À toi qui préfères attendre avant d’avoir un enfant

À toi qui préfères attendre avant d’avoir des enfants. Oui toi! Toi qui attends d’avoir une job plus stable! Une maison ou un espace plus grand! Toi qui attends d’avoir fait tel ou tel voyage, toi qui attends d’avoir un peu plus d’argent de côté parce que ça coûte cher avoir un enfant!

À toi, j’ai envie de te dire, tu peux attendre longtemps! Je ne te ferai pas la morale sur tes choix, c’est pas mon genre. Mais je ne peux pas m’empêcher d’être un peu triste par en-dedans pour toi.

Je suis triste parce que quand j’entends que tu attends d’avoir fait tout ce que tu avais envie de faire avant d’avoir un enfant, je me dis que dans ta tête, avoir un enfant, ça doit ressembler à quelque chose qui vient en périphérie de ta vie et non pas quelque chose qui fait partie de ta vie, ou mieux qui est ta vie!

C’est pas vrai qu’un enfant ne va pas changer ta vie, je te mentirais si je te disais ça, mais, toi, tu ne changeras pas. Si t’aimais les crottes au fromage avant d’avoir un enfant, tu risques d’aimer encore les crottes au fromage après avoir eu un enfant (par contre, je ne peux pas te le jurer pour le pendant que tu fais un enfant, des fois la grossesse et les goûts bizarres, t’sé).

Avoir un enfant c’est pas un sacrifice de vie. C’est pas quelque chose qui t’empêche de vivre, c’est plutôt la rencontre avec un petit humain qui vient s’intégrer dans ta vie à toi. Il ne vient pas à ta rencontre pour que tu arrêtes de faire tout ce que tu faisais, au contraire, il vient à ta rencontre parce que tu fais plein d’affaires.

Publicité

Pis ta personnalité non plus ne va pas changer. Si tu étais susceptible avant d’avoir un enfant, tu vas continuer de l’être après.

Par exemple, moi j’ai toujours été une fille qui aimait ressentir des sensations fortes : j’ai fait du parachute, du roller-blade dans les skateparks, fait de l’escalade, tu vois le genre?

Et bien, ces temps-ci, avec un bébé de 3 mois, mon rush d’adrénaline je le pogne quand je change sa couche! Oui, oui, t’as bien lu, quand je change sa couche.

C’est qu’au lieu de changer sa couche sur la table à langer, je le fais plutôt sur mon lit, sans petite couverte au cas où il y aurait un pipi ou un caca express qui sortirait pendant les quelques secondes où elle n’a plus de couches du tout sur elle. JE SUIS COMPLÈTEMENT FOLLE!

T’imagines, elle est là, directement sur MON lit et j’ai l’impression de jouer à la roulette russe. Le temps s’arrête pendant qu’elle a les fesses à l’air et que je prends une nouvelle couche pour lui mettre. C’est un coup de dés! À chaque fois, mon cœur bat plus vite, la température de mon corps augmente et ma respiration se fait entendre! Et là, je lui mets sa couche, sans aucun dégât et je suis fière de moi, puis je fais une petite danse de réussite! Bon c’est sûr que des fois, je me fais prendre pis je dois laver mon lit au complet, mais… toutes les autres 5897 fois (on en change des couches avec un bébé) je trippe ben raide!

Publicité

Ce que j’essaie de te dire au fond, c’est pourquoi attendre d’avoir tout fait avant d’avoir des enfants? Plonge! Saute! Cours! Vas-y! De toute façon, il y aura toujours de nouvelles affaires qui apparaîtront dans ta vie, aussi bien être bien entouré pour les vivre, non?

Mère Rebelle

Me suivre sur Facebook
Me suivre sur Twitter
www.emilieouellette.com

*Crédits photo pour l’image de l’article : Josée Charland

80 réflexions sur “À toi qui préfères attendre avant d’avoir un enfant”

  1. Moi j’ai eu mon premier enfant à 21 ans… et j’ai tant entendu d’autre fille me dire LA raison d’attendre : je veux voyager, profiter de ma jeunesse… blabla… et bien moi, à 45 ans, je vais être encore jeune, et mes enfants ne seront plus à la maison, et je vais avoir tout mon temps (et peut-être même un peu plus les moyens qu’à 20 ans) pour voyager :) Voilà ma théorie! Le moment parfait où tout est au bon équilibre, je ne pense pas que ça existe, en fait je connais personne à qui s’est arrivé! hihi Faut juste un jour décrocher, et foncer, se dire que le temps est venu, advienne que pourra! Mais bon, il y a une seule bonne raison d’attendre… Faut toujours bien trouver le bon géniteur! Malgré que de nos jours, tout est possible… reste qu’un homme présent qui nous aime et nous épaule, ça a pas de prix! La maison, l’argent, les voyages, les loisirs et tout et tout, c’est accessoire! Trouvez un papa… et go!

    1. Je ne crois pas que le moment parfait existe non plus, mais après il y a autant de possibilités que de personnes qui existent (et même pour des familles avec des parents de même sexe!)

    2. Ça t’as jamais traversed l’esprit que c’est justement TELLEMENT important d’avoir des enfants, qu’on préfère se construire en tant que personne pour avoir assez à donner à notre enfant? On ne peut donner se qu’on ne possède pas, à 20 ans, de l’estime de moi, de l’assurance, de l’amour pour moi, j’en avais pas.
      Pour moi, c’est important d’être solide en tant qu’être humain pour devenir le pillier d’autres petits êtres.

      Ce qui est triste, c’est de lire un texte un peu fermé et teinté de préjugé sur les choix des autres.

      Peut importe le choix de vie, l’important n’est-il pas d’être en accord et heureux avec ses choix?

  2. Je ne partage ABSOLUMENT pas ce point de vu!!!! Bien évidemment que c’est sage d’attendre avant d’avoir un enfant, évidemment que c’est un projet qui se mûrit, combien de jeunes parents font bouffer leurs regrets à leurs enfants de ne pas avoir pu vivre ceci ou cela… Combien de fois on entend des mères dire « j’aurais voulu…mais je suis tombé enceinte ». Tu parle des voyage, j’ai toujours voulu partir en Asie, et je savais que tant que je n’aurais pas fait ce voyage, je n’arrivais pas à aller plus loin dans mon désir d’enfant…je suis partis, trip en sac à dos, jamais d’horaires ni de planning, toujours l’aventure…tu fais comment avec un gamin??? Ah ben t’attends la retraite :-/ C’est quand même plus vraiment le même délire!!! Ou alors, tu peux aussi lui imposer ton rythme, en ne respectant pas le sien…
    Attendre d’être prêt , après un voyage, une carrière mise en route, une maison plus grande, c’est se donner les moyens de ne pas faire subir nos frustrations à nos enfants, et de ne pas se projeter à travers lui, de tout ce qu’on a pas fait, c’est important de se réaliser soi, avant de réaliser un petit bout de soi…
    Dire qu’un enfant ne change « presque » rien à ta vie, c’est juste de l’hypocrisie, ou alors, c’est la crèche ou la nounou qui élève tes enfants…dans ce cas là n’aurait il pas été plus judicieux d’attendre que les conditions aient été plus favorables???
    Beaucoup de jeunes filles pondent des gamins en pensant qu’elles vont jouer à la poupée…un enfant ça demande du temps, de l’énergie, de se remettre en question, de savoir gérer ses frustrations, ses émotions, de s’adapter à son rythme, de compiler avec le reste de la famille…bref, c’est une vie COMPLÈTEMENT chamboulée, tournée complètement vers lui, alors OUI, mieux vaux avoir un petit vécu sa vie de djeun’s avant de s’embarquer dans l’aventure, histoire de pas avoir à lui faire de reproches.
    Mais bon, ton bébé n’a que 3 mois, si tu trouve encore ton rush d’adrénaline en lui changeant la couche, on en reparle dans quelques mois ;-)

    1. Merci pour le commentaire, j’aime découvrir les différents points de vue. Pour la question des voyages, je suis en train de lire un livre qui s’appelle Guide du voyage en famille et c’est super inspirant en plus de plusieurs blogues de voyageurs en familles, je pense vraiment que ça se peut, mais je ne l’ai pas encore expérimenté.

      1. J’ai croisé des couples qui voyageaient avec enfants, et même en très bas âge… bien sur que c’est possible!!!! C’est un trip, ce n’est pas le mien…sans parler des conditions sanitaires de certains pays, des vaccins…. Nous comptons repartir en Asie avec nos enfants, mais d’ici une dizaine d’année, histoire que ce soit le confortable et amusant , qu’il y ait des souvenir pour tout le monde! Donc je réitère mon point de vu…le road trip, c’est bien quand t’es jeune et libre de toute responsabilité ;-) les vacances avec des enfants, c’est génial aussi, mais c’est pas la même chose.

    2. Mais si tu pars en Asie avec tes enfants dans une dizaine d’années, écris un blogue pour partager l’expérience, moi j’Adore lire ce genre d’aventures! Et si tu fais un road trip seule aussi :)

      1. Ici premier bébé était une surprise…Une grosse surprise! Genre en plein milieu d’un BAC avec un chum de 3 mois de vie commune. Aoutch les sacrifices! J’ai eu du ressentiment un peu pendant ma grossesse, puis un peu quand j’ai pas pu dormir les premières fois….et chaque fois que je voyais mon amoureux avec qui je ne pouvais plus sortir ou même faire l’amour. Puis un jour, on a du chercher une garderie pour que je reprenne mes sacro saintes études. Mais on a jamais trouvé ce fameux petit nid douillet. Je suis donc devenue….tatatam….maman à la maison! Et la, god que j’ai remercié la vie et ce petit bonhomme qui est débarqué dans nos vies comme un cheveux sur la soupe. Heureusement que c’est la qu’il est arrivé. Oui parce qu’on vivait déjà sur un seul salaire ou presque avec peu de dépenses….s’il avait fallu la grosse baraque, les deux voitures de l’année, la moto, les voyages….jamais j’aurais pu juste tout canceller pour mon enfant. Ou en tout cas, les sacrifices auraient été enorme pour vrai pour devenir maman à la maison! Mon chum qui aurait été habitué de faire de la moto chaque soir aurait dû canceller ça…alors je suis d’accord avec toi l’auteur! Je pense que tout arrive à point nommer et que c’est à nous de faire d’une situation x une situation positive! Aujourd’hui je suis fière maman de deux beaux bonshommes et d’un prochain éventuellement…et je vis MON rêve :)

    3. Je trouve triste le jugement évoqué envers une femme qui choisi d’attendre d’avoir un enfant… Oui, moi, j’attends car il est possible aujourd’hui de faire ce choix, car, j’ose croire que nous sommes aujourd’hui une société qui a les moyens d’acquérir une consience familiale et sociale; si l’on a ce désir de s’éduquer en prenant le temps d’acquérir les outils nécessaires et d’offrir à cet enfant un meilleur baggage que celui qui nous a été légué. Même si ce baggage ne sera jamais parfait, le fait de choisir de mettre un enfant au monde plus tard avec de meilleurs outils offrira la possibilité d’un meilleur équilibre; des enfants mieux équipés et par conséquent un monde meilleur. Il y a une partie des femmes qui souhaitent crier haut et fort le bonheur d’être mère, ce qui est indéniable malencontreusement en critiquant le choix d’autres femmes qui font un cheminement qui sera tout simplement différent. À 35 ans et sans enfant, le regard des autres femmes et commentaires m’attristent, et pourtant je tiens tête car j’ai choisi d’attendre de trouver le meilleur père possible dans ma vie, car oui, il sera le père de ce futur enfant pour toute sa vie. Concevoir un petit être dans notre monde est trop extraordinaire et fragile pour faire cela sur un coup de tête. J’assumerais ma vie familiale certes au moment opportun, par conséquent j’organise ma vie afin d’avoir l’indépendance financière, car il semble y avoir une illusion que cet aspect importe peu et pourtant cela servira de portes d’ouverture; voire de survie à cet enfant. Au lieu de se tenir en unicité, nous nous séparons entre femmes et pourtant le but ultime en est le même, dans cette création d’amour que nous sommes et que nous continuerons éternellement.

  3. Ben voyons, cest quoi cet article-là!! Vive le jugement!! Tant qu’à juger ce matin, allons-y fort!!! Oui moi j’ai attendu d’avoir 28 ans, une maison, de l’argent ect… Parce que je trouve ca pas fort tous les posts que je vois sur les sites de maman, toutes des jeunes filles qui appellent à l’aide parce qu’elles n’ont pas assez de sous pour simplement des couches ou du lait. Ou toutes celles qui ecrive: ca fait 1 mois que je connais mon chum, je suis tomber enceinte pis il me quitte, comment je vais faire pour etre mere monoparentale à 20 ans!!! Chacun ses choix dans la vie, si vous voulez avoir un enfant à 20 ans, cest votre probleme, mais venez pas faire critiquer ceux qui ont attendu!!!

    1. Merci pour le commentaire, je voulais juste préciser que je ne parle pas d’un âge précis dans le billet, je parle plutôt d’un état, un moment quand on veut des enfants, mais qu’on préfère attendre pour différentes raisons :)

    2. Je dis ça comme ça, mais j’ai 25 ans et je suis enceinte de mon 3e enfant. J’ai eu mon premier à 22 ans, et tu sais quoi? J’ai un diplôme universitaire, une carrière et un conjoint! Alors prend garde aux jugements destinés aux « mères de 20 ans » ;)

  4. Je crois que ce que l’article veut dire (corrige moi Émilie si j’ai tort) C’est qu’une fois EMOTIONELLEMENT prête d’avoir un enfant, une fois qu’on DÉSIRE cet enfant, c’est plutôt stupide d’attendre. Il va TOUJOURS avoir des problèmes soit financiers, de carrière, etc dans la vie, on va TOUJOURS vouloir un plus belle maison, un emploi stable, etc. On va TOUJOURS vouloir maigrir, faire des voyages, tripper, « profiter de sa jeunesse » et ce que l’article dit c’est que d’avoir un enfant nous empêche en RIEN de faire tout ça!!! Moi je connais le genre de monde qui « attendent la moment parfait ». Ben y’en as pas. Pis tu te ramasse à 40ans pas d’enfant pis tu regrettes, ou tu en as pareil avec une grossesse difficile pis un ado qui fait sa crise d’adolescent pendant que TOI la vielle, tu fais ta Ménopause. Pas top! L’article ne dit pas d’avoir des enfants à 20ans, l’article dit au futur maman prête d’avoir un enfant de se jeter à fond dedans, parce que le moment parfait, il n’éxiste pas.

  5. J’ai décidé d’attendre avant d’avoir un enfant pour des raisons financières, d’études, de rêves de voyages en effet.. mais cela ne m’empêche pas d’accepter le choix de mes amies qui ont préféré avoir un enfant au lieu d’un diplôme. Elles sont aussi heureuses que moi et leur choix de vie leur convient, ce qui est tant mieux. Est-ce qu’on ne pourrait pas respecter le chemin de vie de chacun au lieu de se critiquer sans cesse des deux côtés de la médaille ? Je te respecte d’avoir eu des enfants en bas âge, alors respecte mon choix de ne pas être prête aussi rapidement que toi. On appelle ça l’ouverture d’esprit, le vivre et laisser vivre.

    1. Je suis en total accord avec toi.. Chaque personne n’a pas les mêmes désirs dans la vie et le même rythme que l’auteure de ce texte. Comme s’il y avait un âge préétablie pour avoir des enfants?! Moi qui est une de ces filles qui préfère avoir une situation financière stable avant d’avoir des enfants et d’avoir vécu quelques expériences, je me suis sentie assez offensée par ce texte et tout le jugement qu’il comporte.

