Mais qui remporte la palme? Partie 1

Hotel Saint-Barth Isle de France

Chaque endroit a son histoire. On remarque toujours un détail. Aussi insignifiant soit-il, il peut nous rester en tête et devenir notre point de repère. J’ai dit un jour cette phrase saugrenue, mais qui pourtant laisse luire une étincelle de génie (très modeste, toujours!): « Ce n’est pas la place qui fait l’endroit ». Je voulais dire, bien sûr, que ce n’est pas la dimension physique d’un lieu qui fait de celui-ci ce qu’il représente pour nous.

Vous pensez que la photo du haut est un miroir de la réalité? Pour certains peut-être… Mais pas pour moi! Je vous ai dressé un palmarès des six pires chambres que j’ai eues lors de mes voyages. Pourtant, certaines d’entre elles ne m’ont pas laissé un goût si amer. Dans ce premier article, vous aurez un aperçu des trois moins pires parmi les six!

#6 Le paradoxe des odeurs (Split, Croatie)

Les logements en Europe se conforment plutôt aux normes occidentales. Toutefois, certains détails m’ont paru absurdes lors de ma visite au Best Hostel (portant très bien son nom…). On nous annonce sur internet qu’il y aura une cuisine. Cela est vrai. Mais, il y a un mais! Il est interdit de cuisiner de la nourriture odorante telle que des pâtes (!!!). Juste en face de cette cuisine inutile se trouve un sympathique fumoir car tout le monde sait que l’odeur du tabac n’importune personne! Ceci sans parler des douches mixtes séparées par une colonne de blocs de verre translucide.

#5 Les vestiges cordiaux (Xela, Guatemala)

Publicité
Les vestiges cordiaux, Xela. Crédits à alexdesourdy

Des murs tachés de noir comme s’il y avait eu un feu, la toilette et la douche dans un bâtiment extérieur semblable à un cabanon et un lit qui plie au centre; cet endroit a des raisons pour figurer dans mon palmarès. Bien que moins soigné que le précédent, ce logement reste un endroit convivial dans ma mémoire. Richard, un américain dans la soixantaine, accueillait à merveille les visiteurs dans la modeste cour intérieure.

#4 L’asile où une nuit suffit pour devenir aliéné (San Isidro, Costa Rica)

L’asile, San Isidro. Crédits à alexdesourdy

Un long corridor, la lumière vacillante au bout de ce dernier, l’atmosphère d’un hôpital psychiatrique, du sable dans les draps et des barreaux dans le haut du mur… J’entendais mon frère respirer dans la chambre voisine comme s’il avait été à mes côtés.

Vous pourrez bientôt découvrir la pire chambre que j’ai eue…

Attendez la suite!

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page