L’amour, c’est multicolore.

L’hétéronormalité, cette affliction de notre société pourtant moderne. C’est la manière qu’a notre époque, et toutes les autres avant, de montrer le couple hétérosexuel traditionnel comme le seul modèle, comme la normalité incontestable. Oui, bien sûr, notre temps est plus évolué que les siècles précédents, thank god. Malgré cela, partout où je vais, j’ai le désagréable sentiment qu’on essaye de me faire entrer dans un moule qui ne me convient pas, qui ne me ressemble pas. Être attiré par le sexe opposé n’est pas la seule option possible. Pour moi, elle ne l’est pas du tout.

Crédit photo: www.mlive.com
Crédit photo: www.mlive.com

Je suis en couple avec une femme merveilleuse. Avant de la rencontrer, j’avais pris conscience de cet hétérocentrisme dominant, mais pas autant qu’aujourd’hui. Chaque fois qu’on montrait une publicité avec un couple gai ou que les droits des LGBT dans le monde avançaient, je sautais de joie. Mais maintenant que je suis dans une relation homosexuelle, je remarque encore davantage les couples hommes-femmes qui sont placardés partout où mes yeux peuvent regarder. Lorsque je me promène dans les rues, toutes les publicités montrent des familles heureuses: un homme, une femme et un ou deux enfants. Aussi, les publicités jouant sur la séduction, celles de parfums ou de produits de beauté, vont inévitablement mettre de l’avant une attirance entre des personnes de sexe opposé.

Tout ce qui est diffusé sur nos écrans pour vanter les mérites de tel aliment ou tel produit expose un modèle amoureux très conformateur et cliché. Quelle est la dernière fois où vous avez vu une annonce de céréales ou de produit nettoyant dans laquelle on montrait un couple gai? Vous cherchez en vain? Moi aussi et ça me frustre incroyablement. Les rares occasions où certaines publicités en présentent effectivement, les médias sociaux en font tout un plat. Comme si la compagnie avait fait preuve d’une incroyable audace alors que ça devrait passer inaperçu. L’amour devrait être diversifié dans les médias comme il l’est en réalité.

Un autre exemple de l’hétéronormalité actuelle? Les contes de fées et les films pour enfants.

Crédit photo: www.cafignons.net
Crédit photo: www.cafignons.net

Tout le long de notre enfance, on nous lit des histoires dans lesquelles une princesse cherche un prince. Toujours, une femme trouve son homme charmeur et gentil et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Même chose dans les films d’animation. Alors que les enfants sont en pleine évolution, en train d’apprendre comment fonctionne le monde peu à peu, tout ce qu’on leur montre, c’est un unique exemple du couple. Cet exemple n’est pas en accord avec la réalité.

Publicité

On se dit peut-être qu’ils ne sont que des enfants, que ce n’est pas grave. Non. Comme les autres, j’ai aussi grandi en voyant ce genre d’histoires. Il m’a donc fallu un très long moment avant de prendre conscience que ce n’était pas d’un prince charmant dont j’avais besoin, qu’il existait d’autres possibilités. Je rêve du jour où un film Pixar ou Disney portera sur un amour lesbien ou gai.

Crédit photo: Tumblr
Crédit photo: Tumblr

Je pourrais continuer de vous donner une quantité d’exemples de l’hétéronormalité au sein de notre société, particulièrement dans les médias. Bien sûr, la cause des LGBT avance peu à peu. Hier encore, l’Irlande a voté par référendum la légalisation du mariage gai. Alléluia. Malgré cela, il reste beaucoup à faire avant que l’homosexualité et la bisexualité ne soient plus marginalisées, avant que tous les gais/lesbiennes/bisexuels/trans ne se sentent plus différents de la masse. Je suis convaincue que plus nous nous battrons pour que l’amour sous toutes ses formes soit célébré, plus les gens seront ouverts d’esprits.

Bref, je vous invite à encourager toutes les initiatives qui cherchent à faire avancer la cause des homosexuels, car c’est extrêmement important.

Be proud.

Amélie Lacroix Maccabée

Publicité

[email protected]

L’image-vedette provient de Tumblr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page