  6. Je suis partagé entre les deux. J’ai eu ma fille a 24 ans , j’aurais bien voulu avoir des enfants avant mais dans ma tête il y avait un mais. Le désir étant la , sauf que je voulais mettre au monde un enfant avec une qualité de vie , autant pour papa que pour moi. Nous voulions tout les deux donner une chance a nôtre enfant en ayant tout les deux un emploie stable avec une augmentation de salaire chaque année qui nous procure toujours plus de sous. On sait très bien que ce n’est surtout pas le gouvernement qui va fournir l’argent pour élever nos enfants. Bref oui je me suis posé la question suivante si oui j’avais assez profité de ma jeunesse et ma réponse a été qu’en aillant un emploie qui me permet d’avoir un peu de sous pour ne pas m’empêcher de voyager de m’amusé de profité de la vie sainement avec mon enfant. Alors je dois admettre que oui il ne faut pas attendre tout dépend de nos valeurs mais de l’autre côter attendre d’avoir les moyens pour pouvoir ne pas stopper nos projets de vie car financièrement on n’y arrive pas je trouve sa JUSTE. Je suis certaine que celle qui on une famille avec un revenue moindre subvienne parfaitement aux besoins de leur enfant mais avec des sacrifices et moi dans ma tête sa ne fonctionnait pas de sacrifier des moments inoubliable avec ma famille a Disney ou en Chine etc.. Je trouve sa indispensable d’avoir un peu de sous pour élever nos enfants. Je ne dis pas d’être avocat , docteur et autre.. Je dis seulement de suivre son cœur bien sur mais aussi sa tête qui parfois nous dit le contraire de nôtre cœur. Il y a toujours un juste milieu. Patienté 1 an ou 2 pour avoir un emploie stable ou peut-être oui économisé car le manque d’argent te fait peur ou tout simplement pour t’amusé avec ta famille quand bébé sera la.. Pourquoi pas :)

  7. J’ai trouvé ce texte drôle. Je me souviens de moi avec la couche de ma fille. Pour ma part j’ai eu ma fille à 19ans. C’était un peu tôt. 3 ans plus tard mon fils est arrivé. Henn’ai jamais voyagé et j’ai sorti dans un bar une seule fois dans ma vie. Parfois j’aimerai profiter de ma jeunesse puisque je n’ai que 25 ans. Mais je ne regrette pas d’avoir commencé ma famille aussi tôt. Pour l’âge ma belle-soeur a décidé d’attendre pour faire plus de voyage, plus d’études, avoir un meilleur emploi, une pkus grande maison… elle a maintenant 43 ans et n’arrive pas a être enceinte. C’est vrai que ça n’a peut être pas rapport avec l’âge. Mais s’ils avaient essayé avant ils auraient au moins eu d’autres recours. Ou même l’adoption.

  8. Je suis du même avis. Si on attend le moment parfait pour avoir un enfant, il y aura toujours un obstacle. Il y a des circonstances meilleures que d’autres pour avoir un enfant, c’est certain. J’ai moi-même 2 enfants et selon les adeptes du « attendons le moment idéal » je les ai eu à des moments catastrophiques. J’étais à ma dernière session de mon bacc quand je suis tombée enceinte de ma 1re. J’avais 22 ans et ma relation avec son père était toute jeune. Ni l’un ni l’autre on avait un emploi stable. Il faut dire qu’elle n’était pas planifiée. Et bien, on a fait les efforts nécessaires et elle n’a jamais manqué de rien. C’est fou comment nos priorités changent quand on a un enfant!! On voulait avoir un 2e enfant dans de meilleures conditions alors on a fait ce qu’il faut pour améliorer nos conditions financières. On s’est essayé.. fausse couche! Dommage, on réessaie… encore fausse couche! On aurait pu dire que c’était pourtant le moment idéal puisqu’on avait les revenus nécessaires pour le faire vivre. Pourtant, on avait prévu un déménagement dans une autre ville avant ma 2e fausse couche, je perdais donc mon emploi sans possibilité d’assurance chômage, mon conjoint allait à l’école, donc ne pouvait compenser ma perte de revenu alors on s’est dit qu’on attendrait (encore) finalement. C’est à ce moment-là que je suis retombée enceinte. Aujourd’hui, j’ai 28 ans, mère d’une fille de 5 ans et d’un garçon de 3 mois, du même père. Et même si je ne peux pas emmener mes enfants à Disney land, voyager dans le sud en hiver, les habiller à la dernière mode chaque saison, ils mangent 3 repas par jour, sont habillé convenablement pour la saison et ont l’amour inconditionnel de leurs parents. Pour moi, c’est ça l’idéal, aimer les enfants et être prêt à faire les choix pour qu’ils grandissent en santé et entourés d’amour. Pour certain(e)s, ce moment arrive à 35 ans et d’autres, à 18 ans.

      1. De plus, je connais un couple qui était ensemble depuis plusieurs années, des emplois stables et tout, bref le moment était idéal. Ils ont même été en clinique de fertilité. Ben, alors qu’elle était enceinte d’environ 6 mois, il est allé voir ailleurs et elle s’est retrouvée seule pour élever cet enfant! Comme quoi le meilleur moment n’est pas toujours celui qu’on pense.

  9. Tu peux ben dire que ta vie change pas. Quand tu parles que des sensations fortes c rendu changet une couche… Heu.. Jpense birn que cest mieux davoir vecu ce quon a a vivre avant d’avoir un enfant que daller clubber toutes les fin de semaine en laissant son kid se faire garder. Efoeure toi des ckubs avant davant un kid et fait tot ce que tu as a faire cest parfait. Attenfre d’Avoir une job stable pour subvenir aux besoins de ton enfant messble que ca fait plus de sens que de manquer ta job de rêve à cause que tu as des enfants tout de suite. Bref juge pas les choox des autres. T pas la meilleure

    1. Merci pour le commentaire. Je tiens seulement à préciser que je n’ai pas dit que ta vie ne changera pas avec des enfants, je dis que toi, tu ne changeras pas, dans le sens de ta personnalité.

    2. Il faut savoir lire l’humour aussi !! Elle n’a effectivement pas dit que la vie la vie ne changerais pas, elle a dit que TU ne changes pas. C’est un cliché gros comme le bras d’aller dire que les enfants nous empêche d’avoir un le job de nous rêves ou nous empêche d’avoir du plaisir. Emilie ne parle pas d’avoir des enfants quand on est pas prêt et qu’on a pas fini de vivre. Elle dit que si tu es prêt et que tu as peur parce que le moment n’est pas parfait, de ne pas avoir peur et qu’il n’y aura pas de moment parfait. Je ne vois pas où elle a fait un jugement des choix des autres. C’est un texte humoristique qui célèbre la beauté de la maternité et qui enlève certaines craintes qu’avec un enfants tu ne peux plus vivre.

  10. Je comprends ton point de vue. En effet, avoir un enfant ne devrait pas être considéré comme un sacrifice, en est de même pour tout ce que tu feras pour lui! Par contre, j’ai beaucoup de difficulté avec le fait que tu considères les gens qui préfèrent attendre comme des gens qui considèrent leurs enfants en périphérie de leur vie. Au contraire, je veux une grande famille, de nombreux enfants (oui, je sais je vais commencer par en avoir 1 ;) ). Par contre, je préfère terminer mes études, oui avoir un meilleur salaire, une plus grande maison, être plus confiante d’avoir trouver celui qui fera un bon père (même si on ne l’est jamais à 100%), parce que oui il y a plusieurs possibilités, mais j’aime mieux aspirer au meilleur tout de suite plutôt que de déjà envisager des solutions de rechange. Pourquoi ? Parce que j’ai vu tant de gens avoir des enfants sans en être capable ni financièrement, ni psychologiquement. Avoir un enfant ça implique être capable de guider un être humain, ainsi que d’assurer le fait que tu auras à subvenir à ses besoins. Je travaille dans une école primaire et je vois trop de jeunes mères qui ont fait le mauvais choix et les conséquences sont impressionnantes. Bien évidemment, ce ne sont pas toutes les jeunes mères pour qui c’est le cas. Par contre, je crois qu’il est important d’avoir atteint une certaine maturité avant de pouvoir élever un enfant, vécu des expériences que tu ne regretteras pas de ne pas avoir fait et que tu ne feras pas par responsabilité maternelle et vécu ces expériences qui t’aideront à avoir acquis une certaine maturité. J’ai très hâte d’avoir mes enfants, de leur donner le plus que je peux et le meilleur, c’est pour cela que je choisis d’attendre! Je fais tout en gardant toujours en tête et comme but mon rêve familial! Et non parce que je considère mes futurs enfants comme quelque chose de périphérique, au contraire.

  11. Bonjour !!
    Je comprends ton point de vue sur le fait qu’avoir un enfant c’est géniale parce que c’est simplement magique les enfants.

