Les héros, ça s’trompe jamais

0 Partages

1381465_213639208809428_1150507140_n

«Ah ah ah ! Ouais me semble…»

Publicité

C’est la réaction que j’ai eue quand j’ai lu le titre du premier tome de la saga de Marie Potvin Les héros, ça s’trompe jamais. 

Oui, les héros ça s’trompe, même Max et Philippe Grondin. Personne n’est parfait, pas même les frères Grondin, qui sont pourtant des hommes profondément bons, doux et soucieux de leur famille (même élargie!). Alors, pourquoi avoir donné ce titre au livre ? me suis-je demandée pendant un bon moment; jusqu’à la page 123 en fait !

« Mais les héros c’est pas gratis
Ça s’trompe jamais, c’t’indépendant
La gloire paye pour les sacrifices
Le pouvoir soulage leurs tourments »
*Extrait des paroles de L’escalier par Paul Piché

Quel livre ! Du bonbon pour femme. Malgré que je crois vraiment que certains hommes pourront aussi y trouver leur compte. Les personnages qu’on suit tout au long du roman, sont autant d’hommes que de femmes, mais on sent que les trois frères Grondin en sont le noyau. Et quel noyau, croyez-moi! J’ai eu un petit penchant pour Philippe, un peu plus ténébreux…ahhhh ! *soupir*

Publicité

C’est au chapitre 9 que tout s’emboîte, 86 petites pages de préliminaires pour un plaisir intense pour les 340 autres pages. Un livre bien brodé, avec des enchaînements rapides et habiles de la part de Marie Potvin, auteure qui a d’abord fait ses preuves sur le web. Parus depuis 2011 et tous de véritables succès, ses romans ont déjà fait beaucoup d’adeptes. C’est en mars 2013 que son premier roman Il était trois fois…Manon, Suzie, Flavie a vu le jour. Originaire de Vaudreuil, Marie nous présente, cet automne, son plus grand succès: Les héros, ça s’trompe jamais.

J’ai franchement adoré ce bouquin ! Les personnages dans la trentaine, les quartiers montréalais et leurs rues, puis, les expressions drôles, typiquement québécoises, avaient tout pour me charmer.

L’auteure manie la saga, comme une pro. J’ai retrouvé le même plaisir à lire Marie Potvin, que Virginia C. Andrews, il y a quelques années, ce n’est pas peu dire. Je dois aussi mentionner l’idée brillante de Marie Potvin de faire une table des matières des personnages. Avec 18 personnages dont les vies s’entrecroisent, il est facile au début de ne pas bien se rappeler des liens entre les protagonistes. L’auteure nous épargne le retour tortueux dans les pages précédentes à la recherche d’explications. Tout est sur la liste. MERCI !

J’ai vraiment hâte que le deuxième tome soit disponible. En attendant, j’ai recommencé le bouquin.

Je le recommande chaudement.

Pour acheter en ligne

Pour suivre l’auteure sur Facebook et sur Twitter

fioritures-victoriennes-02

Pour me rejoindre :

[email protected]

@MelanieGali

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *