Schizophrène, Anik Jean

J’ai assisté au lancement du nouvel album Schizophrène d’Anik Jean au Club Soda. Une bonne dose d’adrénaline et une décharge colossale de rock.

Crédit Photo: gengo-photo.com

Côté promotion, la chanteuse ne lésine pas avec les gâteries! Son album gratuit +  un concours: Coche le personnage de ton choix sur la pochette et gagne le prix associé:

  • Journée de magasinage avec un bon d’achat de 500$
  • Journée Paintball
  • Journée Surf
  • Journée Cours de cuisine

Toutes ces activités en compagnie d’Anik Jean. Nul doute que l’étudiante paumée en mon genre a opté pour refaire sa garde-robe. Hihi!

Mais non! C’est UN heureux élu qui a gagné une sortie paintball + des produits de beauté. Et vlan, dans les dents! Coquet, va!

THE SHOW

SCHIZOPHRÈNE

4 personnalités

  1. Alex. La pitoune vêtue de noir, tignasse charbon, mini short moulants sexy, escarpins avec des stud de métal.
  2. Ivy. À la Jessica Rabbit: chevelure flamboyante, robe et jarretelles assorties. Plantureuse et sexy, elle fume sa cigarette à la Audrey Hepburn.
  3. Norma Jeane. Blonde et coquette, sortie tout droit des années 50. Robe fleurie, crinoline et petit gilet. Flasque d’alcool à la main. Névrosée.
  4. Kena. À la Millenium. Blouson de cuir noir, bas de nylon clairsemés de mailles, crâne rasé d’un côté. La plus affirmée.
Crédit Photo: gengo-photo.com

CRITIQUE

Publicité

Est-ce sa campagne de promotion controversée qui la rendait nerveuse ?
(Petit rappel: Elle avait envoyé des lettres aux journalistes mentionnant le mot MINABLE en découpures de journaux).

Si elle nous séduit par ses bons vieux classiques revisités et ses nouvelles compositions, son malaise n’en demeure pas moins palpable. Elle tremble littéralement et ses nombreux rôles semblent l’encombrer. Tous ses gestes sont minutieusement calculés, sauf  lorsqu’elle interprète Schizophrène, émue. Cette pièce s’adresse à son frère, qui, rappelons-le, était atteint de cette maladie. Il est décédé récemment. Un moment profondément touchant pour clore cette soirée théâtrale.

La qualité du son jurait par contre. Dommage parce qu’Anik Jean détient de belles compositions et une voix puissante.

Enfin, trois filles bassistes, que dis-je?  Trois PÉTARDS l’accompagnent sur scène ainsi qu’un drummer. L’une interprète un solo pendant les changements de costumes d’Anik Jean. Si en tant que fille, je la trouvais sexy exposé en 400, je n’ose pas imaginer l’avis des hommes.

Crédit Photo: gengo-photo.com

BLOOPERS

Publicité
  • Ma partner photographe et moi esquivons un trépied en pleine gueule. En agrippant sa bass, la ganse s’est coincée dans le trépied. Est-ce le personnage dans un excès de folie ou la chanteuse décontenancée qui a cédé à cet élan?
  • Son drink se renverse alors qu’elle joue au piano. Elle finit la pièce, le projette par terre… le verre à cosmo se fracasse contre le sol. Mille éclats de verre. Noir.
  • Anik Jean possède un sacré sens de l’humour et de la répartie. «Je trouve que les gars, vous ne savez pas toujours ce que vous voulez. Mais y’a une chose qu’on a en commun, le sexe.» À sa question: «Tout le monde aime le sexe?», un spectateur répond: «Pas moi!» Elle de rétorquer: «Tu dois bien t’entendre avec Pierre Lapointe» (c’était aussi son lancement le 26 février). Un beau clin d’oeil.
Crédit Photo: gengo-photo.com

RÉSUMÉ

Bref, que vous aimiez ou pas, vous serez agréablement surpris de sa performance. Oui, elle manquait d’assurance, le show n’est pas encore rodé, mais elle possède une grande sensibilité. Ses compositions au piano sont plus convaincantes que la mise en scène qu’elle s’efforce parfois de respecter à la lettre…

Finalement, Anik Jean, on l’aime quand c’est ELLE  et seulement elle sur scène.

PS. Merci à Geneviève Gauthier, photographe hors pair qui m’a accompagnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page