    Par contre, je dois avouer que je fais partie de « ceux qui veulent attendre ». Je vais expliquer mon point de vue à moi. Au cours de ma jeune vie, ou j’ai eu des parents plus ou moins eduquer et qui n’avait rien pour eux, ca na pas été facile. Selon moi, mettre au monde un enfant lorsque tu n’es pas certain d’être capable de lui acheter du lait materniser la semaine prochaine, c’est un mauvais choix. J’ai grandis avec peine, faim et misère. Je ne ferais pas ca à un enfant.

    Attendre est parfois une bonne solution, ce n’est pas un signe d’égoisme, bien au contraire. L’amour pour un etre espérer nous fait choisir une maison avec plein de chambre pour les remplirs de petits bouts d’homme. Le choix d’attendre nous prépare mieux à demain.

    – excuser pour les fautes, merci !

    1. Je comprends ton choix et je le respecte. Comme Emilie a dit dans un commentaire plus bas, tout est question d’équilibre. On essaie d’agir au meilleur de soi. Merci pour ton partage!

  12. Hé bien, dit donc, pendant que toi tu pouvais te payer le luxe de vivre une vie emplie d’activités trépidantes, je n’arrive même pas à couvrir mes besoins de base, et ce, malgré le fait que je me débat comme une déchaînée pour avoir une qualité de vie décente. Alors oui, je crois que pour des gens dans une situation semblable à la mienne (ajouter ici pleins d’autres problèmes fantastiques avec lesquels on doit dealer), attendre avant d’avoir un enfant est plutôt une sage décision, quoiqu’être paumé dans tous les sens n’empêche pas bien des gens de s’épanouir en ayant des enfants. Chapeau à elles et eux, d’ailleurs. Bref le facteur social/économique a certainement un impact sur les perspectives.

    Je suis évidemment d’accord avec le fait qu’avoir un enfant ne devrait pas être un « à-côté » et que ça s’avère être une toute une aventure et je trouve aussi tout-à-fait merveilleux que tu sois heureuse dans ta nouvelle vie. Mais affirmer qu’on ne change pas ? Qu’on reste la même personne ? La maternité est quelque chose de tellement profondément marquant et qui apporte tant de bouleversements dans une vie, impossible de  » rester la même « . De plus, fais-tu toujours les mêmes activités qu’avant ? Parce que selon ce que j’ai pu comprendre de ton texte, ce n’est pas le cas. Tu dis trouver le même « plaisir » ailleurs, soit dans ta vie familiale. Donc oui, tu as changée.

    Finalement, j’en ai juste marre d’entendre partout que tout n’est qu’une question de perspective et que si, peu importe mes efforts et ma bonne volonté ma vie c’est encore de la crap (ne vous en faites pas je réussi à être heureuse au travers au travers de la crap) c’est parce que j’essaie pas assez fort ou que je ne vois pas la chose du bon angle… Fuck off ! Et c’est toujours dit par des gens qui ont pas mal plus de moyens que moi. Sortez-vous la tête du cul un peu, vous et votre idéalisme suintant, et à moins que tu veuilles payer de ta poche pour me permettre d’avoir un enfant maintenant et de « plonger dans les joies de la maternité », ben tes conseils de vie, garde-les pour toi ou du moins, essaie la prochaine fois de moins te contredire dans tes affaires.

    1. Je ne crois pas que je me contredise dans ce que je dis, par contre on n’a pas le même point de vue et c’est parfait comme ça. C’est en échangeant des points de vue différents qu’on finit par avoir des débats intéressants.

    2. C’est clair que quand ta vie est de la crap, ça donne pas envie d’avoir un enfant. Bravo à toi de faire le choix de ne pas en avoir maintenant. Par contre, je pense que cette colère vis-à-vis ta crap t’as fait passer à côté de l’essence du texte. L’auteur ne fait qu’encourager les gens qui sont prêts, mais qui hésite à cause de leur situation imparfaite. Il n’existe juste pas de moment parfait. Jamais elle ne dit que les gens devrait avoir des enfants dès que possible, coûte que coûte. Moi j’en ai marre des gens qui tombe sur la tête des gens sont heureux en croyant que ces gens là l’ont eu facile ou qu’ils devraient être redevables de quelque chose aux gens malheureux. Des conseils de vie? J’ai plutôt l’impression que c’est toi qui est venu faire la morale, mais bref. Emilie est chroniqueuse et écrit des textes humoristiques sur la maternité. Si t’es pas prête, fais-en pas, mais mon conseil (oui oui!) attends pas que ta vie soit meilleure parce que vu ton attitude ta vie sera probablement toujours de crap à tes yeux. J’trouve ça déjà pas mal que tu es possède un ordinateur et un accès à Internet. C’est pas un besoin de base ça et pourtant que y a accès. Tu vois? Tout est question de perspective oui. Parce que la vérité absolue n’existe pas, tout est relatif.

    3. En effet, je suis d’accord avec vous. J’ai moi-même beaucoup changé après être devenue mère. Je me suis même mise à avoir peur des hauteurs, à avoir le vertige, alors qu’avant ma première grossesse, j’étais téméraire et passais par tout les manèges les plus fous. Je rêvais de sauter en parachute ce qui n’est plus vraiment le cas aujourd’hui. Je ne lis presque plus alors que j’étais une légendaire dévoreuse de bouquins. Même certains de mes goûts ont changé concernant mon alimentation mais heureusement, d’une manière positive! :D Comment prétendre qu’on ne change pas? L’arrivée des enfants transforment littéralement notre vie et notre corps d’ailleurs. Ce n’est pas une illusion mais bel et bien la réalité. Je trouve important de donner des informations justes aux futurs parents. Fonder une famille est l’un des actes les plus merveilleux, rempli de surprises qui nous en apprend énormément sur nous-mêmes entre autre leçons de vie enrichissantes. Jamais je ne nierai ce fascinant engagement et tous les éléments précieux qui y sont reliés. Néanmoins, jamais non plus, je ne dirais que tout n’est que facilité et que rien de notre parcours n’est modifié ou teinté différemment. Ne deviennent-ils pas pour plusieurs, notre centre d’intérêt? Combien on tendance à les mettre sur un piédestal, à les idolâtrer. Quelqu’un a dit un jour, nous sommes rendus dans une société qui méprise ses aînés, les oublie dans des CHSLD, trop occupé par cette vague de fascination presque malsaine des ‘’bébés’’.
      Nombre de sorties en amoureux longuement planifiées, organisées à savoir qui et comment seront-ils gardés, lors desquelles, malgré les demandes de mon mari, je n’arrivais à aborder autres sujets de conversation que : ‘’Sais-tu ce qu’il ou elle a fait aujourd’hui, a dit? C’est tout juste si ne lui disais pas combien de couches j’avais changé dans la journée en précisant la couleur et texture. Lolll
      Mon esprit entièrement consacrée à eux, j’en oubliais par exemple, les chandelles du souper, spécialement allumées pour notre anniversaire de mariage. Il est très facile d’oublier l’importance du couple lorsqu’on devient parent, c’est pourquoi au contraire, je trouve important de sensibiliser les gens sur le sujet, en précisant tout ce que ce rôle peut impliquer et ce, pas uniquement dans les instants de pures plaisirs mais aussi dans les concessions car oui, il y en a. Ce ne sont pas des chimères. En étant avertis, on peu assumer ce rôle avec certaines finesses que d’autres n’ont peu ou pas eu. Sérieusement, suis-je vraiment la seule mère a avoir été durant un long lapse de temps, à focaliser sur mes chérubins, incapable de porter l’attention essentielle à la qualité de ma relation de couple et à ma propre personne? Encore aujourd’hui, bien qu’ils soient tous devenus grands, je dois me raisonner pour ne pas retomber dans les mêmes sujets, c’est plus fort que moi ;)
      Bonne route, et pour finir, à mes yeux, il n’exsite que deux seuls êtres peuvent déterminer le bon moment pour devenir parents: Le futur papa et la futur maman! Et les meilleurs conseils qu’on puisse leur donner sont ceux qu’ils ont eux-mêmes demandés, pas ceux qu’on leur impose :)

  13. Je vois beaucoup de messages concernant les situations financières et économiques mais que fait-on des situations conflictuelles et personnelles ? Pour ma part, je préfère attendre pour raison de maturité (je ne parle pas ici d’un attitude immature mais plutôt d’évoluer sur un meilleur chemin) et de blessures à panser. Je porte en moi un « enfant blessé » par des évènements antérieurs et je crois qu’attendre (le temps de me recentrer et de comprendre) me permettra d’au mieux prendre soin de mes enfants car je ne ferai pas subir à ceux-ci des réactions qui proviennent d’un évènement qui n’ont aucun rapport avec eux. Un enfant ne peut pas avoir un « enfant blessé » comme parent ou du moins, il est préférable que non (pour son évolution, pour ne pas qu’il prenne de mauvais plis). Supposons qu’un évènement horrible se soit passé dans la vie de quelqu’un et qu’à partir de ce moment, elle en soit devenu dépendante affective et/ou agressive. Ce genre d’effets aura une conséquence sur le développement d’un enfant.

