Zone Homa en trois profils : APOCALYPSE ME, un duo grinçant

Dans le cadre du Festival Zone Homa, il serait bien qu’on jase (tant qu’à jaser!) un peu des artistes et, bien sûr, de leurs créations. Tous de la relève, tous des plus ingénieux et talentueux, le profil de trois d’entre eux vous sera dévoilé en exclusivité pour vous donner le pouls de la proposition artistique de cette année!

Tout d’abord, cette semaine, APOCALYPSE ME, présenté demain soir (samedi) à 20h, à la Maison de la Culture Maisonneuve. Dirigée dans une mise en scène de Bruno Dufort, le personnage féminin, interprété par Alexa-Jeanne Dubé, en fera grincer plus d’un… En tout cas, c’est leur intention !

1002865_10151598343964527_796333736_n

crédits : Jean Frédéric Bédard

Naissant du désir de collaborer pour un projet, suite à des retrouvailles après l’École de théâtre, APOCALYPSE ME est une création commune depuis l’idée originale jusqu’à la conception et l’écriture. La chimie entre les deux artistes est palpable et l’élaboration du spectacle est véritablement une fusion de leur vision respective : une fille et sa mise à mort, voilà la proposition.

Publicité

« Mais ce n’est pas une mort physique. C’est de l’auto-sabotage, de l’auto-humiliation. On la suit, tableau par tableau, dans cette autodestruction jusqu’au nœud de son malaise. Un malaise qu’elle offre au public qui la regarde se détester ». Dans un univers simulé, grâce à une scénographie en 360 degrés, une console permettant de reproduire 250 effets vocaux et 4 magnétophones, l’amour propre se présente à un niveau si bas et dans un décor si percutant que cela fait frissonner. « Elle n’a pas d’échappatoire. Elle est à la merci de tous, c’est-à-dire du public ». Les effets techniques sont là principalement pour la soutenir dans son sabotage, mais cela passe uniquement par l’autre. L’autre étant un être qui lui offre un amour et un bonheur qu’elle s’empêche d’atteindre. « Comment accepter un regard bienveillant quand elle n’en a pas un d’elle-même. Elle est insaisissable dans son raisonnement ». Travaillant avec l’idée de troubler, de déranger, le but n’est cependant pas de provoquer. Un humour est tout de même présent dans le texte, mais alors plutôt grinçant.

Bien sûr, comme la plupart des artistes qui présentent le fruit de leur création à Zone Homa, Alexa-Jeanne et Bruno souhaiterait reproduire APOCALYPSE ME dans un théâtre. Et qui sait ? Peut-être y parviendront-ils plus facilement que le personnage féminin qui tente d’atteindre le bonheur…

Outre ce spectacle, Alexa-Jeanne travaille présentement à fignoler sa mise scène de MOI ET UNE LOVE LETTER, présentée l’an dernier à Zone Homa justement, pour la reproduire au théâtre La Chapelle, cet automne. Également, une autre pièce de sa compagnie À Deux, c’est-à-dire CLAP CLAP, sera de la programmation 2014 du même théâtre. Tant qu’à Bruno, La Chapelle récolte la cerise sur le sunday en lui permettant de faire une place à sa mise en scène DE RAGE. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les projets déboulent aux portes de ce duo, mais qu’ils font preuve de réalisme et de maturité en appliquant une méthode de création rigoureuse et personnelle dans leur mode de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page