Keep the beat avec Bonobo

C’est pour mon plaisir personnel que j’ai assisté au show de Bonobo mardi soir au Théâtre Telus. J’avais tout de même envie de vous partager mes impressions.

Source: www.last.fm

Après une première partie, pour le moins redondante et lassante, c’est avec un enthousiasme vibrant que la foule accueille Simon Green alias Bonobo.

Plusieurs musiciens l’accompagnent sur scène, dont un multi-instrumentiste nous laissant perplexe devant l’étendue de son talent. Il maîtrise parfaitement la flûte traversière, le saxophone et la clarinette. Et que dire du drummer qui nous exécute un solo percutant.

Mais revenons à Bonobo…

Sa musique prend racine de sa ville d’origine, Brighton. Inspiré par le groove jazz, le funk, la soul, ses compositions s’apparentent aussi à de l’électro instrumental.

Publicité

Chaque note en escalade une autre, rebondit sur l’amorce instrumentale, l’amplifiant, se gonflant, NOUS enivrant.

On nage carrément dans la soul avec la voix suave de l’interprète féminine, dont le nom m’échappe. Pardon, encore de la difficulté à décrypter l’accent british et Bonobo n’y fait pas exception. Toutefois, je parierais Andreya Triana qui l’accompagne sur l’album Black Sands (2010). Elle a d’ailleurs interprété des classiques de cet album, tels que The Keeper, qui évoque la voix et le style de Lauryn Hill (Everything Is Everything), et la populaire Eyesdown. Elle fut inondée d’applaudissements dès les premières notes !

Quelques classiques à écouter sur l’album Black Sands:

  • Black Sands
  • Kong.

De l’album Days to Come, Bonobo a interprété Between the Lines aux notes dissonantes et aux atmosphères troubles ainsi que Recurring, comme une sensation édulcorée élevée par une pulsation récurrente.
Autres classiques à écouter sur l’album Days to Come:

  • If you stayed Over (interprétée par Fink)
  • Les pièces interprétées par la magnifique Bajka

Enfin, du nouvel album, Bonobo ne pouvait ignorer la pièce Cirrus. Je vous avais d’ailleurs conseillé le vidéo clip complètement psychédélique dans mon article «Rhye, Bonobo et Pickwick à Montréal en avril».

Je vous laisse avec la pièce The Keeper de l’album Black Sands. Vous ne pourrez plus détourner les yeux d’Andreya; un charisme aux dessous voluptueux.

Publicité

Bonne écoute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page