    Les raisons économiques sont également à considérer mais le facteur personnel l’est tout autant. Certaines personnes ne sont tout simplement pas rendu là. Certaines personnes ont besoin de vivre leur vie à eux car elles en ont été privés pendant leur enfance et adolescence (de quelques façons que ce soit; violence, intimidation, éducation strict, séparation, etc…) ou ils ont simplement envie de se centrer sur eux-même (car ils n’ont jamais assez penser à eux…) avant d’offrir le meilleur à d’eux-même à leur enfant..

    1. Je suis d’accord Lana et je pense que l’auteur aussi le serait. Si on ne se sent pas en mesure d’élever un enfant pour des raisons personnelles, par manque de cheminement ou des blessures à guérir, je comprends qu’on fasse le choix de ne pas en avoir tout de suite. Par contre, je suis toujours partagée, dans le sens que nos blessures font parties de qui nous sommes. Évidement qu’on va grandir, mais où est la ligne qui dit que là, on est assez mature? Peut-être quand le désir se fait plus gros que les peurs? Je ne sais pas. On grandit aussi avec notre enfant et même les parents qui se disaient prêts ne seront jamais parfaits et les enfants trouveront toujours quelques choses à redire sur leur parents.

    2. Tout à fait d’accord avec vous Lana, À 25 ans, j’étais déjà mère de 4 enfants et n’avais pas pris le temps de panser mes blessures. Pas facile de guider, entourrer et consoler alors qu’on n’a même pas pris le temps de prendre conscience de l’enfant blessée en nous et que c’est là, au moment de materner qu’il surgit et hurle de douleurs. On ne fait pas un enfant uniquement pour se faire plaisir à soi à ce que ce petit être innocent va nous apporter, à mon avis, il est fort important de songer à ce que Nous, parents sommes en mesur de LUI apporter. Notre niveau de solidité émotionnelle sera très conséquent sur l’avenir de cet enfant car on ne fait pas un bébé, on met au monde un futur ado et adulte. Ce n’est pas aussi simple que de s’acheter un billet pour le cinéma tout de même, Et pourtant, j’ai eu ma première enfant à 19 ans, je pourrais très bien me  »péter les bretelle » et que j’ai eu parfaitement raison d’être devenue maman jeune mais pas après le long processus que j’ai vécu et doit encore traverser. Tant qu’ils étaient bébés, c’était merveilleux, biensûr, j’étais pauvre financièrement, de ce côté, ce n’était pas simple, sous-sol d’église, paniers offerts par la gignolée, j’étais fermement convaincue que le matériel, l’argent n’était pas important pour devenir maman et encore aujourd’hui, je suis certaine que ce n’est pas là l’essentiel. Par contre, toute la charge émotive qui en découle de ce rôle à vie, les blessures du passé non pansées, ça c’est un aspect si crutial à observer avant de se lancer. Je ne regrette pas mes enfants évidemment, ce que je regrette toutefois, est de ne pas avoir pris le temps de devenir plus mature, plus attentionnée envers mon intérieur en souffrance qui explique à présent, cette hâte de vouloir devenir mère d’une famille nombreuse. L’enfant ne demande pas à naitre, l’adulte doit se poser les vraies questions qui le mène à devenir parent à mon avis. En 2014, on ne se contente plus de se reproduire afin d’assurer sa descendance ou remplir notre devoir devant l’église, il est tout à fait légitime de faire une bonne réflexion avant de  »plonger » tête baissée. Désolée pour la longueur, j’en aurai encore beaucoup à dire sur le sujet ;)

      1. Désolée aussi pour les fautes, je n’ai pas pu retourner sur mon texte et le corriger ;) Juste un ajout à mon commentaire, gardez à l’esprit que les petits pleurs, les changements de couches sont tout ce qu’il y a de plus simple à gérer dans le rôle de parents mais aussi, ce qu’il y de plus éphémère. C’est pour la suite qu’il faut sérieusement être prêt(e). Beaucoup désirent plus que tout avoir un BÉBÉ, pas un ado a confronter ni un jeune adulte en quête d’autonomie. Juste un beau bébé, tellment cute dont on se plait à constater combien nous sommes patients avec lui ou elle. C’est pourquoi, à mon avis, il est important de redescendre un peu de l’aspect  »Candyland » pour donner de tels conseils et avoir déjà réalisé tout le cheminement que signifie être parent. Je tenais exactement le même discours lorsque mes petits étaient.. Petits.. ;)

      2. Merci Linda pour le commentaire. Je suis d’accord avec vous. Dans mon texte, je ne parle pas d’âge, mais plutôt de cet état émotionnel, lorsqu’on sait qu’on veut un enfant. Et c’est bien vrai également qu’un bébé n’est pas un simple bébé, il faut penser à tout ce que ça implique pour le futur car il deviendra grand jusqu’à l’âge adulte! Je ne dis pas que c’est facile, je pense simplement qu’on peut choisir notre façon de voir et de vivre les choses et ça vaut pour tout le monde ;)

  14. Bonjour,
    Moi je comprends tres bien ce qu’elle veut dire Ouellette, jai 2 filles et je suis tres jeune cest sure que ca pas ete tjrs facile mais croyez moi que quand tes une maman et que tu sais que tes enfants dependante de toi tu fais ton possible pour quilne manque de rien tu deviens une super maman tu gere mieux pas tjrs mais tes capable de penser a une et milles choses faut le vivre pour comprendre question financiere largent la ben souvent tu peux trouve des trucs a bon prix a momment donner les vetements de marque cest fini du moins tachete chez winners ou de temps en temps ds certain magasin moi je magasinais bcp pour ma premiere pas autant que certaines de mes amies mais
    jetais pas conne non pu.. jai tjr su comment gerer mes depenses. Meme en ayant mes 2 enfants jai pu finir mon sec 5 et meme alller o cejep mnt je travail et en decembre je retourne a lecole pour un dep mais serieusment attendre le momment ideal ya na pas !!! sa existe pas ! en momment donne faut se branche et trouver le gar ideal ben sa existe pas les gars reste tjrs pareil le truc cest pas rester avec un trou cul qui fait rien de sa vie un homme qui veut evolue va passer o traveers de tout meme avec un bebe ssinon il est con et pte quil changera mais pour lui il sera trop tard alors pour finir si ta envie de pas avoir denfant pcq tes pas capable de toccupe de toi meme je comprends mais en momment donner responsabilise toi et affronte tes responsabilite moi je crois que la vie te donne la chance de ten sortir ton entourage est tres important aussi soyezz consciente de ca ! et arretez de dire ben moi comment je vais faire comment…aiiie ouvre tes yeux trouve une solution et si ta pas de copain ok cest bon ya rien a dire alors pour le commentaie de Miss Oullette ben je le comprend pcq je suis mamma dsl les filles sa vs pouvez pas le comprendre comme on dit vs me direz quand vs aurez des enfants ! Ses sensations cest juste une mere qui peut comprendre .

