Retour sur le dernier Coppola

Crédit Photo: streetlightsocial.wordpress.com
Crédit Photo: streetlightsocial.wordpress.com

Bon, il faut que je vous le dise, je n’ai pas aimé le dernier film de Sofia Coppola.

Virgin Suicides m’avait littéralement traumatisé. (À 13 ans, âge fatidique où cette œuvre cinématographique m’est tombée sous la main, j’étais un tantinet impressionnable.) Somewhere m’avait beaucoup touchée. (J’suis une fille, qu’est-ce que je peux y faire?) Lost In Translation m’avait bien plu. (Pas de parenthèse, j’ai juste aimé.)

Mais comme l’avait fait Marie-Antoinette, le dernier opus de Coppola, The Bling Ring, m’a laissé de glace.

Non pas que le sujet ne m’intéressait guère. Une bande de jeunes de Beverly Hills tellement fascinés par le mode de vie hollywoodien qu’ils s’introduisent dans les maisons des vedettes les plus en vogue de Los Angeles… Je dois dire que j’étais moi-même un peu fascinée. Fondée sur une série d’évènements tout à fait réels, l’histoire de cette bande me troublait et me trouble toujours.

Comment ces jeunes ont pu en arriver à commettre des vols totalisant plusieurs millions de dollars, et ce non pas pour l’argent, mais bien pour être aussi bien fringués que Paris Hilton? Ça me dépasse. C’est un exemple tellement concret de l’influence de notre société de consommation sur la jeunesse que je préfère encore ne pas y croire.

Publicité
Crédit Photo: troiscouleurs.fr
Crédit Photo: troiscouleurs.fr

Le sujet du film avait donc non seulement piqué ma curiosité, mais aussi mon âme puritaine.

Sofia Coppola s’est cependant basé sur le reportage bien étoffé du Vanity Fair, The Suspects Wore Louboutins. Scénario, dialogues, citations, tout est carrément tiré du très intéressant exposé de 4 pages de Nacy Jo Sales, ce qui selon moi rend le film un peu futile.

À part être ensevelis par des visions de sac à main Gucci et de Manolos de taille 11, je n’ai rien su trouver de plus en allant m’installer sur les bancs du Cineplex Forum que ce que j’avais préalablement trouvé dans l’article de Sales.

« Oui, mais c’est comme quand tu vas voir un film sur un livre que t’as lu, t’aimes jamais vraiment ça. »

Il est vrai que le duo Duris & Tautou en Colin & Chloé  est loin de m’avoir convaincu… Mais je m’égare…

Publicité

Non, je n’ai pas vraiment aimé. Mais je n’ai pas pleuré mon 6,95 $ pour autant (on n’a plus les mardis des pauvres qu’on avait), car la jolie Emma Watson est hilarante dans le rôle de Nikki. Vraiment chapeau Hermione, je n’ai vu que du feu à ton accent de petite Américaine gâtée et prétentieuse.

Crédit Photo: blackfilm.com
Crédit Photo: blackfilm.com

Si vous êtes admirateurs de Watson, allez-y, ça ne vous tuera pas.

Si vous ne cherchez qu’à comprendre, lisez l’article, il est captivant.

Si vous ne voulez pas perdre foi en la jeunesse hypersexualisée et ultra influencée par la société de consommation contemporaine, évitez simplement.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=Y6NiyVdRbxs]

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page