L’aventure d’une robe à pois

L’aventure d’une robe à pois. Parce que dorénavant magasiner des vêtements est une mission extrême. Avec pour thème les années 50, je devais trouver un déguisement pour mettre au travail. Ce n’est pas une mince tâche lorsque tu possèdes seulement 2 jours pour le faire et que tu travailles et vas à l’université (voir, je fais du 7 jours sur 7.) Bref, ma mission quasi impossible était de me trouver une robe à pois pas trop chère qui me permettrait d’être déguisée comme je le devais.

Je fais plusieurs magasins et ne trouve absolument rien avec des pois, ça part bien. Environ une heure plus tard, je tombe sur la boutique Forever 21 du Carrefour Laval et voit le paradis du pois, mais surtout je tombe en amour avec une jolie robe à pois, qui tout en étant vintage, me permettrait de la remettre de temps à autre à modique somme. Entre le Small, Medium et large  qui me sont proposés, je choisis le large. La Small a peu de chances de me faire, je n’y entre plus depuis belle lurette (du moins depuis que les magasins ont décidé de rapetisser les tailles.) En général, je porte du Medium, parfois je vais dans le large niveau poitrine, mettons que Dieu m’a gâtée de ce niveau-là, bon les fesses aussi. ANYWAY. Revenons-en aux grandeurs. Je me prends une robe version large, me disant que si elle est trop grande, je jetterai mon dévolu sur la médium.

Le plus drôle? Je ne suis pas arrivée à rentrer dedans. J’ai essayé par le bas, me disant que celle-ci ne passait peut-être pas à cause de mes hanches et de la forme de la robe. J’ai essayé par le haut, je n’ai même pas réussi à faire passer mes épaules. NON MAIS C’EST QUOI LE FUCK? Sérieusement! Je me situe entre la taille 7 et 10 (M & L) depuis bientôt 5 ans, j’ai perdu 16 lb depuis juillet dernier. VENEZ PAS ME DIRE que je rentre pas dans du Large. COME ON!

C’est quoi le foutu problème? Je vis bien avec mon corps même si je ne suis pas une taille zéro (je n’ai rien contre les tailles zéro, vous êtes belles, mais je suis pas une taille zéro et pas envie de l’être). J’ai réussi (je sais pas encore comment) à accepter mes complexes et faire en sorte de pouvoir me sentir à l’aise et de m’assumer comme je suis. Mais là, POUR VRAI, c’est quoi le problème des compagnies d’ENCORE rapetisser les tailles. Le 7 d’aujourd’hui, est le 4 de v’là 2 ans (bon j’exagère, mais quand même).

Sachez chères entreprises/magasins/designer/vendeurs ce n’est pas en me montrant des femmes qui ne me ressemblent pas, un seul idéal de beauté, en m’offrant des tailles qui ne sont plus vraiment les bonnes tailles, des tailles qui rapetissent de jour en jour que je serai portée à acheter vos vêtements. Merci de me rendre mal dans ma peau de temps à autre. Merci de vouloir nous faire croire que nous ne sommes pas belles comme nous sommes. Merci de me faire croire que je dois maigrir pour rien.

Publicité

Merci, mais non merci, j’ai pas besoin de ça, je suis moi, je suis bien, pis sincèrement, j’ai envie de vous faire un gros « F**** you » bien senti, parce qu’à part l’argent, vous vous foutez bien des gens qui souffrent par ce faux idéal de beauté.

Sincèrement, d’une taille 7 à 10 (Médium large) qui s’assume complètement pis qui s’aime bien de même.

Tous droits réservés Alexandra Philibert

2 réflexions sur “L’aventure d’une robe à pois”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page