  15. J’adore votre article et je trouve cela dommage de lire les commentaires plus que critique. Je crois que les personnes prennent tout personnel, alors que l’article ne s’adresse pas nécessairement à eux. Je suis au début de ma grossesse et je ne considère pas ma situation de parfaite. Je voulais un enfant alors que je n’ai pas l’emploi du siècle et je suis en appartement. Le monde a une vision des chose assez fermée lorsque vient le moment d’avoir un enfant, il faut une maison, beaucoup d’argent’ tu ne pourras pas voyager, si tu les as jeunes, tu ne pourras pas sortir avec tes copines.. oui, on sait bien qu’un enfant change ta routine, t’as de nouvelles responsabilités, mais je regarde mes parents, ils en ont fait des voyages, lorsque nous étions plus vieux, jai déjà vécu en appartement lorsque j’étais jeune, parfois on était plus serrer monetairement et je ne pouvais pas avoir un nouveau jeux, mais est-ce que ça m’a empêcher d’être heureuse?? Non pas du tout. Mon conjoint était ( et sûrement encore un peu) nerveux face a l’idée que notre famille s’aggrandisse, parce que notre situation n’est pas  »parfaite » , mais a force de plonger tête première dans cette merveilleuse nouvelle expérience, on va prendre confiance en soi, vivre de beaux moments et ressortir plus fort des moments qui seront plus difficiles. Bref, j’ai adorer ce texte, car je comprend très bien ce qu’elle tente de partager, il serait bien que les personnes cessent de sortir de leur gonds. Chacun ses opinions et ses choix de vie, et met le chapeau son il te convient, sinon passe a autre chose :-)

  16. Wow, ce blogue fait réagir! Avec raison, puisqu’il met intrinsèquement en perspective tous les éléments les plus stressants d’une vie… Les finances, l’emploi, les besoins physiologiques jusqu’aux besoins de réalisation et tout ça dans la perspective d’avoir des enfants. On pourrait tous se prouver mutuellement qu’une façon de faire est meilleure qu’une autre puisqu’il y a tant d’exemples que d’histoires. La mienne, par exemple, va dans le sens de l’auteur. Je suis un papa de 3 enfants de moins de 5 ans et il y a 5 ans, j’étais sans emploi et vivais dans un appartement, encore indécis à savoir si je souhaitais vivre une vie de bohème de par le monde ou « devenir sédentaire » (vision à l’époque)… mais plus fondamentalement, je savais que je voulais des enfants. J’en voulais trois. J’ai plongé.

    Oui, ça m’a complètement changé. Mais je suis de l’avis de l’auteur sur les motifs qui définissent nos choix d’avoir ou non des enfants et ce n’est certainement pas l’argent et le job stable qui fait des enfants forts, heureux et épanouis. Mes enfants m’accompagnent dans mon aventure et ils en partagent chaque moments difficiles ou heureux. Ils sont une source de motivation phénoménale. De plus j’avancerais même que sans m’en rendre compte, mes choix d’emplois, de positionnement et d’activités ont été influencés pour le mieux par la présence de mes enfants. Aujourd’hui, nous avons l’emploi et la maison que nous souhaitions et ça ne s’est pas fait sans sueurs et sans risques. Nous avons travaillé très, très fort. Honnêtement, je ne crois pas que j’y serais si ça n’avais été de la présence de mes enfants.

    Ce n’est pas fait pour tout le monde d’avoir des enfants. Certains se lancent dans les meilleures conditions et n’auraient pas dû. Il faut se connaître, il faut s’écouter. Quand la décision est prise cependant, on doit la prendre pour les bonnes raisons.

  17. Merci Mme Émilie Ouelette pour votre ouverture vers les différentes opinions. Il est vrai que si on ne s’exprime pas, rien ne peut être soulever afin de permettre les échanges. Le fait que vous ayez eu l’audace de le faire et ce avec, une bien jolie plume, ouvre la porte au partage d’idées variées. Les nuances que vous apportez à travers le fil de discussion témoignent d’une belle sensibilité et donne un équilibre qui me plait dans vos commentaires. Félicitations et bonne continuation dans vos projets et réalisation Mme Ouelette. Au plaisir :)

  18. Ton texte m’a fait beaucoup réfléchir!!! Je veux des enfants, malgré tout, je dois attendre… Mon copain et moi vivons chez nos parents et nous voulons avoir terminé nos études avant! Notre but est simplement, c’est que le petit être que nous allons mettre au monde vive dans une bonne condition et ne manque de rien! Je voulais attendre d’avoir une maison, une voiture, d’avoir voyagé, d’avoir de l’argent, mais maintenant, je crois que je vais m’en tenir aux études HaHa! Merci! :)

    1. Ahaha tu sais chaque couple est différent, ce n’est pas mal ou bien d’attendre, je partage simplement ma vision qui est que pour moi, les enfants font partie de ma vie avec tous les projets dans lesquels je suis impliquée et non pas une fois que tout est fait! Mais le plus important c’est quand on est prêts :) Bonnes études!

  19. On parle d’attendre pour des raisons egoïstes ($, voyage, etc), qui semblent importants pour ceux qui n’ont pas la chance de faire plus de leur vie– mais y’en a t’il entre vous qui ont pensé à tout ce qu’un humain peut offrire à notre planète, l’espèce humaine?

    Je dois vous dire, mes compatriotes québécois, je serais d’accord avec vous si ma vie avait était limitée par les paroies Canadiennes. Parcontre, il y a des pays dans ce monde où l’on peut vivre ±80 ans: passer 20 de ces ans à etudier: rendre son cerveau un muscle qui peut atteindre l’impossible. Ensuite passer 20 ans comme docteur ou rechercheur, peut-être trouver un remède à un cancer, qui enlèvera la souffrance de milliers d’humains, et puis à l’âge de 40 ans, on peut toujour avoir nos propres enfants, comme tous les autres humains l’ont fait avant nous: à qui on apprend à améliorer la planète de leur tour, affecter l’histoire humaine.

    De cette manière on sacrifice quand même la moitiée de notre vie à nos propres enfants biologiques, mais on sacrifice notre vie entière à améliorer la vie des autres. Croyez-moi que vous ne connaisez pas ce plaisir si vous ne l’avez pas esseyé.

    1. 40 ans pour avoir un enfant et fonder une famille… Ça semble bien beau comme ça, mais chez les femmes, les risques liés à une grossesse sont beaucoup plus grands qu’à 20 ans, en plus de ne pas avoir la même énergie. Et puis, personnellement, je ne suis pas certaine que passer 20 ans de notre vie à trouver des remèdes pour permettre aux autres de vivre jusqu’à 150 ans en valent réellement la peine. Les docteurs et les recherches sont oui nécessaires, mais l’humain n’est pas fait pour vivre 100 ans. Et puis, quelle qualité de vie avons-nous rendu là? Je n’ai rien contre les gens qui préfèrent attendre pour toute dorte de raison avant d’avoir un enfant, tant qu’au moment où ils en ont, ils soient prêt à leur offrir le meilleur.

      1. Les riques de grossesse chez les femmes >35 and étaient réels il y a longtemps. Mais de nos jours, dans les pays premier-monde, ce ne sont que des histoires d’autrefois. Renseignez-vous auprès des sources scientifiques reconnus: http://m.theatlantic.com/magazine/archive/2017/11/how-long-can-you-wait-to-have-a-baby/309374/

        Cela étant dit, je ne suis pas convincue que les habitants du Canada, soit à l’âge de 20 and ou 80 and, ont accès à la qualité de vie nécessaire pour cela…

      2. moi j ai 41 et j ai des enfants ma derniere je l ai eue a 40 ans et wow ….grossesse tres dure .mais le resultat est incroyable …..je crois que la moral de cette histoire est si tu decide d en avoir c est ton choix ,mais attend pas que ton portefeuille soi plus epais parceque desfois la vie fait en sorte qu il baisse ….les filles c est votre choix d en avoir ou pas et franchement une fille qui n en veut pas ben elle se respecte aussi ,car si pour elle etre maman ne lui convient pas elle ne seras pas heureuse et cela vas se repercuter sur son petit donc a chacun ses choix de vie.

  20. Je respecte ceux qui veulent des enfants, je respecte énormément ceux qui en ont. Mais moi, à 31 ans je suis toujours pas à l’aise d’en avoir. Je ne vois pas ma vie avec des enfants. Pourtant, j’adore mes 2 nièces et elles me le rendent. Mais moi, je n’en veux pas. J’ai déjà voulu peut être en avoir, quand j’avais 20 ans. Jusqu’au jour ou j’ai connu pour la première fois de ma vie, des gens qui n’en voulait pas et qui disait ne pas aimer les enfants (dans le sens je suis vraiment pas à l’aise). Je me suis rendu compte qu’effectivement, je n’ai jamais été à l’aise et j’ai toujours tenté de le cacher parce que je me trouvais anormale. Maintenant, je n’ai plus peur de le dire que je ne veux pas d’enfants. Non je ne changerai pas d’idée parce que je suis encore jeune, et bla bla bla. Quand même j’ai 31 ans et beaucoup de mes amis ont des enfants et je ne voudrais pas avoir cette vie. Ceux qui aiment ça, allez y et faites-le. Ceux qui n’en veulent pas, ne laissez pas la pression sociale qu’on va essayer de vous mettre sur les épaules, vous laisser croire que votre vie ne sera jamais complète sans enfants. Faites-le si ça vous rends heureux.

