu’il reste? Se reposer et passer des moments avec l’être aimé? Très peu pour eux.

Chaque soir en est un de folies et de musique tapageuse. Ils sont trop jeunes pour prendre leurs responsabilités et vivre comme tout le monde. Les règles et la normalité ne s’appliquent pas pour eux.  Ils détestent la plupart des gens. Surtout ceux qui ne connaissent d’eux que l’émission qu’ils ont terminée depuis des années, surtout ceux qui suivent les chemins bien tracés. Donc, chaque jour, il faut vivre à cent à l’heure. Faire trop de sport pour entretenir son corps bien musclé. Ne pas laisser la graisse s’accumuler, car elle est signe de faiblesse. Ne pas laisser les sentiments encrasser le coeur puisqu’ ils sont synonymes de lâcheté et d’ennui. Épuiser la chair pour oublier le reste. Être un peu invincible, jusqu’à ce qu’un quasi-inconnu meure.

Crédit photo: quebec.huffingtonpost.ca
Crédit photo: quebec.huffingtonpost.ca

Ce roman de Jean-Philippe Baril Guérard est narré par une jeune femme de 22 ans, comédienne, aisée, qui a tout dans la vie, sauf le plus important. Chaque chapitre raconte une activité d’elle et ses amis. Escalade, karaoké, after-hour, sexe sans lendemain;  aucune journée n’est vide et tranquille. Avec un ton incisif et cruel par moments, la narratrice s’exprime sur la société, sa génération et Montréal. Elle juge et critique sans relâche, sans culpabilité. Elle a tout et en profite. Rien ne bouscule ses excès jusqu’au jour où un amant décevant se suicide. La narratrice et ses compagnons tentent alors de continuer à vivre avec égocentrisme, comme ils l’ont toujours fait, mais quelque chose cloche. Rester stoïque ne fonctionne plus. C’est cet évènement qui rend ce roman différent de tous les autres.

Oui, on va se le dire, les sujets principaux de ce récit ont été utilisés à profusion par les auteurs québécois des dernières années. C’en est même un peu lassant. Toutefois, avec sa réflexion sur la mort tissée en parallèle, Sports et Divertissement apporte un petit quelque chose de plus. La narratrice, antipathique à souhait, devient ainsi un peu plus humaine, sous son masque. Toutefois, cet aspect de sa personnalité reste en surface. Il paraît peu important comparativement à toutes les descriptions de soirées arrosées.

Crédit photo: Tumblr
Crédit photo: Tumblr

L’écriture de l’auteur n’épargne personne. J’ai ri en lisant ce livre, mais souvent des malaises, car les personnages de cette histoire se croient mieux que tout le monde et n’hésitent pas à le dire. Bref, Sports et divertissements de Jean-Philippe Baril Guérard est un livre agréable à lire, mais il ne réinvente pas la roue. Ce qui aurait pu le rendre réellement pertinent est trop peu exploité. Aussi, on termine ce roman avec un soupçon de découragement sur notre époque. Je conseille donc aux gens de lire ce livre entre deux bandes dessinées afin d’éviter un accès de négativisme.

Publicité

Bonne lecture!

Amélie Lacroix Maccabée

[email protected]

P.S: Surveillez bien la maison d’édition Les Éditions de ta mère qui publie ce livre. Elle est particulièrement drôle et innovatrice.

http://www.tamere.org/

Publicité

L’image à la une provient du site www.tamere.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page