Ubuntu

«Je suis parce que nous sommes.»

Il y a quelques temps, un de mes contacts a partagé sur un réseau social quelconque  une photo d’un groupe d’enfants africains formant un grand cercle les uns aux côté des autres. Une note accompagnait la photo : «Un anthropologue a demandé un jeu aux enfants d’une tribu africaine. Il a mis un panier de fruits près d’un arbre et a dit aux enfants que le premier arrivé gagnerait tous les fruits. Au signal, tous les enfants se sont élancés en même temps… en se donnant la main! Puis ils se sont assis ensemble pour profiter de leur récompense. Lorsque l’anthropologue leur a demandé pourquoi ils avaient agi ainsi alors que l’un d’entre eux aurait pu avoir tous les fruits, ils ont répondu : «Ubuntu. Comment l’un d’entre nous peut-il être heureux si tous les autres sont tristes ?»

Je me suis entendu relire cette dernière phrase. Ça résonne en vous aussi? Il est difficile d’être heureux quand les gens qui nous entourent souffrent. On a beau vivre dans une société devenue très individualiste, j’ai le goût de dire qu’on est quand même profondément reliés aux autres. C’est dans nos gênes. L’être humain n’est pas fait pour survivre seul. On est plus forts en troupeau. Plus forts physiquement évidemment, mais plus forts émotionnellement aussi. On peut se faire entendre plus facilement, changer les choses, réparer des vies brisées, aider, s’entraider, redistribuer, récolter, etc.

Via actu.ados.fr
Via actu.ados.fr

Ça touche mon besoin de vivre dans une collectivité unie. C’est utopique diront certains. C’est vrai que le «chacun pour soi» et le «au plus fort la poche» est pas mal fort dans notre société nord-américaine. Pourtant, je vois une nette tendance à vouloir se regrouper. Comme au printemps arabe, comme pendant la crise des étudiants ici, comme pendant la crise du verglas en 1998. Suffit de regarder ce qui se passe dans le monde pour voir la beauté et la puissance des mouvements de masse.

Et au quotidien, comment on intègre ça, le ubuntu, me direz-vous? J’ai trouvé 5 façons d’appliquer Ubuntu à la vie de tous les jours:

  • Partagez. C’est le printemps, on fait toujours un grand ménage et on désencombre la maison d’objets qu’on voit traîner depuis trop longtemps ou de vêtements qui ne nous font plus. Pourquoi ne pas en faire don à une personne de votre entourage qui en a besoin ? Un voisin, une collègue, un ami… Si tous et chacun s’assurent de partager son trop plein, il y aura moins de vide pour certains.
  • Créez des réseaux. Pour le gardiennage, pour du covoiturage, pour l’achat en gros ou ce dont vous avez besoin. Vous multiplierai vos ressources de cette façon et vous vous assurez d’en faire autant pour les gens de votre réseaux.
  • Ne laissez pas tomber les vieillards. Une société qui laisse tomber ses vieux, c’est une société qui perd beaucoup. Les personnes âgées sont des gens remplies de ressources et d’expériences. Beaucoup de bon à recevoir de part et d’autre si la jeune génération leur tend la main.
  • La liberté de l’un arrête là où celle de l’autre commence. Cette concept de liberté individuelle fait même partie de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. C’est fondamentalement nécessaire et c’est de cette façon qu’on respecte l’autre et qu’on ne lui nuit pas intentionnellement.
  • Célébrez. Ayez du plaisir en groupe. Célébrez l’amitié, l’amour et la solidarité.  Via nolitours.com

5 réflexions sur “Ubuntu”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page