    1. Merci pour le message. En effet, je partage tout à fait ton point de vue. Plusieurs personnes ne veulent pas d’enfants et elles ont le droit. Par contre, ce texte s’adresse plutôt à des personnes qui veulent des enfants, mais ne savent pas quand est le moment idéal.

  21. Pour être honnête, je ne suis vraiment pas d’accord et bien sincèrement, ce n’est pas parce que j’ai envie d’attendre pour avoir un enfant que le fait d’être mère est moins important pour moi qu’une autre, qu’avoir un enfant serait en « périphérie de ma vie ». C’est bien triste, mais j’ai envie de m’accomplir avant de pousser un petit être à s’accomplir à son tour. Le moment idéal pour avoir des enfants est propre à chacun et puis quoi si j’ai 40 ans, une grossesse compliquée et moins de patience ? Tant mieux si les jeunes mères sont heureuses, mais j’en connais aussi qui, vingt ans plus tard (la mienne, entre autres), regrettent d’avoir eu un bébé aussi tôt. Pas qu’elle ne m’aime pas, pas qu’elle soit malheureuse, juste un peu nostalgique de la femme qu’elle aurait voulu être avant de se voir accoler le pronom de « maman ». Bref, c’est personnel un bébé, c’est beau un bébé, c’est beau une maman, mais chaque chose en son temps.

    1. Merci pour le commentaire. C’est correct qu’on ne soit pas d’accord, ça enrichit les débats ;) En fait, je ne parle pas d’âge ni de moments précis dans une vie pour avoir un enfant, je soulève plutôt le point que pour moi, il est également possible de s’accomplir en tant que personne et avoir un enfant en même temps, plutôt que de penser qu’il faille faire les choses une après l’autre, mais je ne possède pas la science infuse.

  22. tu vois, chacun son opinion. La mienne est complètement le contraire de la tienne. Je prends le temps de pouvoir leur offrir un avenir. Combien d’enfant de maman adolescent voit leur parent sur l’aide-social et le deviendront également. J’ai vu trop de jeune mère ne pas prendre soin de leur enfant de la façon approprié. Oui ton enfant sait ta vie et oui sait un petit miracle de la vie d’en avoir, MAIS une mère a la responsabilité d’offrir le meilleur a ses enfants et je trouve que a 20 ans déjà avoir des enfants m’indique que la mère n’a pas une grosse scolarité et que sa job doit laisser a désirer, si elle en n’a une. J’ai 28 ans et aucun enfant, moi et mon conjoint nous en parlons, mais nous avons la même philosophie. J’attend pas que ma bucket list soit faite avant d’en avoir, j’attend d’avoir une possibilité de les laisser faire leur choix dans la vie. Je veux voir mes enfants venir au monde dans un environnement où la vie ne sera pas un stresse pour moi. J’ai vu trop souvent des parents ce plaindre qu’ils ont pas d’argent pour des activité que leur enfant désir faire. Que l’école coute cher, aujourd’hui je me dis que nous sommes prêt. J’ai un bon travaille, qui amene l’argent nécessaire à tout les besoins d’un enfant. Je n’aurais aucune difficulté à acheté les couches, le lait, payer la garderie. Un enfant sait a vie, je trouve cela égoïste de mettre au monde un enfant dans un contexte ou il sera dévaloriser par la vie, juste parce que MOI je voulais avoir un enfant. Je généralise beaucoup ici, mais je me dis que si toi tu as un travail qui te laisse la possibilité de voir tes enfants le soir et la fin de semaine, d’être la pour les devoirs, de pouvoir leur fournir le nécessaire pour leur avenir et pouvoir dire oui si il désire ce rentre jusqu’à un doctorat sans te stresser, chapeau, tu as fait les bon choix et tu été prête, MAIS tu as déjà emprunter de l’argent pour un besoin essentiel à sa survit, je LE plaind, son avenir est jouer d’avance.

    1. Bonjour Cindy, merci de prendre le temps d’écrire ta vision de la chose. Je voulais simplement préciser que dans l’article je ne fais pas référence à un âge en particulier, c’est plutôt une façon de voir les choses peu importe l’âge. Ce qui est bien, même si nous ne sommes pas d’accord, c’est que toi tu sois en accord avec tes choix. Au fond, c’est ça le plus important :)

  23. Je ne suis pas en accord… Il.y a d’autres raisons qui peut pousser une personne a attendre d’avoir des enfants.
    Je ne suis pas prête a avoir des enfants pcq, oui, bien sûre que je veux voyager et tout, mais je sais très bien que je peux le faire avec un enfant! Mais pcq je suis beaucoup trop consciente du fait que je suis encore beaucoup trop égoïste pour en avoir.
    J’aime mieux savoir que je suis égoïste et d’attendre que d’en faire et et le regretter et être malheureuse pcq je ne peux plus, a 2h du matin, partir de chez nous pour aller me boire un cappuch au Tim avec des amis, pcq je le sais que je serais malheureuse si je devais me priver de resto pour pouvoir payer des couches ou du manger a mon enfant, et non, je ne suis pas une simple ado. Je suis adulte, avec un travail stable, un endroit où vivre, un partenaire de vie incroyable, qui sera le père de nos enfants.

    Oui, c’est vrai que ça peut paraître mesquin ou méchant. Mais qu’est-ce qui est le mieux, dites-moi?

    Que je fasse un enfant et d’être malheureuse pcq je suis peut-etre encore une enfant dans ma propre tête, ou ne pas en avoir et que lorsque je me sentirai prête, l’avoir pcq je le veux et qu’a ce moment, je serai absolument prête a rester a la maison a 2h du matin pour le bercer, a manger a la maison ou au resto avec mon petit Ange pcq j’en serai tout a fait heureuse?

    Alors, moi, moi qui attend le bon moment pour avoir un enfant. Je ne crois pas que je sois une mauvaise personne ou une personne qui croit que la vie avec un bébé nous empêche de vivre. Mais je crois que même si on attend le bon moment, quelques fois c’est beaucoup mieux que d’en avoir et de se sentir malheureuse et que notre bébé de petit ange le ressente aussi.

  24. Je suis partiellement d’accord avec cet article. En général, je le suis, mais je pense que, sans rouler sur l’or et d’avoir la grosse maison de rêve, il est important lorsqu’on décide d’avoir un enfant, d’avoir une certaine stabilité quand même. On ne peut pas être sans emploi et avoir de la misère à chaque mois à payer son loyer et décider d’avoir un enfant parce qu’on en veut un et qu’on se sent émotionnellement prêt… Il est important de s’assurer qu’il ne manquera de rien. Son bien-être, son bonheur et sa santé passe avant tout! Il sera ta priorité! Moi, mon fils est toute ma vie et si j’étais dans une situation financière précaire où je me demanderais toujours si cette semaine je vais être capable de le nourrir, l’habiller, lui acheter des couches, ça me crèverait le cœur et je serais malheureusement de lui donner une telle qualité de vie….

