Qui dit jour gris, dit gastronomie réconfortante

Besoin de réconfort automnal? Au lieu de vous morfondre dans vos pantalons mous (et réellement confortables) en regardant les feuilles tomber, mieux vaut se rendre actif. Alors, à vos fourneaux! Et que ça saute!

À défaut de faire les fines gueules, je vous propose un plat digne du comfort food que l’on aime tant. Oubliez les macaronis et les pâtés chinois; pensez récolte de la saison et brin d’exotisme.

Je vous propose une recette à la citrouille très simple pour combler vos désirs et colorer ce temps gris. Piètre cuisinier? Pas de panique! Disons qu’il s’agit d’un niveau « 2 étoiles » dans un livre de cuisine pour les nuls. J’ai reproduit, au meilleur de mon souvenir, un repas thaï mangé lors d’un trek près de Chiang Mai. Je l’ai forcément adapté selon mon inspiration.

1- Dépecer une citrouille et la mettre en cubes. Idéalement de grandeur uniforme pour une cuisson… uniforme! Garder les graines de citrouilles pour les faire dans le four avec de l’huile et du sel. Délicieux pour grignoter plus tard en soirée.

2- Faire un riz basmati, blanc.

Publicité

3- Chauffer de l’huile dans une poêle (avec couvercle, c’est mieux pour la suite).

4- Faire revenir de l’ail.

5- Ajouter les cubes de citrouille dans la poêle et ajouter du bouillon de poulet. Laisser bouillonner. Couvrir.

6- Ajouter du bouillon au fur et à mesure jusqu’à ce que la citrouille soit cuite et se défasse en une pâte filamenteuse. Ajouter muscade et graines de fenouil (ou autres) lors de la cuisson.

7- Ajouter des morceaux de poulet cuits dans la mixture.

Publicité

9- Servir la pâte citrouille-poulet sur le riz.

10- Déguster.

En Thaïlande, nous étions assis par terre, les voyageurs et les guides, sur un tapis tissé dans une hutte. Repus de notre journée de marche, nous savourions notre repas en buvant de la Chang (bière thaï) en accompagnement. Quel bon souvenir de sentir cette mixture orange cuisant sur le feu dans une lumière quasi inexistante! À vous de recréer cette ambiance intime et chaleureuse si le cœur vous en dit.

La prochaine fois, j’essaierai de marier du jus ou du zeste d’orange au goût du fenouil. J’ai l’impression que ce serait excellent, non?

Publicité

Bon appétit!

PS: La recette originale était parfumée au basilic thaï qui a un goût anisé. Voilà pourquoi j’ai utilisé du fenouil pour retrouver cet agencement délicieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page