Mon chum n’est pas normal

Mon chum n’est pas normal. C’est pas moi qui le dit, c’est mes amies, mes connaissances sur facebook, les professionnels de la société (médecins, dentistes, éducateurs à la garderie, professeurs à l’école, pharmaciens, etc.), bref la vie me rappelle à tous les jours que mon chum n’est pas normal.

Et qu’est-ce qu’il fait pour ne pas être normal ? Attention. Ce sera pas facile à lire, même moi je suis dans le déni depuis quelques jours. Il est…… un père !

Ouf. Ça y est! C’est sorti! Ça fait du bien d’assumer! Et là, je t’entends déjà me dire : C’est quoi le rapport? Des pères, y’en a partout!

Oui, mais comme mon chum? Attends de voir ce qu’il fait!

Il ne garde pas ses enfants. Jamais. Il est avec ses enfants. Tout le temps. Que je sois là ou pas, LUI, il EST avec ses enfants. Point.

Publicité

Les nuits! Ah les nuits. Tu sais ces nombreuses nuits qu’on ne dort plus? Ben lui, il se lève la nuit pour rassurer des pleurs, pour laver des pipis au lit ou pour nettoyer des vomis (oui, oui du vomi)!

Il change les couches. Bon, ça tu te dis que c’est normal, sauf que lui les change volontairement! Sans que personne ne lui dise!

Il trouve qu’un bébé c’est extraordinaire et pas juste une p’tite bête qui ne fait que boire et déféquer. C’est lui-même l’autre jour qui m’a fait remarquer que notre bébé-fille était maintenant capable de prendre un jouet et de le porter à sa bouche! Il est fasciné par tout ce qu’un bébé apprend à faire pendant sa première année de vie!

Il fait les tâches ménagères. Pas à 10%, mais à 50%.

Il n’est pas normal parce que l’autre soir, j’étais épuisée et je devais cuisiner des muffins pour une grosse rencontre potluck le lendemain. Et lui, il m’a dit : « Va te coucher, je vais m’en occuper ». Alors, il a pris bébé-fille qui ne dormait toujours pas et il s’en est occupé tout en cuisinant 2 douzaines de muffins pour ma rencontre du lendemain pendant que je dormais.

Publicité

Quand j’entends des débats sur la vie de famille avec des amies et que je leur confie comment ça se passe chez moi, elles roulent des yeux et font : « Oui, mais toi ça compte pas! »

C’est pas mon chum qui est pas normal! C’est plutôt le fait que tout le monde dise qu’il n’est pas normal qui est pas normal (mélangeant, mais ça fait du sens)!

C’est pas normal qu’on soit surpris d’entendre qu’un père se lève la nuit pour prendre soin de ses enfants!

C’est pas normal qu’à chaque fois qu’on va à un rendez-vous pour nos enfants, la personne en face de nous ne s’adresse qu’à moi! Comme si j’avais toutes les réponses à moi toute seule! Comme si on reléguait mon chum au rôle d’assistant!

Au dernier rendez-vous médical de ma plus jeune, à chaque fois que le médecin me posait une question, je souriais et me tournait vers mon chum et il répondait.

Publicité

On dit alors de mon chum qu’il est un père impliqué. Moi, je dis qu’il est un père. Point.

Mon chum n’est pas parfait, mais si y’é considéré « pas normal », je souhaite alors que tous les pères deviennent aussi des « pas normal » pour que ça devienne normal!

Mère Rebelle

Me suivre sur Facebook
Me suivre sur Twitter
www.emilieouellette.com

*Crédits photo pour l’image de l’article : Mc Knoell Alexis

Publicité

12 réflexions sur “Mon chum n’est pas normal”

  1. L’an dernier, lors de la conférence d’Hillary Clinton, j’avais été insultée d’entendre le président de la Chambre de commerce dire sans même se gêner que « Ce soir, beaucoup de femmes ont demandé à leur mari de garder les enfants pour être ici ».
    J’avais été encore plus insultée de voir le nombre de femmes présentes qui ont applaudi cette affirmation.