    1. Je suis d’accord également avec ce que tu dis. Là où ça peut varier, c’est sur qu’est-ce que ça prend pour qu’un enfant manque de rien. Pour certains ce sera certaines choses et pour d’autres ce sera d’autres, alors….ça varie :)

  25. Mon premier enfant, je l’ai eu à 23 ans. Tout le monde m’a dit que j’étais trop jeune pour en avoir un, que je n’avais pas assez profité de la vie. Et bien, je les ai tous envoyés promener, parce que pour eux, avoir un enfant, c’est comme si c’était la fin de leur vie de couple, de leur vie social et de leurs rêves. Excusez-moi, mais avoir des enfants , c’est le plus merveilleux des voyages que l’on peut faire, et c’est à vie ! C’est beaucoup mieux que l’Asie pendant 3 semaines ..! Je ne dirai pas que les voyages ne m’ont jamais intéressés, au contraire, mais dans ma tête, avoir un enfant était plus censé que de voyager. Garder mon argent pour avoir des enfant et une maison au lieu de voyager. On a pas tous les même trip non plus. Je ne regrette rien de ma vie, j’en suis fière. Comme plusieurs le disent, à 45 ans, les enfants ne seront probablement plus à la maison, (ou peut-être, on ne sait jamais), mais peut importe, c’est évident que nous aurons plus d’argent, juste pour moi et mon conjoint, car nos enfants seront autonomes financièrement (encore là, peut-être que non, j’aime prendre des risques, aha). La maison sera payé, ou il restera moins de 3 ans d’hypothèque. Peut-être que les enfants iront l’Université, mais au lieu de voyager jusqu’à l’autre bout du monde, j’économise pour leurs études. Nous n’avons pas tous les même priorités, nous ne sommes pas tous pareil, nous n’étions pas tous rendu à la même étape de notre vie à 23 ans, la preuve, j’avais encore des amis au bar à toutes les fin de semaines… Moi j’avais mon emploi stable, un bon salaire, une maison, mais je n’ai jamais voyagé (hors Amérique & je ne le regrette pas non plus).

    Veuillez prendre note que je ne juge pas les personnes qui voyage avant d’avoir des enfants, comme je l’ai dit, personne ne pense de la même manière, je voulais juste partager mon expérience de vie et je ne veut convaincre personne que mon style de vie est mieux qu’un autre. Tant que vous vous sentez confortable dans vos décisions, que vous savez que vous ne regretterez pas vos choix, foncé !!! La vie est courte, faite ce que vous avez envie quand vous en avez envie :)

  26. J’ai 49 ans, 4 enfants de 28-26-24 et 23 ans) et 5 petits-enfants (de 2 semaines à 4 ans). Mon mari est entrepreneur et nous avons eu des hauts et des bas dans l’entreprise (comme un gros client qui tombe en faillite et ne paye pas). Nous avons toujours trouvé le moyen de nourrir, vêtir, divertir (etc) nos enfants, ils n’ont jamais manqué de rien car la priorité était là. Je suis heureuse d’être une mamie énergique qui va à la piscine, à la patinoire, sur la trempoline avec mes petits-enfants car je suis assez en forme :) Si j’avais attendu le moment parfait, je n’aurais jamais eu d’enfants car en business, les risques sont pas mal toujours là. Je n’avais jamais voyagé en dehors de mon pays mais on l’a fait en famille dans un camion qu’on avait emménagé en habitation motorisé, et ça été de très belles expériences de vie, nos enfants ont tout fait avec nous et nous ne regrettons rien. Maintenant qu’ils sont tous autonome, en couple et en maison, mon mari et moi voyageons, on visite et reçoit, on va à des spectacles, on fait de la moto, on vit intensément et on est heureux, je vous en souhaite autant :)

  27. Excusez-moi … comme plusieurs j’aimerais attendre d’avoir un enfant et je ne suus pas egoiste pour autant … et cest plate de lire ceci .. comme si on serait egoiste et vous des super womans pcq vous avez pas attendu … je trouve que vous ne savez aucunement les histoirs des autres pour pensez que sa sert a rieb d’attendre

    Jai 27 ans et je vais entrer au cegep en aout !!! Desoler detre egoiste mais je ne me voit pas avec une grossesse et un bebe pendant mes 3 ans de cegep!! Jaimerais avoir tout mon energie et mon temps a consacrer a mes etudes

    Jai eu des parents pas stable et pas de scolarité et meme si je suis contente detre la et bien jaurais preferer que mes parents ait une carriere et non un petit boulot rt dans la region ou on vit (gaspesie) il.en pleut pas du travail donc on demenagais tout le temps … pas bon pour des enfants .. je ne reussissait pas a lecole.car je changait toujour decole

    Jai vu de jeunes adultes avoir des enfants .. et des enfants dans la.drogue rt la boisson .. non merci … cest pas recommender … et ceux qui vont dire que un enfants ca change une personne .. non pas tout le temps … des fois l’enfant se ramasse nimporte où… ou dans des familles d’accueil! !!!!

    Sa coute cher un enfant .. et si tu ne peux pas lui acheter des jouets que ses amis ont .. rt bien lenfant .. souvrnt est rejeter !!! Je sais je lai vecu et crois moi cest pas le.fun et jai pas eu une enfance joyeuse !!#

    Donc pensez ce que vous voulez … mais cest pas tout le monde qui ont vecu dans une maison … qui ont eu ce quil voulait … des parents present qui ont une carrière et qui ont ete élevé par leur 2 parents

    Moi jai pas vecu ca !!! Parents separer … petit boulot… changement decole .. pouvais pas etre active .. car mes.parents n’avait assez dargent pour me payer des activite

    Résultats? ? Jai engreisser … tlm me.rejetais car je netais pas dans la.moyenne … depression rt jai du melever toute seule … apprendre par moi meme les choses de la vie !!! Ma mere toujours parti car elle na pas vecu sa jeunesse .. jai du apprendre a me.faire a.manger des lage de 10 ans … 13 ans famille dacceuil … drogue …alcool pere absant souvent… lacher lecole

    Jai vecu la.misere … et jamais au grand jamais jvais vouloir faire vivre ca a un enfant … ceux qui nous pense egoiste parce que je veux attendre a la fin de mes etudes … et bien continuer a regarder le monde de haut mais ca.me.prouve juste juste que vous aviez jamais connu la.misere et des parents separer qui se.sont rendu malade a essayer de nous faire vivre rt quu ont abandonner

    Il.faut un bon encadrememt et une maturité pour un enfant … j4n connais qui ont eu un enfant a 16 ans et bien cest meme.pas la.jeune maman qui eleve lenfant mais bien la g-mere !!!

    Venez pas.me dire que tout le.monde ne devrait pas attendre car oui des fois cest utile d’attendre …

  28. TheMissCarlyy .

    J’ai 22 ans, une maison que j’ai acheté toute seule comme une grande à 21 ans et un chum qui habite avec moi depuis 6 mois (11 mois de vie de couple). Mais je veux attendre…. Attendre de mieux connaitre mon homme car après 11 mois, je découvre encore des chose sur lui ! Attendre d’avoir affronté quelque tempête et les avoir traversés main dans la main. Attendre d’avoir un peu d’argent pour m’acheter une voiture 4 portes (parce qu’un bébé en coupé 2 portes….) et tout le tralala du bébé (avec une maison seule mes économies en on mangé un coup). Mais surtout, surtout ! Attendre d’etre prête !

    Non je ne suis pas prête à renoncer à mes nuits de 10h en ligne le weekend parce que j’suis brulé de ma semaine ! J’suis pas prête à me priver de manger des chips pour souper en écoutant des émissions de meurtre et d’enquête ! Pas prête à avoir des p’tits bonhomme insignifiant qui joue dans ma tv 12 heures par jour. Je suis pas prête.

    Probablement que je suis pas normal. Car la majorité de mes « amies » ont un ou deux enfants. Avec un ou deux pères différents. Elles habitent dans des 4 ou 5 et demi. Elle travaillent à « maman à temps pleins » sur facebook. Elle n’ont pas attendu alors elles doivent probablement être meilleurs que moi.

    1. Je pense que c’est un article fait pour que les mères prématurées se sentent bien dans leur peau, il y en a quelques unes qui ont surement désirés leurs enfants a cet âge, tant mieux pour elles si c’est leur seule ambition. Moi, je rêve d’avoir des enfants, de jouer avec eux, de les aimer, a chaque fois que j’en voit un je me dis OMG *___* j’en veux pleins pleins, mais moi aussi, je préfère attendre, c’est pas question de qui est mieux, c’est une question de choix, et la maternité devrait toujours être un choix et non un accident, j’suis pas du tout prête a renoncer a dormir, a manger ce que je veux, a faire plein de projets. C’est pas parce que c’est pas au même moment que toi que c’est pas une expérience qui va autant faire partie de ma vie, comme le dit l’article « si tu attends c’est parce que c’est pas important pour toi, c’est juste quelque chose qui vient en périphérie dans ta vie »…Bullshit!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page