  2. Oui en effet, vive les papas impliqués! Mais appelons un chat un chat, c’est très sexiste de définir un « papa normal » comme un papa négligeant. Je regarde alentour de moi et ce n’est absolument pas le cas des papas de ma génération. À mon avis, l’implication des papas est directement proportionnelle à la valorisation du rôle de père et à la place qu’on leur donne dans la parentalité. Ce n’est pas en définissant les papas impliqués comme des petites bêtes exceptionnelles qu’on va motiver les prochaines générations de papas à être plus présent.

    Alors moi je dis, longue vie aux papas normaux! Ceux qui sont présents et qui s’impliquent à leur juste part. Au plus grand bénéfices de nos enfants et de nos générations futures.

    1. « Mon chum n’est pas normal. C’est pas moi qui le dis, ce sont mes amies, mes connaissances sur Facebook, les professionnels de la société (médecins, dentistes, éducateurs à la garderie, professeurs à l’école, pharmaciens, etc.). Bref, la vie me rappelle à tous les jours que mon chum n’est pas normal. »

      Avez-vous lu le texte? Ce n’est pas elle qui dit que son chum n’est pas normal. C’est la société qui lui reflète cette image. La question est, le père est-il un macho en soi? Qu’est-ce que ce gars fait de si exceptionnel pour que les gens lui dise que ce gars est une exception? En fait, rien. Il est un partenaire égal à la sienne dans ses actions et les tâches de la maison. Si le macho se sent piquer. Il est normal qu’il crie au sexisme des genres, mais est-ce vraiment du sexisme de ne pas changer de couche ou de ne pas se lever la nuit pour aider sa blonde? Si des familles se sentent bien de vivre dans un modèle des années cinquante et qu’aucune personne n’a de frustration dans le couple et bien c’est respectable comme choix. Ce qui n’est pas normal, c’est ce que lui dise les gens au début du texte comme si elle avait trouvé un extraterrestre dans le lot. L’implication d’un père ne sera jamais le même d’une famille à l’autre. Mais, ses actions ne doivent pas être faits au détriment de sa partenaire (qui garde tout à l’intérieur ou par une mauvaise communication) et je ne crois pas qu’un père doive attendre de prendre sa place, c’est sa famille à lui aussi après tout.

    2. Je comprends votre point de vue, mais je ne le partage pas. Dans mon texte, c’est plutôt l’inverse que je tentais de démontrer. Je dénonce justement le fait que mon chum soit considéré hors norme pour quelque chose qui devrait être la norme. Selon moi, s’impliquer comme père ne devrait pas être fait en comparaison de l’implication de la mère, mais plutôt en fonction des besoins de l’enfant.

  3. pendant longtemps, il n’a pas eu la place pour faire tout ce que fait celui-ci, c’est trés bien mais ne pas diriger l’attention sur le comportement d’un homme mais sur la dynamique d’un couple, les échanges, les envies de chacun, sans chercher non plus ce fameux 50/50 utopique…..mais une harmonie, ou chacun se sent bien dans ce qu’il fait, peut-être qu’un homme n’a pas eu le premier rôle pour élever un enfant, mais il fait d’autres choses, il n’y a jamais un coupable dans un couple, dans une relation, chacun a sa part de responsabilité…….

    1. Je suis d’accord avec toi. Il faut trouver cette harmonie, cette complicité, cette complémentarité, mais dans une optique équitable et non pas hiérarchique, je crois. Souvent, on considère que c’est la mère le parent en 1er et le père vient en 2e, alors que pour moi, les deux devraient être à égalité.

  4. Hé bien malheureusement, moi j’ai toujours eu des chums bennnn ordinaires, extrêmement normaux!!!

    On ne mentionne pas ça ici, mais d’après mon expérience, l’homme considéré comme normal va aussi se sentir comme un lion en cage s’il ne travaille pas pendant un certain temps!!!!!

    1. Observation véridique. Par contre, tout s’apprend je crois. L’énergie qu’une personne peut avoir besoin de dépenser, peut très bien se dépenser dans différents projets (travail, famille, loisirs, bénévolat, etc.) sauf que pour les enfants, je pense, qu’il ne s’agit pas de choisir si on veut ou pas s’impliquer, quand on a les enfants, c’est une responsabilité de s’en occuper qui revient aux deux parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *